Le Relais Montesquieu, la crème de la crème des carrosseries

Fabio CROCCO

Sujets relatifs :

Le Relais Montesquieu, la crème de la crème des carrosseries

Le Relais Montesquieu, la crème de la crème des carrosseries

Centralise Group inaugure sa première carrosserie. Un exemple à suivre pour ce qui touche la qualité, la santé et la dimension éco-responsable.

On n’est jamais aussi bien servi que par soi même ! Voilà le proverbe qui a conduit l’entreprise Centralise Group, spécialiste des flottes automobiles en Ile-de-France et par ailleurs propriétaire d’une agence Renault, à ouvrir en janvier dernier à Asnières (Hauts-de-Seine) sa propre carrosserie : le Relais Montesquieu.

Avec cette création, les deux fondateurs du groupe Maurice Boufraine et Bénédicte Willems, souhaitent offrir à leurs clients un service de qualité, complet avec la maîtrise de l’ensemble de la chaîne de location.

L’atelier, de taille plutôt modeste avec 400 m2, a nécessité dix mois de travaux et un investissement de 550 000 euros, dont 300 000 euros rien que pour l’équipement. Du sol au plafond, tout a été pensé pour prévenir les risques professionnels des cinq salariés et pour respecter l’environnement. Au point que l’ensemble des plans d’aménagement et des devis d’achat d’équipement a été validé par la caisse régionale d’assurance maladie d’Ile-de-France (Cramif). Le respect du cahier des charges de l’organisme de sécurité a été crédité d’un montant de 75 000 euros d’aide à la création.

La carrosserie a opté pour des équipements qui limitent les efforts humains et qui autorisent les travaux à hauteur d’homme. Ils sont par ailleurs à la pointe de l’innovation. Redresseur, pointeuse, trimming, table de redressage, tous ces outils permettent d’intervenir sur 99 % des véhicules pourvus d’acier, d’inox ou d’aluminium.

Zéro poussière

Le Relais Montesquieu revendique « zéro poussière ». L’aire de préparation multiplie les sources d’aspiration, dont une placée au sol. La cabine de peinture de dernière génération consomme peu et monte vite en température. Elle est de plus peu bruyante (60 dB). D’ailleurs, pour ce qui est de l’aspect insonorisation, les murs de la carrosserie sont dotés de panneaux absorbants assurant de même une isolation thermique. Enterré dans le sol, un séparateur d’hydrocarbure piège les huiles contenues dans les liquides.

Mais cela à un prix : la carrosserie pratique un tarif horaire de 99 euros TTC et refuse toute forme de conventionnement. Son ambition est d’atteindre les 2 millions d’euros de chiffre d’affaires en traitant au moins sept voitures par jour.

« Nous avons développé un concept de carrosserie qui respecte l’homme, les voitures et l’environnement », expliquent les deux associés qui ambitionnent d’ouvrir en 2017 trois autres ateliers du même type, voire plus.

Nous vous recommandons

L'Anea devient la FFEA

L'Anea devient la FFEA

L'Alliance nationale des experts en automobile (Anea) change de nom pour devenir la Fédération française des experts en automobile (FFEA). Un nouveau nom pour un nouveau départ, lancé dans le cadre du symposium annuel de l'organisation....

15/10/2021 | ExpertiseCarrosserie
[Vidéo] Planifier l’activité en atelier avec Rentasoft

[Vidéo] Planifier l’activité en atelier avec Rentasoft

Vincent Robin prend la direction Automotive Coatings de PPG

Nomination

Vincent Robin prend la direction Automotive Coatings de PPG

La franchise X’treme Color souhaite s’exporter

La franchise X’treme Color souhaite s’exporter

Plus d'articles