Les constructeurs chinois tirent profit de la débâcle du marché automobile russe

Alexandre Guillet

Mis à jour le à

Sujets relatifs :

, ,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Les constructeurs chinois tirent profit de la débâcle du marché automobile russe

Les marques chinoises sont les seules à profiter de l'effondrement du marché automobile russe.

© Geely

Sous les effets de la guerre en Ukraine et des tensions internationales, le marché automobile russe est complètement sinistré, en chute libre de plus de 60 % depuis le début de l’année. Le départ des constructeurs traditionnels permet aux marques chinoises de prospérer et elles détiennent près d’un tiers du marché.

Le marché des véhicules neufs, VL et VUL, a totalement dévissé en Russie, accusant une chute de - 61 % au cumul des onze premiers mois de l'année. Le chétif mois de novembre en est une parfaite illustration avec 46 403 immatriculations. Les analystes tablent sur 600 000 ventes sur l’ensemble de l’exercice.

Ce repli s’explique par la guerre menée en Ukraine et ses conséquences sur le réseau industriel en Russie et le pouvoir d’achat des habitants. Une situation sous haute tension qui a engendré le départ de très nombreux constructeurs traditionnels, à l’image de Renault, pourtant bien implanté avec Avtovaz (Lada), ou de Toyota, qui perd ici un de ses marchés les plus rentables de la zone Europe élargie.

La part des marques chinoises a bondi en 2022

Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, on constate que les marques chinoises ont vu leurs parts de marché bondir depuis le début de 2022 et Haval, Chery et Geely en sont parmi les principales bénéficiaires.

Évolution de la part de marché des constructeurs automobiles chinois en Russie en 2022

Janvier

9,6 %

Février

9,4 %

Mars

9,6 %

Avril

12,6 %

Mai

16,9 %

Juin

21 %

Juillet

24,3 %

Août

25,9 %

Septembre

27 %

Octobre

29,5 %

Novembre

31,3 %

Encore du potentiel pour les marques chinoises en Russie

Sur le marché, les constructeurs domestiques occupent majoritairement le segment Entry, avec des voitures à moins de 20 000 euros, alors que les marques chinoises gagnent aussi du terrain sur le périmètre des marques mainstream traditionnelles, y compris sur des modèles au-dessus de 20 000 euros.

En 2023, le marché russe devrait timidement progresser pour atteindre 800 000 immatriculations, avec toutes les réserves qui s’imposent bien entendu. Les marques chinoises devraient continuer à progresser pour capter 35 % de part. Le Russie est déjà le sixième marché d’exportation automobile pour les constructeurs chinois.

Pour l’anecdote, précisons encore que derrière le revival de la marque russe Moskvitch se trouve le savoir-faire du groupe chinois JAC !

(avec Reuters)

Nous vous recommandons

Honda se réorganise pour placer l’électrification au cœur de son réacteur

Honda se réorganise pour placer l’électrification au cœur de son réacteur

Le groupe Honda annonce une importante réorganisation qui vise à faire du développement du véhicule électrique le centre de son business. Il simplifie aussi ses grandes régions mondiales et la France est concernée.Le groupe Honda...

Le constructeur de navettes autonomes Navya au bord du gouffre

Le constructeur de navettes autonomes Navya au bord du gouffre

François Liquier est le nouveau responsable développement réseau de Mazda France

Nomination

François Liquier est le nouveau responsable développement réseau de Mazda France

Conduite autonome : Alphabet (Google) va tailler dans les effectifs de sa filiale Waymo

Conduite autonome : Alphabet (Google) va tailler dans les effectifs de sa filiale Waymo

Plus d'articles