LKQ plaide pour une filière de réparation et de recyclage des batteries haute tension

Fabio CROCCO

Sujets relatifs :

, ,
LKQ plaide pour une filière de réparation et de recyclage des batteries haute tension

Arnd Franz à Vienne lors du 43e symposium International sur le moteur

Le géant mondial de la distribution de pièces détachées, LKQ, très impliqué dans les pièces recyclées, annonce vouloir mettre en place une solution de réparation et de recyclage des batteries haute tension. Un défi grandissant pour l’après-vente automobile avec le développement de l’électromobilité.

Dans le cadre d'une étude commune, l'université RWTH d'Aix-la-Chapelle et le distributeur de pièces LKQ se sont penchés sur les défis posés par la fin de vie des batteries haute tension des véhicules électriques. Ils ont exposés des solutions possibles en matière de réutilisation, de remise à neuf, de réparation et de recyclage des batteries.

Car les batteries haute tension, équipements techniques et complexes, ne sont pas exempts de possibles défaillances de l’un de ses composants et sont, comme n’importe quel organe, sujet à l’usure. Pouvoir les réparer est une nécessité économique pour les consommateurs et la préservation de la valeur résiduelle des véhicules. Leur recyclage en fin de vie est aussi une question de préservation de l’environnement et des ressources.

« Le volume des batteries lithium-ion en fin de vie dans les véhicules électriques va augmenter massivement dans les années à venir. Par conséquent, nous devons développer des concepts économiques et durables pour l'optimisation et la réutilisation des batteries et à la toute fin également pour la récupération des matières premières » prévient l'universitaire Achim Kampker.

« Nous voulons être les premiers à commercialiser l'électrification sur le marché indépendant des pièces de rechange. Notre coopération avec l'université est un élément crucial de notre stratégie visant à offrir des services de diagnostic, de logistique inverse, de réparation et de recyclage des batteries. En tant que plus grand recycleur de véhicules, LKQ développe rapidement ses solutions de cycle de vie pour les véhicules électriques » a annoncé Arnd Franz, PDG de LKQ Europe.

L’étude menée considère que la batterie a une durée de vie entre 10 à 14 ans avant de devoir être remplacée alors qu’à ce stade aucune filière de retraitement n’existe réellement. Un dossier dont souhaite se saisir LKQ qui estime que d’ici 2028 une forte proportion de véhicules électriques sera à considérer par les acteurs indépendants des services de l’automobile.

« Nous prévoyons environ un parc de 34 millions de batteries haute en Europe d'ici 2030 » chiffre Christoph Schön, responsable de l'innovation E-Mobilité chez LKQ Europe. Et de poursuivre : « La question est de savoir combien de temps ces batteries resteront intactes. Selon les estimations actuelles, d'ici la fin de la décennie, environ 1,3 million de batteries par an connaitrons une défaillance électriques, mécaniques et électrochimiques et devront être diagnostiquées, puis réparées ou remplacées. Par la suite, nous prévoyons que ces retours continueront à augmenter à un taux de 30 % par an. Si l'ensemble du système de batterie doit être remplacé, ces travaux sont coûteux. Nous voulons proposer des solutions adaptées et durables, où le conducteur n'a pas besoin d'investir dans une nouvelle batterie pour un véhicule de 10 ans, mais peut obtenir une réparation ou une remise à neuf de la batterie à moindre frais. ». Selon LKQ, la facture pourrait être réduite de 69 %, passant de 9,6 Md€ à 3 Md€.

La législation doit encadrer cette possible réparation et le recyclage

LKQ demande aux constructeurs et aux équipementiers de considérer cette possible réparation des batteries dès la phase de développement des véhicules. Il demande aussi aux pouvoirs publics de s’emparer de cette question et de fournir un cadre ouvert et concurrentiel permettant un accès non discriminatoire aux interfaces de batteries pour le marché des pièces de rechange afin de permettre l'entretien et la réparation.

Nous vous recommandons

Test : Gedore 900-20 : une longue, fine et puissante baladeuse qui ne manque pas d’intérêt

Test : Gedore 900-20 : une longue, fine et puissante baladeuse qui ne manque pas d’intérêt

L’outilleur allemand Gedore a imaginé une baladeuse à leds qui casse les codes des lampes classiques dans les ateliers. Sa finesse et sa longueur permettent un éclairage diffus mais aussi d’aller illuminer les endroits les plus...

25/05/2022 | Outillage
La Fiev désigne le nouveau président du Groupe des industries d'équipements de garage

Nomination

La Fiev désigne le nouveau président du Groupe des industries d'équipements de garage

Test : Knipex, clés ou pince, ne plus choisir !

Test : Knipex, clés ou pince, ne plus choisir !

Jantes Alu Services étend son concept à l'échelle nationale

Jantes Alu Services étend son concept à l'échelle nationale

Plus d'articles