Chronique

Les nouveaux profils de collaborateurs commerciaux à envisager dès 2023

François Rotteleur
Les nouveaux profils de collaborateurs commerciaux à envisager dès 2023

© Pixabay

Comme tous les vendredis, retrouvez la chronique de François Rotteleur sur l’actualité RH dans l’univers de la distribution automobile.

Bien que la lecture des offres d’emploi publiées dans la distribution automobile puisse laisser penser que les entreprises chercheraient toujours de futurs collaborateurs aux profils et aux compétences similaires à ceux des précédentes années, l’émergence des nouveaux outils et des nouveaux marchés de la mobilité induit l’adaptation radicale des organisations et du management. L’opposition des avis entre ancien et nouveau modèle crée encore des incertitudes chez certains décideurs vis-à-vis des profils « classiques » de candidats et accentue l’effet de pénurie par exclusion du marché d’une partie non négligeable des candidatures pourtant toujours exploitables.

Une analyse des plus récentes décisions d’embauches dans différents secteurs d’activité tend à montrer que des candidats expérimentés, opérationnels et disponibles de suite, acceptant parfois d’adapter leurs exigences vis-à-vis des avantages précédemment acquis ne seraient plus systématiquement préférés par certains décideurs au profit d’autres amenant de nouvelles compétences.

L’étude révèle l’évolution des critères de sélection en plusieurs points et nous observons en partie la même tendance dans la distribution automobile.

Les connaissances digitales deviennent très appréciées : si l’expérience métier et la personnalité des candidats restent encore les critères ultimes de sélection, l’expérience digitale joue un rôle important dans la décision finale. Maîtriser en partie des solutions de communication sur les réseaux, avoir travaillé sur des supports ou à l’animation d’un e-commerce devient plus déterminant.

Comme ailleurs en Europe, les chômeurs sont mieux acceptés : il semble y avoir moins d’a priori négatif vis-à-vis des candidats demandeurs d’emploi pour une majorité d’entreprise. En particulier si ces candidats le sont depuis moins d’un an. Ces profils présentent les avantages d’être disponibles rapidement et un moindre risque de faire faux bond à la fin d’un processus de recrutement même allongé.

Paradoxalement les seniors sont encore souvent boudés : le critère de discrimination par l’âge apparaîtrait encore en hausse par rapport aux années précédentes, alors que les entreprises dans une autre étude se disent plus ouvertes à des profils de plus de 45 ans. La barre des 50 ans reste présente dans les esprits, bien que la santé s'améliorant permettrait dans certains cas de travailler plus longtemps.

Les difficultés et les coûts liés aux longs trajets domicile travail comme la fatigue occasionnée sont plus souvent prises en compte dans certains postes sensibles.

Les « outsiders » seraient retenus dans moins de 10 % des cas. La tendance au clonage à la vie dure. Dans presque 9 recrutements sur 10 les candidats retenus en finale seraient locaux et amèneraient au moins une formation, une culture ou une expérience identique au prédécesseur. Les profils sortant de formations de reconversion semblent aussi peu représentés. Les tensions du marché impactant le choix des décideurs, les clones apparaissent rassurants en se montrant plus rapidement opérationnels.

Au-delà de cette analyse, beaucoup s’accordent à dire que le poids de notre culture continue à peser sur l’emploi. Pourrait-on imaginer une meilleure exploitation des solutions existantes pour permettre plus d’insertion dans les populations actives, améliorer l’intégration des jeunes et faciliter le retour à l’emploi des séniors. C’est cette réflexion qui permettra en partie aux entreprises de notre secteur de trouver les femmes et les hommes dont elles auront besoin demain pour assurer un service de qualité à leur clientèle.

Nous vous recommandons

Focus sur le marché norvégien et ses 80 % de voitures neuves électriques

Focus sur le marché norvégien et ses 80 % de voitures neuves électriques

Le marché norvégien du véhicule neuf est non seulement le plus électrifié au monde, mais il figure parmi les rares à afficher une progression de 25 % entre 2019 et 2022.La Norvège est souvent citée comme le pays le plus en avance en...

Aramis Group se dote d’un deuxième centre de reconditionnement de VO au Royaume-Uni

Aramis Group se dote d’un deuxième centre de reconditionnement de VO au Royaume-Uni

Etiennette Savart rejoint Aramisauto

Nomination

Etiennette Savart rejoint Aramisauto

L’Alliance des Mobilités pour le maintien des trottinettes partagées à Paris

L’Alliance des Mobilités pour le maintien des trottinettes partagées à Paris

Plus d'articles