Le rétrofit, un marché toujours au compte-goutte 2 ans après

Fabio CROCCO

Sujets relatifs :

, ,
Le rétrofit, un marché toujours au compte-goutte 2 ans après

Deux ans après son autorisation légale, le marché du rétrofit peine à décoller en France et reste encore une activité marginale. Il pourrait cependant trouver un débouché auprès des véhicules utilitaires, légers comme lourds.

Cela fait 2 ans que le rétrofit (conversion d’un véhicule thermique en électrique), un temps poussé par le Gouvernement, est autorisé en France sous certaines conditions (homologation des kits de conversion).

Pour ses partisans et les sociétés concernées, cette adaptation est une solution qui présente des avantages à la fois économiques et écologiques, en particulier sur le segment des VUL. Selon Phoenix Mobility, elle est en effet 2 à 3 fois moins chère que l’achat d’un véhicule électrique neuf, tout en permettant une réduction de 56% des émissions de CO2 par rapport à l’envoi à la casse d’un Diesel et la production d’un VE neuf. En France, le marché du rétrofit, qui peine encore à trouver son modèle économique, représente un potentiel de plus d’un milliard d’euros sur 5 ans avec la conversion de 65 000 véhicules permettant la création de 6 500 emplois selon une étude de l’Ademe.

Malgré les coûts importants représentés par l’homologation (plusieurs centaines de milliers d’euros par modèle déposé), les pionniers du secteur ont su mettre à profit primes et subventions au rétrofit pour accélérer leur développement. C’est notamment le cas de Phoenix Mobility qui s’est spécialisé depuis 2018 dans la transformation de véhicules utilitaires particulièrement couteux à l’achat. Après une levée de fonds de 3 millions d’euros en fin d’année dernière, la société grenobloise vient d’inaugurer son usine de 1 000m2 et déploie actuellement un réseau de garagistes agréés à l’installation de ses plateformes d’électrification partout en France. Elle ambitionne de convertir 2500 véhicules en 2023 pour devenir le leader européen du rétrofit.

« Avec 6 millions de VUL en circulation en France dont 98% de diesel, on est encore loin des objectifs en termes de transition énergétique des flottes. Pourtant, les interdictions de circuler se multiplient. Nous apportons une réponse concrète à cette problématique grâce à des plateformes d’électrification standardisées et modulaires qui peuvent s’adapter aux modèles les plus répandus. Grâce aux subventions au rétrofit et à une offre de leasing, nous rendons l’électrique accessible à tous types d’acteurs professionnels » argumente Wadie Maaninou, co-fondateur et PDG de Phoenix Mobility.

Si l’équilibre économique du rétrofit n’est pas encore totalement établit, il n’en reste pas moins qu’il est au programme de certains constructeurs. On peut citer notamment Mini et Renault.

« Les pionniers du rétrofit disposent cependant d’un avantage concurrentiel non négligeable, avec une avance de plusieurs années sur la technologie et une agilité qui manque aux grands constructeurs pour mettre rapidement des véhicules sur la route » conclut Wadie Maaninou.

Nous vous recommandons

Devis d'assurance auto : les détails à ne pas rater

Publi-redactionnel

Devis d'assurance auto : les détails à ne pas rater

L’assurance automobile est un élément indispensable pour pouvoir circuler librement et en toute sécurité. Il est donc crucial de savoir choisir son assureur et la formule adaptée à sa situation. Cela ne peut pas se faire sans une...

20/05/2022 |
VivaTech 2022 : les start-up mobilité du Village by CA

VivaTech 2022 : les start-up mobilité du Village by CA

WattAnyWhere veut mettre l’éthanol au service du véhicule électrique

WattAnyWhere veut mettre l’éthanol au service du véhicule électrique

Eurorepar Car Service poursuit sa croissance

Eurorepar Car Service poursuit sa croissance

Plus d'articles