Le stationnement payant des deux-roues impacte la mobilité

Le stationnement payant des deux-roues impacte la mobilité

Selon l'enquête FreeNow/OpinionWay, 30 % des répondants comptent emprunter les transports en commun, 27 % se mettre à la marche et 23 % utiliser leur vélo personnel.

Comme le révèle un sondage réalisé par OpinionWay pour l’application de mobilité partagée FreeNow, la nouvelle réglementation liée au stationnement payant des motos et scooters thermiques à Paris a bousculé les habitudes de déplacement de 8 conducteurs sur 10.

La rentrée a été l’occasion d’un chamboulement majeur pour les usagers de deux-roues motorisés. Le 1er septembre dernier, la capitale déployait en effet le stationnement payant pour les motos et scooters thermiques. Une mesure incitant les Franciliens à adopter des deux-roues électriques (qui, eux, peuvent continuer à stationner gratuitement) ou à envisager d’autres moyens de mobilité décarbonnés. Mais dans les faits, qu’en est-il ? Cette décision a-t-elle eu l’influence escomptée ? C’est ce que FreeNow, au travers d’une enquête menée avec OpinionWay auprès de 350 conducteurs de deux-roues habitant à Paris et sa petite couronne, a voulu savoir. Et le résultat est probant…

L’émergence de mobilités douces

Le sondage OpinionWay pour FreeNow affirme ainsi que 78 % des conducteurs interrogés projettent de modifier leurs habitudes de transport en se tournant vers une ou plusieurs alternatives de mobilité. Et notamment des options dites « douces » puisque 2 conducteurs sur 3 souhaitent opter des modes de transport neutres en carbone (66 %). Dès lors, parmi les alternatives privilégiées, 30 % des répondants comptent emprunter les transports en commun, 27 % se mettre à la marche et 23 % utiliser leur vélo personnel. Les plateformes de multi-mobilité ont également le vent en poupe avec 17 % des sondés souhaitant utiliser davantage les moyens de mobilité 100 % électrique en libre-service, et en particulier les scooters électriques.

Sur son application, au cours du mois de septembre, FreeNow a d’ailleurs enregistré une augmentation de 56 % du nombre de trajets en scooters électriques partagés, comparé au mois de mai (hors saison estivale). « Une progression d’autant plus importante que le mois de septembre a connu six fois plus de jours de pluie qu’en mai », précise aussi la plateforme européenne aux 56 millions d’utilisateurs et dont les services sont accessibles dans plus de 170 villes. Enfin, plus radicaux, 22 % des conducteurs prévoient de diminuer leurs trajets dans la capitale quand un usager sur cinq anticipe, de son côté, une utilisation plus soutenue de sa voiture personnelle.

Des disparités selon les profils

Sans surprise, les usages les plus enclins à s’initier à la mobilité partagée sont les moins de 35 ans. Sensibilisés aux questions environnementales mais également plus curieux de tester de nouveaux modes de déplacement, ils sont par exemple 22 % à envisager l’offre de véhicules électriques en libre-service, soit 5 points au-dessus de la moyenne. Les cadres et les professions intellectuelles supérieures sont également le type de population le plus motivé à faire évoluer ses comportements (avec seulement 10 % qui ne comptent rien changer), en particulier en prenant les transports publics (39 %). Inversement, les conducteurs de 50 ans et plus sont ceux qui comptent le moins changer leurs habitudes de transport, avec un taux de 31 % (soit 12 points de plus que la moyenne). Comme quoi les moyens financiers font parfois moins blocages que les mentalités…

Méthodologie du Sondage OpinionWay pour Freenow :

Commandé par Freenow, OpinionWay a sondé un échantillon de 350 conducteurs de deux-roues issus d’un échantillon de 1 149 personnes, représentatif de la population habitant Paris et la petite couronne (départements 75/92/93/94), âgée de 18 ans et plus. Les interviews ont été réalisées du 15 au 20 septembre 2022. OpinionWay a réalisé cette enquête en appliquant les procédures et règles de la norme ISO 20252

Nous vous recommandons

Les conducteurs de véhicules électrifiés préfèrent se charger... à domicile

Etude

Les conducteurs de véhicules électrifiés préfèrent se charger... à domicile

Depuis 2019, Enedis étudie année après année le comportement des utilisateurs de véhicules électrifiés (100 % électriques ou hybrides rechargeables). Si le parc a considérablement progressé depuis quatre ans, les habitudes des...

Le marché français du VN affiche une croissance à deux chiffres !

Le marché français du VN affiche une croissance à deux chiffres !

La France dépasse (à peine) les 75 000 points de recharge publics

La France dépasse (à peine) les 75 000 points de recharge publics

Acquérir un véhicule électrique : entre surcoûts et économies

Etude

Acquérir un véhicule électrique : entre surcoûts et économies

Plus d'articles