Etude

Les équipementiers confrontés à de plus en plus de défis

Les équipementiers confrontés à de plus en plus de défis

Les temps sont toujours aussi durs pour les équipementiers automobiles, les volumes de production pour 2022-2023 restant inférieurs aux niveaux pré-pandémiques.

© Lazard.com

Selon l'étude Global Automotive Supplier Study 2022 menée par Lazard et Roland Berger, les équipementiers automobiles sont sous pression. Touchés de plein fouet par les crises à répétition, ils doivent investir dans les technologies d’avenir pour relever les défis de demain.

En plus de la crise liée au Covid-19, le conflit russo-ukrainien, les pénuries de semi-conducteurs, ainsi que la hausse des prix des matières premières et de l'énergie ont stoppé la reprise en 2022. Selon l'étude réalisée par Lazard et Roland Berger, le chiffre d'affaires mondial des équipementiers automobiles sera inférieur à celui de 2019 au cours des douze, voire des dix-huit prochains mois. Éric Espérance, associé chez Roland Berger, estime qu'un retour « aux niveaux d'avant-crise n'est pas attendu avant 2025 ». Les investissements dans les technologies d'avenir sont par ailleurs compromis en raison de l'inflation des taux d'intérêt. L'étude constate cependant que la rentabilité des équipementiers varie en fonction de leur segment : les fournisseurs d'électronique et les équipementiers automobiles qui approvisionnent le marché des pièces de rechange ont dépassé la rentabilité moyenne du secteur, alors que la plupart des fournisseurs de composants traditionnels sont confrontés à une baisse de leurs marges sur ce marché. De plus, certains équipementiers ne sont pas en mesure de répercuter l'intégralité des hausses des coûts (énergie et logistique) ou la pénurie de puces. Ainsi, l'enquête relève que les marges des fournisseurs vont retomber en dessous de 2021 (5,3 % en moyenne), sans amélioration attendue en 2023.

Un secteur en mutation

L'étude a listé les huit facteurs expliquant la pression sur les fournisseurs :

  1. La pénurie de semi-conducteurs : les approvisionnements limités tiennent toujours l'industrie en otage et la situation ne devrait pas s’améliorer de sitôt.
  2. La situation géopolitique : la guerre en Ukraine, l'inflation en hausse et l'augmentation des taux d'intérêt sont autant de facteurs qui augmentent les coûts des fournisseurs.
  3. Les coûts du fret : pour les raisons évoquées précédemment, ceux-ci sont également restés élevés, réduisant davantage les marges des fournisseurs.
  4. L’incertitude des prévisions de volume : les perspectives de production de véhicules étant incertaines, et les commandes à court terme étant volatiles, les fournisseurs ont du mal à prévoir avec précision leurs volumes.
  5. La transformation de l'industrie : malgré l'évolution de la situation macroéconomique, les constructeurs font pression sur les fournisseurs pour qu'ils maintiennent leurs coûts à des niveaux très bas, sans parvenir à inventer de nouveaux modes de collaboration avec ces derniers.
  6. L'intégration verticale : à l'avenir, les constructeurs devraient externaliser certains systèmes de véhicules électriques, ce qui pourrait réduire davantage les commandes des fournisseurs.
  7. Une hypercroissance remise en question : l'avenir de la Chine en tant que moteur de l'industrie automobile est incertain.
  8. L'augmentation des coûts de financement : les banques centrales qui luttent contre l'inflation mondiale devraient augmenter les taux d'intérêt et ainsi rendre le refinancement des fournisseurs automobiles considérablement plus coûteux.

La transformation de l'industrie automobile vers les technologies électriques et la conduite autonome, ainsi que la digitalisation du véhicule, oblige les équipementiers à investir dans les nouvelles technologies. L'étude conclut que la croissance du chiffre d'affaires et des bénéfices des fournisseurs va de pair avec le développement de nouvelles technologies.

Nous vous recommandons

Vitrage : une année 2022 « exceptionnelle » pour France Pare-Brise

Vitrage : une année 2022 « exceptionnelle » pour France Pare-Brise

Le spécialiste de la réparation de vitrage, France Pare-Brise, tire un bilan extrêmement positif de l’activité 2022, en croissance de 14 %. La part des clients professionnels fait un bon de 22 %.En toute transparence, le réseau de...

27/01/2023 | CarrosserieVitrage
Pneumaclic met l'accent sur le service client

Pneumaclic met l'accent sur le service client

Recyclage : Indra exporte son savoir-faire

Recyclage : Indra exporte son savoir-faire

Mobilians veut stimuler le jeu collectif en 2023

Mobilians veut stimuler le jeu collectif en 2023

Plus d'articles