Le S-Park, un porte-vélos qui recycle l'énergie

Clotilde Gaillard
Le S-Park, un porte-vélos qui recycle l'énergie

Le S-Park, un porte-vélos qui recycle l'énergie

Et si pédaler servait (en plus de se faire les muscles) à éclairer nos villes ? C’est l’idée développée par les designers Guillaume Roukhomovsky et Blaž Verhnjak à travers le rack à vélos S-Park, testé à Amsterdam.

Depuis le déconfinement, l’attrait pour la petite reine connaît une recrudescence inédite. En témoignent les (nombreuses) nouvelles installations et pistes urbaines visant à faciliter la pratique cycliste qui ont essaimé dans les villes de France et d’Europe. En plus de favoriser la mobilité durable et de réduire la congestion automobile dans les centres, le vélo pourrait également avoir une autre utilité pour la communauté : celle de produire de l’électricité, qui serait ensuite redistribuée aux quartiers où la bicyclette serait garée.

De l’or au bout des roues

C’est bien entendu à Amsterdam, capitale européenne du vélo où presque 70 % des déplacements s’effectuent avec ce mode de transport, que le tandem de designers Guillaume Roukhomovsky et Blaž Verhnjak a choisi de promouvoir son système de porte-vélos « éclairant ». Baptisé S-Park, il a été pensé dans le cadre d’un défi lancé aux ingénieurs visant à trouver des solutions propres et innovantes. La principale ville des Pays-Bas a en effet prévu une enveloppe budgétaire d’environ 100 millions d’euros pour ses infrastructures cyclables. Les concepteurs du S-Park espèrent donc en bénéficier pour déployer un prototype, d’abord dans un seul quartier, avant d’étendre son expérimentation à 200 000 supports autour de la ville.

JPEG - 59.2 ko
© S-Park capture d’écran

Alors qu’Amsterdam s’est engagée à ce qu’un quart de son électricité soit produite de manière durable d’ici à 2025, S-Park entend proposer une alternative aux panneaux solaires, qui dénatureraient les monuments et bâtiments inscrits au patrimoine de la ville. Pour ce faire, certains habitants recevront une roue avant spéciale dotée de batteries. S’adaptant à n’importe quel cadre, elle permettra de stocker l’énergie générée en pédalant ou en freinant. Avec 2 millions de kilomètres parcourus quotidiennement, c’est une moyenne de 19,5 millions de wattheures qui pourraient ensuite circuler dans le réseau électrique du quartier lorsque le vélo sera déposé dans le rack S-Park. Et ce, afin d’alimenter des milliers de foyers puisque l’équipe de designers à l’origine du projet estime que, pour un rack de 30 vélos et un trajet moyen de 3,5 km par jour, cela correspondrait à une production quotidienne d’environ 1 kWh. Ce qui équivaut à peu près à regarder la télévision entre 3 à 5 heures.

Nous vous recommandons

L’introduction en Bourse de Toosla est actée !

L’introduction en Bourse de Toosla est actée !

Jeudi 2 décembre, le loueur courte durée Toosla a officiellement lancé son introduction en Bourse en vue de l’admission aux négociations de ses actions sur le marché Euronext Growth de Paris.Créée en 2016 par Éric Poncin, la marque...

03/12/2021 | TooslaLoueurs
Avec sa Factory VO, Renault vise les 45 000 véhicules reconditionnés

Reportage

Avec sa Factory VO, Renault vise les 45 000 véhicules reconditionnés

Rivian contraint de retarder ses premières livraisons de SUV

Rivian contraint de retarder ses premières livraisons de SUV

France Pare-Brise est l’enseigne de vitrage préférée des Français

France Pare-Brise est l’enseigne de vitrage préférée des Français

Plus d'articles