Marché flottes : les immatriculations régressent (encore) en mai

Antonin Moriscot
Marché flottes : les immatriculations régressent (encore) en mai

© Peugeot

Depuis plusieurs mois maintenant, les mises à la route de véhicules d'entreprise sont en net retrait par rapport à l'an passé. Au cumul, le marché flottes a reculé de presque 20 % et « il manque 68 181 immatriculations pour retrouver le niveau de 2021 », alerte l'Arval Mobility Observatory. 

En 2022, l'automobile n'est décidément pas à la fête en France. Les ventes et immatriculations de véhicules neufs ne progressent plus. Elles régressent ! En mai dernier, le marché automobile français a connu son douzième mois consécutif de baisse, enregistrant la mise à la route de seulement 126 813 véhicules.

En observant de plus près les sous-segments qui composent ce marché, on constate également que le marché du véhicule d'entreprise est à la peine. Selon les données de l'Arval Mobility Observatory« un recul de 15,84 % des immatriculations (VP + VUL) à 55 329 unités » a été enregistré en mai 2022. Ainsi, depuis le début de l'année, avec un total de 285 812 véhicules mis à la route, le marché flottes accuse un repli de 19,26 % par rapport à 2021.

Moins de VUL, moins de PHEV, moins de thermiques dans les parcs 

En affinant les statistiques, il ressort de ce bilan mensuel du marché entreprise que moins de véhicules utilitaires légers ont été mis à la route en mai par rapport au mois précédent. « Les VUL accusent une baisse de 20,8 % sur un mois (20 489 unités) contre - 12,63 % pour les VP à 34 840 unités », relève l'organisme. Sur la période courant du 1er janvier au 31 mai 2022, les VUL accusent même un repli de 26,1 % à 109 822 unités, « alors que les VP offrent davantage de résistance, avec un recul de - 14,31 % (175 990 unités). »

Le mix énergétique est également en mouvement. Si l'on note toujours une certaine appétence pour les véhicules 100 % électriques ou hybrides dits « auto-rechargeables », les hybrides rechargeables (PHEV) voient leurs immatriculations reculer de 4,5 %. Un plongeon vers les abymes moins prononcé toutefois que pour les véhicules thermiques. Les immatriculations de modèles carburant au gazole connaissant une baisse de 31,72 % tandis que celles fonctionnant au sans-plomb baissent de 14 %.

À noter que, depuis le début de l'année, « quelque 1 360 VP + VUL roulant au Superéthanol ont été immatriculés en entreprise (contre 1 en 2021), et 1 029 au GPL (+ 50 %) ». Faut-il voir là une nouvelle tentative de transition écologique des flottes d'entreprise ou un moyen de contrer l'augmentation croissante des prix des carburants conventionnels ? Les prochains mois devraient apporter des réponses plus précises en la matière.

Nous vous recommandons

Le top 10 des voitures les plus vendues à particuliers en France en juin 2022

Le top 10 des voitures les plus vendues à particuliers en France en juin 2022

Sur un marché français des véhicules neufs qui accuse un treizième mois consécutif de repli, - 14,24 % en juin à 171 089 unités, découvrez les modèles qui ont le plus séduit les clients.Top 10 des VPN les plus immatriculés en juin...

01/07/2022 | RenaultPeugeot
(Vidéo) « Notre plateforme est une alliance du digital et des réseaux physiques », affirme Mathias Hioco, CEO d'Heycar France

Vidéo

(Vidéo) « Notre plateforme est une alliance du digital et des réseaux physiques », affirme Mathias Hioco, CEO d'Heycar France

Carventura tire sa révérence

Carventura tire sa révérence

Marché Europe : les ventes de camions et de véhicules utilitaires en berne depuis le début de l'année

Marché Europe : les ventes de camions et de véhicules utilitaires en berne depuis le début de l'année

Plus d'articles