Le salon automobile de Genève enterre son édition 2022

Sujets relatifs :

, ,
Le salon automobile de Genève enterre son édition 2022

Le salon automobile de Genève enterre son édition 2022

L’édition 2022 du salon de Genève 2022 n’aura pas lieu. Les organisateurs de l’événement jettent l’éponge, espérant un retour en 2023 – qui apparaît toutefois très hypothétique.

Dans un communiqué en date du 7 octobre 2021, l’organisateur du salon international de l’automobile de Genève (GIMS) annonce que l’édition prévue en février 2022 est annulée. « En raison de problèmes à l’échelle de l’industrie liés à la pandémie de Covid-19, le comité permanent du salon international de l’automobile a été contraint de reporter l’événement à 2023 », stipule le communiqué. « Toutefois, les mesures déjà prises pour faire évoluer la plateforme continueront d’être mises en œuvre, permettant un spectacle plus percutant en 2023. »

Les salons automobiles grand public en grande difficulté

Au-delà de la pandémie, le salon de Genève est confronté à la transformation de l’industrie automobile et des services associés. C’est le concept même des salons automobiles grand public qui est remis en cause. Le nouveau salon automobile de Munich, en septembre 2021, n’avait pas donné toutes les garanties de confiance dans la reprise de ce type de manifestation. Le concept de délocalisation de plusieurs constructeurs dans la ville bavaroise n’avait pas permis au public de suivre et de se déplacer aisément entre chaque exposition.

« Nous avons poussé très fort et tout tenté pour réactiver le salon international de l’automobile de Genève en 2022 », déclare Maurice Turrettini, président du comité permanent du salon international de l’automobile. « Malgré tous nos efforts, nous devons faire face aux faits et à la réalité : la situation pandémique n’est pas sous contrôle et se présente comme une grande menace pour un grand événement indoor comme le GIMS. Je suis convaincu que le salon international de l’automobile de Genève reviendra plus fort que jamais en 2023 » Par conséquent, même si le GIMS espère renaître en 2023, il est permis d’en douter aujourd’hui.

Nous vous recommandons

« La mobilité hydrogène s'inscrit dans le développement des véhicules lourds, des véhicules utilitaires légers ou des flottes captives », réaffirme Jean-Baptiste Djebbari

« La mobilité hydrogène s'inscrit dans le développement des véhicules lourds, des véhicules utilitaires légers ou des flottes captives », réaffirme Jean-Baptiste Djebbari

En déplacement dans le 16e arrondissement de Paris, sur le chantier de la station hydrogène de la Porte de Saint-Cloud, Jean-Baptiste Djebbari, le ministre délégué aux Transports a réaffirmé la stratégie de la France en matière de...

Point S fait du vitrage un service stratégique

Point S fait du vitrage un service stratégique

Volkswagen France : « Il y a une très forte demande en BtoB pour nos modèles électrifiés », se félicite Gerrit Heimberg

Entretien

Volkswagen France : « Il y a une très forte demande en BtoB pour nos modèles électrifiés », se félicite Gerrit Heimberg

L'assurtech Zego à la conquête des flottes automobiles françaises

L'assurtech Zego à la conquête des flottes automobiles françaises

Plus d'articles