Etude

Les flottes seront majoritairement électriques dans 3 ans

Les flottes seront majoritairement électriques dans 3 ans

© Mercedes-Benz AG

Selon la première édition du baromètre WWF France MOB40 visant à évaluer la transition écologique des flottes des grandes entreprises françaises, celles-ci seraient composées de véhicules « propres » pour plus de la moitié de leurs effectifs, en 2024. Une projection rassurante pour l’avenir décarboné du parc roulant hexagonal.

Réalisée dans le but « d’appréhender les dynamiques de verdissement des grandes flottes de véhicules d’entreprises en France » et de « comprendre les choix qui sont et qui seront faits en faveur du véhicule électrique », l’étude MOB40 menée par l’organisation de protection de l’environnement WWF s’est concentrée sur les flottes comptant plus de 100 véhicules. Pour cause : si moins de 1 % des entreprises tricolores disposent d’un parc de plus de 100 véhicules, elles représentent 14 % du parc total de voitures en plus de devoir répondre à un quota de verdissement imposé par la loi d’orientation des mobilités (LOM), et ce dès 2022. Les 40 entreprises volontaires et sélectionnées pour la première édition de ce baromètre, parfois membres du CAC40 et englobant un échantillon de 120 000 unités automobiles, constituent donc un panel représentatif des contraintes législatives qui pèsent sur la mobilité professionnelle.

La fin de l’hégémonie thermique pour 2023

S’il demeure, à l’heure actuelle, largement majoritaire au sein des flottes avec 58 % de parts de marché, le diesel est en déclin constant au profit des motorisations électrifiées, et notamment l’hybride rechargeable. Sa popularité, dont la croissance s’avère plus rapide que celle de l’électrique, s'est vue multipliée par environ dix en deux ans, atteignant 8 % en 2021. Un attrait exponentiel permis par un élargissement de l’offre de la part des constructeurs, mais aussi des mesures de soutien du gouvernement, dans le cadre du plan de relance mis en place en juin 2020. Sans oublier « l’anticipation, de la part des gestionnaires, des objectifs de verdissement de la loi LOM qui rentreront en vigueur en 2022 », rappelle WWF dans son baromètre.

Au regard de ce constat chiffré, l’organisme imagine ainsi que, d’ici à trois ans, un véhicule acquis sur deux sera électrifié (électrique ou hybride rechargeable) sur le créneau des véhicules particuliers. Sur celui des véhicules utilitaires légers, le ratio n’atteindra pas les 50 % certes, mais avoisinera les 40 %. Le coût total de possession (TCO) moindre des VE vis-à-vis des moutures à énergies fossiles joue en faveur de cette conversion d’ampleur, ce point s’inscrivant comme le premier critère de ce choix lors du renouvellement des flottes.

Une estimation qui va au-delà des objectifs gouvernementaux, qui visent seulement 20 % de véhicules à faibles émissions dans les nouvelles acquisitions en 2024. Quant à viser une flotte 100 % électrique à l’horizon 2030, deux gestionnaires interrogés par WWF sur trois se disent prêts à relever le défi si leur entreprise s’engage à en faire l’une de ses priorités. Là-encore, cette volonté se révèle bien plus ambitieuse que celle de l’État, qui ne vise « que » 70 % de véhicules électriques et hybrides rechargeables pour les nouvelles acquisitions en 2030. « Cela démontre donc le décalage, qui mériterait d’être réajusté, entre l’ambition des acteurs privés et celle des pouvoirs publics », fait valoir WWF.

Des freins à surmonter pour y arriver

Néanmoins, pour mener à bien ces objectifs de verdissement, un facteur de complexité doit encore être résorbé : l’équipement en bornes de recharge. Celui-ci apparaît en effet toujours insuffisant malgré des politiques de soutien tels que le programme CEE Advenir qui couvre 30 % des coûts d’installation de points de recharge privés et 60 % des frais pour les parkings ouverts au public. Ainsi, aujourd’hui, près la moitié des gestionnaires (46 %) possède moins de 10 bornes de recharge, et 8 % aucune. La répartition du nombre de bornes par véhicules électriques dans les flottes s’avère également problématique puisque 33 % du panel enregistre entre 0,4 et 0,1 borne par VE et 16 % tout simplement 0. Dès lors, l’aide à l’installation de bornes au domicile du salarié apparaît comme une solution à long terme déterminante pour l’ensemble des sondés.

À l’inverse, WWF France a mis en exergue l’impact, si ce n’est positif au moins favorable de la crise sanitaire en tant qu’impulsion vers plus de sobriété dans la mobilité des salariés. « Si l’épidémie a pu mettre entre parenthèses le développement des flottes durant le temps du premier confinement […] le télétravail et le report modal vers des alternatives à la voiture telles que le vélo, dont la pratique a explosé en phase de déconfinement, ont nourri cette accélération », explique l’organisation environnementale. Ce coup d’arrêt a aussi été « l’occasion de repenser la répartition, en termes de gamme et de motorisation » et de procéder à des ajustements pour réduire l’empreinte carbone des flottes en diminuant la taille du parc, par exemple.

L’action des flottes sera déterminante pour la mobilité de tous

C’est un fait, puisqu’en 2021 elles représentaient 4 ventes de véhicules neufs sur 10 en France selon les données de l’Arval Mobility Observatory, les flottes d’entreprises sont un vecteur majeur de renouvellement du parc automobile hexagonal. D’autant que les véhicules des parcs d’entreprises sont revendus sur marché d’occasion après 4 ou 5 ans d’utilisation, se retrouvant ensuite entre les mains d’une large majorité de conducteurs particuliers car 75 % des ménages modestes achètent leurs véhicules sur le marché de l’occasion comme le soulignait WWF France dans son enquête « L’impact écrasant des SUV sur le budget des ménages modestes » (2020). Par conséquent, l’électrification des flottes accélérerait donc celle du parc roulant français global en permettant l’accès, au plus grand nombre, à des véhicules « propres » et abordables.

Nous vous recommandons

Les bornes de recharge rapides seraient-elles plus fiables ?

Les bornes de recharge rapides seraient-elles plus fiables ?

L’Association française pour l’itinérance de la recharge électrique des véhicules (Afirev) a récemment publié une mise à jour de l’Observatoire de la qualité des services de recharge accessibles au public. Bonne nouvelle : le...

Marché France : quels sont les véhicules utilitaires légers (VUL) les plus prisés depuis le début de l'année ?

Etude

Marché France : quels sont les véhicules utilitaires légers (VUL) les plus prisés depuis le début de l'année ?

Marché flottes : des immatriculations en forte baisse en juillet

Etude

Marché flottes : des immatriculations en forte baisse en juillet

Le marché du véhicule d'occasion chute au mois de juillet

Etude

Le marché du véhicule d'occasion chute au mois de juillet

Plus d'articles