Les ventes de véhicules GPL décollent... mais pas en flottes

Les ventes de véhicules GPL décollent... mais pas en flottes

Les ventes de véhicules GPL décollent... mais pas en flottes

Selon France Gaz Liquides (ex-CFBP), les ventes de véhicules carburant au GPL ont augmenté de 30 % en dix ans sur le marché européen et de 716 % l’an dernier en France.

Le GPL regagne la confiance des automobilistes français. Selon France Gaz Liquides (le nouveau nom du Comité Français du Butane et du Propane), plus de 16 500 véhicules neufs carburant au GPL (gaz de pétrole liquéfié) ont été immatriculés l’an dernier sur le territoire. Contre seulement 2 000 unités l’année précédente. Ce qui représente une augmentation des ventes de... 716 % !

« À ces bons résultats s’ajoute une hausse des ventes sur le marché de l’occasion de 13,7 % par rapport à 2019 », est-il encore précisé. Au total, d’après les calculs de l’organisation, quelque 200 000 véhicules GPL circulent en France. En flottes, le constat est tout autre puisque d’après nos données, seuls 703 véhicules GPL ont rejoint les parcs des entreprises et administrations.

L’offre créé la demande (et inversement)

Plusieurs facteurs peuvent être avancés pour expliquer ce regain d’intérêt des automobilistes français. Tout d’abord, le prix du carburant. Depuis de nombreuses années, le GPL s’affiche à des tarifs nettement inférieurs à 1 euro le litre. En moyenne, ce carburant distribué dans 1 650 stations service coûte 0,83 euro à la pompe. « Bien que la consommation soit plus élevée par rapport à une voiture à essence traditionnelle, il permet de baisser le budget carburant d’environ 27 % et offre une grande autonomie », fait valoir France Gaz Liquides qui rappelle que les véhicules GPL bénéficient automatique de la vignette Crit’Air 1... et peuvent donc librement circuler dans les zones à faibles émission (ZFE-m).

Toujours au chapitre économique, les véhicules GPL sont éligibles à la prime à la conversion, bénéficient de la gratuité de la carte grise (ou d’une réduction de 50 % de son coût), d’une gratuité ou de réductions sur le stationnement. À cela s’ajoutent, pour les professionnels, une exonération de TVS ainsi que la récupération de la TVA sur le carburant.

Outre ces arguments, c’est surtout grâce à une offre élargie du côté des constructeurs que les immatriculations décollent. Plus particulièrement du côté du Groupe Renault avec la gamme Dacia et les modèles citadins du Losange. Sont ainsi proposées en bicarburation essence-GPL les nouvelles Sandero et Sandero Stepway, le Duster mais aussi les Clio et Captur.

Et en Europe ?

Au niveau du marché européen, les ventes ont progressé de 30 % en dix ans. France Gaz Liquides estime que 8 millions de véhicules GPL sont en circulation au sein de l’Union européenne. Parmi les leaders du marché, citons l’Italie qui a enregistré 93 464 immatriculations l’an dernier. Si la France se classe loin derrière ses voisins transalpins, l’Espagne (9 980 unités), la Roumanie (9 278 unités), la Pologne (9 138 unités) et l’Allemagne (6 544 unités) se situent encore plus loin.

Nous vous recommandons

En octobre, le marché Europe des véhicules utilitaires était encore en berne

En octobre, le marché Europe des véhicules utilitaires était encore en berne

Selon les données de l’ACEA, les immatriculations des VUL au sein de l’UE ont marqué un repli de 16,4 % en octobre 2021, après un été déjà en décroissance. Au cumul, depuis le début de l’année, les ventes remontent toutefois...

BMW iX3, Hyundai Ioniq 5, Opel Mokka-e… Euro NCAP juge leur conduite autonome

BMW iX3, Hyundai Ioniq 5, Opel Mokka-e… Euro NCAP juge leur conduite autonome

Recharge publique : un maillage français qui plafonne à moins de 50 000 bornes

Recharge publique : un maillage français qui plafonne à moins de 50 000 bornes

Berlin et Paris en tête des villes promouvant la mobilité partagée

Etude

Berlin et Paris en tête des villes promouvant la mobilité partagée

Plus d'articles