Les deux-roues électriques passent à l'auto-partage

Séverine Fontaine
Les deux-roues électriques passent à l'auto-partage

Les deux-roues électriques passent à l'auto-partage

Tout ce qui est électrique peut être mis en auto-partage. Voici la devise de la start-up MOPeasy, qui souhaite développer ce nouveau mode de mobilité sur les deux-roues électriques.

Quarante deux-roues électriques – 20 scooters Going Green et 20 vélos à assistance électrique Wayscral – vont être proposés en auto-partage par MOPeasy sur le site Paris-Saclay. Ceux-ci seront en libre service et géolocalisés en temps réel. Depuis la plate-forme monautopartage.fr de la start-up, l’usager pourra repérer le deux-roues le plus proche et le réserver. Il devra ensuite restituer le véhicule dans l’un des emplacements autorisés et sera facturé sur la base de son temps d’utilisation. L’expérimentation devrait débuter mi-juillet pour une durée de quatre mois. Ces deux-roues seront accessibles depuis les gares RER, le campus universitaire ou encore le centre-ville d’Orsay.

Le projet d’auto-partage des deux-roues électriques est réalisé dans le cadre du programme européen Gmotit, qui vise à améliorer l’auto-partage des deux-roues électriques en free floating (libre service sans station prédéfinie) grâce à une technologie de géolocalisation par EGNSS (pour European global navigation satellite system). Cette dernière s’appuie sur les systèmes Galileo et EGNOS. Ces deux technologies permettent d’avoir une géolocalisation plus précise que le GPS, comme le positionnement d’un scooter garé le long d’une paroi d’immeuble.

Une offre complète de mobilité électrique

« Pour pouvoir mettre ces deux-roues électriques en auto-partage, une modification mineure est nécessaire, explique Bruno Flinois, président de MOPeasy. Nous installons une petite boîte triangulaire sur le cadre, avec ouverture RFID, dans laquelle se trouve la clé. »

A l’issue de ces quatre mois, MOPeasy continuera l’auto-partage de vélos à assistance électrique à travers un programme local. À terme, la société intégrera cette nouvelle solution de mobilité à sa plate-forme pour avoir l’offre la plus complète en matière d’auto-partage de la mobilité électrique.

Nous vous recommandons

Mazda envisage d’arrêter de produire des voitures en Russie

Mazda envisage d’arrêter de produire des voitures en Russie

Comme de nombreux constructeurs automobiles, Mazda est fragilisée sur le marché russe depuis le début de l’invasion de l’Ukraine. Dès lors, le constructeur étudie l’hypothèse de la fin de la production de son usine située à...

26/09/2022 | UsineEconomie
Toyota quitte la Russie

Toyota quitte la Russie

Hopium va produire sa voiture à hydrogène en France

Hopium va produire sa voiture à hydrogène en France

Arval crée une direction des solutions de mobilité

Nomination

Arval crée une direction des solutions de mobilité

Plus d'articles