Les gaziers appellent à la prudence face au B100

Fabio CROCCO

Sujets relatifs :

,
Les gaziers appellent à la prudence face au B100

Le collectif soutient avec force sa demande d'annulation de l'arrêté du 11 avril 2022 et demeure confiant dans les suites qui seront apportées à ce dossier.

Les distributeurs de gaz, vent debout contre le décret qui classe le B100 en Crit’Air 1, appellent les transporteurs à ne pas investir dans cette solution tant que le Conseil d’État ne s'est pas exprimé définitivement sur la légalité du texte de loi avant la fin de l'année.

Le collectif d’opérateurs de stations multi-énergies composé notamment de Gaz’up, Primagaz et Proviridis a déposé le 16 juin dernier un recours en excès de pouvoir devant le Conseil d’État pour demander l’annulation de l’arrêté du 11 avril 2022 rendant les véhicules fonctionnant au biodiesel B100 exclusifs éligibles à la vignette Crit’Air 1.

Le Conseil d’État vient de rendre une première décision par laquelle il a considéré qu'il n'y avait pas d’urgence à suspendre l’exécution de l’arrêté. Il a néanmoins indiqué que la requête en annulation serait jugée par ses soins d'ici à la fin de l'année.

« Si le Conseil d’État n'a pas jugé qu'il y avait urgence à suspendre l'arrêté, il a néanmoins considéré qu'il y avait une urgence à se prononcer sur le fond de notre recours. La décision rendue ne préjuge absolument en rien de son appréciation quant à la légalité de l'arrêté », précise le collectif.

Ainsi, le groupe maintient que cet arrêté remet en cause une classification pourtant bien établie des carburants pour les poids lourds, autobus et autocars selon leur potentiel polluant que rien ne permet de justifier en l’état actuel de la documentation technique disponible. Le collectif rappelle que l’analyse comparative des certificats d’homologation constructeurs démontre qu’à fin juin, le parc français de camions homologués avec du biodiesel de type B100 émet plus de NOx (+ 11 %) et plus de particules en nombre (+ 26 %) que son équivalent fonctionnant au diesel B7.

Au regard de ces constatations, le collectif soutient avec force sa demande d'annulation de l'arrêté du 11 avril 2022 et demeure confiant dans les suites qui seront apportées à ce dossier.

« Nous appelons les transporteurs français, qui souhaitent rouler dans les zones à faibles émissions, à rester très prudents avant d’investir dans le biodiesel B100 dans l’attente de la décision du Conseil d’État sur le fond », prévient le collectif pour qui seuls le bioGNV, l’électrique et l’hydrogène restent les solutions les plus pertinentes.

Nous vous recommandons

Daimler Truck livrera les eActros LongHaul en 2023

Daimler Truck livrera les eActros LongHaul en 2023

Le constructeur de poids lourds annonce que les essais en conditions réelles de son camion électrique longue distance à batterie débuteront l'année prochaine.Amazon et Rhenus prévoient d'essayer l'eActros LongHaul dans le cadre du...

Volvo Trucks dévoile son essieu AR électrique

Volvo Trucks dévoile son essieu AR électrique

Volvo Trucks démarre les tests de ses camions à pile à combustible en 2025

Volvo Trucks démarre les tests de ses camions à pile à combustible en 2025

Carrier Transicold présente ses développements sur l'hydrogène à Hanovre

Carrier Transicold présente ses développements sur l'hydrogène à Hanovre

Plus d'articles