Le TRM retrouve un bon niveau d'activité en juin

Fabio CROCCO

Sujets relatifs :

,
Le TRM retrouve un bon niveau d'activité en juin

Le TRM retrouve un bon niveau d'activité en juin

L’activité du transport routier de marchandise semble être revenue à la normale en juin, non sans séquelles.

Selon le CNR, le redémarrage de l’activité du transport routier de marchandise, amorcé en mai, s’est confirmé en juin. Avec une croissance du chiffre d’affaires de 31 % sur un mois, les entreprises voient leur activité dépasser les niveaux d’avant-crise (février 2020).

Si l’activité dépasse de 10 % son volume d’avant-crise, les flottes connaissent encore cependant des situations d’immobilisation (4 % de la flotte immobilisée en moyenne). À + 8 %, l’effectif des conducteurs continue de progresser en juin.

Ainsi l’activité progresse plus rapidement que les moyens engagés. Cette hausse de la productivité apparente témoigne bien d’un retour progressif à des conditions d’exploitation plus normales mais sans qu’il soit possible de déterminer si, à fin juin, des surcoûts significatifs relatifs aux conditions d’exploitation subsistent.

En variation annuelle, flottes en activité et conducteurs présents affichent encore une baisse de l’ordre de 2 % en juin. Le secteur reste encore touché par la crise.

En hausse de 14,5 %, en moyenne en juin, la masse salariale des entreprises de TRM dépasse de 11,3 points son montant d’avant-crise. La masse salariale conducteur connaît une évolution comparable. En tendance annuelle, le niveau atteint est comparable à juin 2019.

Après avoir connu un pic au plus fort de la crise en avril 2020, les charges financières moyennes se maintiennent, pour le deuxième mois consécutif, à leur niveau d’avant crise. En comparaison sur un an, en moyenne, les charges financières sont significativement en retrait durant toute la période de crise.

Pour 82 % des entreprises sondées, en moyenne, le tarif de base du transport avec le client principal n’a pas été modifié en juin 2020. Tendanciellement il reste inférieur à son niveau d’avant-crise. La question de l’impact à terme des surcoûts subits reste entière.

Ces résultats montrent que les prix de transport, hors indexation du gazole, ne se sont généralement pas ajustés automatiquement sur les surcoûts subis par les transporteurs depuis le début de la crise.

« En tendance annuelle, les niveaux atteints sont comparables à ceux de juin 2019. Tout semble indiquer le retour à une situation normale. Mais le secteur reste fragilisé par cette crise et notamment l’importance des surcoûts qu’il a dû financer. En effet, en moyenne, pour les entreprises interrogées les prix hors gazole (avec le client principal) ont connu des évolutions négatives sur la période, et une partie de la flotte reste immobilisée », résume le CNR.

Nous vous recommandons

Project44 révèle que les retards d'expédition sont montés en flèche en 2021

Project44 révèle que les retards d'expédition sont montés en flèche en 2021

Pour Project44, 2021 a définitivement été une année compliquée pour les expéditeurs comme pour les transporteurs et les consommateurs, car les principes du « juste à temps » se sont effondrés, faisant exploser les...

Julien Laran devient directeur général de Labatut Group

Nomination

Julien Laran devient directeur général de Labatut Group

Présidentielle 2022 : les 17 propositions de La FNTR

Présidentielle 2022 : les 17 propositions de La FNTR

Dupessey & Co soigne le TCO de ses camions

Dupessey & Co soigne le TCO de ses camions

Plus d'articles