Le scandale des moteurs truqués a coûté 16,2 milliards d'euros à Volkswagen

Alice THUOT

Sujets relatifs :

Le scandale des moteurs truqués a coûté 16,2 milliards d'euros à Volkswagen

Le scandale des moteurs truqués a coûté 16,2 milliards d'euros à Volkswagen

Malgré un chiffre d’affaires en hausse, le groupe accuse un important recul de son résultat d’exploitation dû aux pertes financières engendrées par le scandale des émissions.

2015 aurait pu être une belle année pour Volkswagen : même si le nombre de véhicules vendus a reculé de 2 %, leur valeur moyenne a en revanche augmenté. Ce phénomène, combiné aux bonnes performances en termes de services financiers et à un taux de change favorable, a permis au groupe d’enregistrer une augmentation de son chiffre d’affaires consolidé de 5,4 % qui a atteint 213,3 milliards d’euros. Ces bonnes performances n’ont cependant pas suffi à compenser les pertes engendrées par le scandale des moteurs truqués. « La crise actuelle a eu un impact très important sur la situation financière de Volkswagen », a confirmé Matthias Müller, patron du groupe. Pour assumer les frais liés aux risques juridiques déclenchés par la fraude, les modifications techniques sur les véhicules et les mesures commerciales pour les clients (chaque client américain concerné par la fraude recevra pour rappel 5 000 euros de dédommagement) le groupe a provisionné 16,2 milliards d’euros.

0,11 euro de gain par action ordinaire

Conséquence, le résultat d’exploitation, qui s’élevait à 12,7 milliards d’euros en 2014, s’est écroulé pour atteindre -4,1 milliards d’euros en 2015, tandis que la perte consolidée avant impôt s’établit à 1,3 milliard d’euros, alors qu’elle était de + 11,1 milliards en 2014. Le bénéfice attribuable aux actionnaires a aussi fondu, passant de 10,8 milliards d’euros en 2014 à -1,6 milliard en 2015. Ces derniers se verront ainsi verser un dividende de 0,11 euro par action ordinaire et 0,17 euro par action préférentielle, contre respectivement 4,8 et 4,86 euros en 2014. Matthias Müller se veut cependant rassurant : « les opérations du groupe Volkswagen se portent très bien, comme le montrent clairement les chiffres avant les éléments non récurrents. En excluant les provisions importantes que nous avons dû passer pour faire face à toutes les répercussions liées à la question des émissions, qui sont désormais quantifiables, l’exercice 2015 se solderait à nouveau par une belle performance. » Malgré les conséquences financières du scandale, le groupe dispose en effet d’un flux de trésorerie issu des activités d’exploitation en hausse de 10,2 % à 23,8 milliards d’euros tandis que la vente des actions dans Suzuki, entre autres, a ajouté au total 2,8 milliards d’euros de cash-flow net de la division automobile, le portant à 8,9 milliards d’euros. Les liquidités nettes de la division automobile ont été portées à 24,5 milliards d’euros, contre 17,4 milliards en 2014.

Un repli du chiffre d’affaires de 5 % en 2016

Pour cette année, Volkswagen préfère rester prudent : le groupe s’attend à ce que les livraisons restent à un niveau stable par rapport à 2015 grâce au dynamisme du marché chinois qui viendrait compenser la situation incertaine de quelques marchés significatifs, à l’image de la Russie et de l’Amérique du Nord.
En revanche, dans un contexte de concurrence acharnée, de volatilité des taux d’intérêts et de change mais aussi de fluctuation des prix des matières premières, Volkswagen anticipe un repli de son chiffre d’affaires d’environ 5 % par rapport à 2015 et une marge d’exploitation comprise entre 5 et 6 %. Dans le secteur des véhicules particuliers, le groupe s’attend à une baisse du chiffre d’affaires avec une marge d’exploitation allant de 5,5 à 6 %, tandis que le chiffre d’affaires du secteur VU resterait inchangé, avec une marge d’exploitation entre 2 et 4 %. Le secteur du génie énergétique ne serait pas épargné avec « un bénéfice d’exploitation en repli significatif ». Seuls le chiffre d’affaires et le bénéfice d’exploitation de la division services financiers resteraient stables selon les prévisions du groupe

Nous vous recommandons

Le Gouvernement débloque 100 millions d'euros pour accompagner la filière auto dans ses mutations

Le Gouvernement débloque 100 millions d'euros pour accompagner la filière auto dans ses mutations

Le Gouvernement annonce le lancement de « Rebond Industriel ». Ce dispositif a pour but d'accompagner les territoires concernés par les transformations de la filière automobile.Le ministre de l'Économie des finances de la souveraineté...

Auto Infos vous souhaite de bonnes vacances !

Auto Infos vous souhaite de bonnes vacances !

Jean Lain Mobilités s’empare des mobilités urbaines

Reportage

Jean Lain Mobilités s’empare des mobilités urbaines

DBT en forte croissance grâce à ses bornes de recharge électrique

DBT en forte croissance grâce à ses bornes de recharge électrique

Plus d'articles