Les scooters cargos électriques à l'assaut des centres-villes

Les scooters cargos électriques à l'assaut des centres-villes

© Yadea-Y1S top-case

Pour une livraison du dernier kilomètre ou de petites interventions en SAV, un scooter cargo peut remplacer une voiture. Depuis quelques mois, l’offre se démultiplie mais ce marché est-il mûr pour que les entreprises sautent le pas ?
Pour une fois ce n’est pas Paris mais Nantes qui a dégainé la première. Par un arrêté du 8 mars 2022, la métropole de Loire-Atlantique a interdit aux scooters thermiques d’emprunter les rues piétonnes de son centre-ville. La mesure encourage la conversion d’un parc encore largement dominé par les moteurs essence. Dans un bilan daté de septembre 2021, la Chambre syndicale internationale de l’automobile et du motocycle (CSIAM) avait comptabilisé 8 399 ventes de scooters, dont 1 703 électriques. Des ventes minoritaires, certes, mais qui connaissent la croissance la plus dynamique. En tête, quelques nouvelles références telles que Askoll, Niu ou encore Pink Mobility, qui ont à leurs trousses, une meute de challengers. L’offre BtoC domine mais certains acteurs ciblent les entreprises avec un modèle à tout faire : le scooter cargo. En passant à l’électrique, il devient un sésame pour se faufiler partout, notamment au cœur des zones à faibles émissions mobilité (ZFE-m).

Du punch et du coffre

« Depuis la sortie du dernier confinement, la demande est exponentielle et cela se confirme avec l’annonce du stationnement qui sera payant à Paris pour les scooters thermiques en septembre prochain. Quant à l’augmentation du prix de l’essence, quand vous avez une vingtaine de livreurs, avec un carburant à deux euros le litre, l’augmentation est sensible », observe Vincent Arsac, responsable e-commerce de Go2roues, un des principaux distributeurs. Il y a quelques mois, il a créé sa propre marque, Rider, avec un modèle qui cible les entreprises, le « Pro Cargo » qui embarque un caisson de 80 litres. Certes son tarif de 4 890 euros TTC hors bonus est supérieur à celui d’un équivalent thermique mais le plein coûte seulement 80 centimes.
Pour des besoins plus urbains, la marque vient de présenter un équivalent 50 cc, le Y1S Cargo (2 700 w et tarif à venir) qui peut transporter jusqu’à 130 kg. Ses deux batteries, amovibles, se branchent n’importe où. « Nous proposons un dock spécial qui permet de recharger complètement en une à deux heures », affirme Raphaël Misraki, responsable communication de Yadea France. Les clients désireux de rouler en permanence pourront acquérir des batteries supplémentaires (400 euros pièce) à intervertir en quelques minutes.

Des cargos pour tous les métiers

La plupart des cargos s’adressent à la livraison urbaine (alimentaire, petits colis…) ou aux réparateurs avec peu de matériel mais il existe une offre répondant à des besoins spécifiques. Tel est le cas du français Curbee avec ses modèles à trois roues (de 13 000 à 17 000 euros HT) qui s’adjoignent une caisse jusqu’à 1 600 litres ou une box réfrigérée à -35°. « Nous accompagnons les sociétés de transport du dernier kilomètre », explique le directeur général Redha Bellahsene.
Désormais, le livreur est bien assis, sans vibration, protégé des intempéries et il bénéficie d’aides à la conduite comme la marche arrière avec caméra de recul. Certes la vitesse plafonne à 45 km/h (voire 30 km/h à pleine charge) mais c’est suffisant, estime son fabricant, pour livrer dans Paris. Les entreprises qui ont besoin de quitter l’hypercentre pourront s’adresser à Eccity qui développe ses scooters électriques made in France depuis une dizaine d’années. Grâce à ses deux roues arrière, le « Cargo 3» (11 990 euros) tourne plus court qu’un Piaggio MP3 et il embarque jusqu’à 80 kg de charge utile. Point fort : la gestion de la batterie et de la puissance qui en fait l’un des plus polyvalents. « C’est le seul scooter cargo électrique capable d’emprunter une voie rapide à 120 km/h », souligne Jean- François Girard, directeur commercial et marketing. Des performances qui se maintiennent même en côte, grâce au moteur de 10 000 w. De quoi crédibiliser un peu plus l’alternative aux scooters thermiques.

Retrouvez l'intégralité de cette enquête dans le numéro 275 du magazine L'Automobile & L'Entreprise

Nous vous recommandons

Cooltra lance son service de deux-roues électriques partagés

Cooltra lance son service de deux-roues électriques partagés

Connue pour ses scooters électriques en libre-service dans Paris, Cooltra se lance sur le créneau des mobilités partagées en entreprise. Cette nouvelle offre, baptisée Primos, comporte des scooters et vélos, tous électriques, avec un...

29/11/2022 | VéloElectromobilité
Le Conseil national de la sécurité routière veut mettre la pression sur les entreprises

Le Conseil national de la sécurité routière veut mettre la pression sur les entreprises

Mewa déploie sa logistique verte et adopte un concept de livraison en deux étapes

Mewa déploie sa logistique verte et adopte un concept de livraison en deux étapes

Fleet Care Alliance : un service tout-en-un pour les flottes automobiles

En bref

Fleet Care Alliance : un service tout-en-un pour les flottes automobiles

Plus d'articles