Michelin va lancer son pneu sans air en petite série dès 2024

Alexandre Guillet

Mis à jour le à

Sujets relatifs :

, ,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Michelin va lancer son pneu sans air en petite série dès 2024

Le concept de pneu sans air Uptis dans le centre de recherche Michelin de Ladoux.

© Michelin

Présentation multisectorielle pour Michelin qui a presque simultanément lancé le pneu automobile Pilot Sport 5, le pneu moto Road 6 et le pneu vélo Power Cup. L’occasion d’évoquer la R&D du groupe et de confirmer que le pneu sans air Uptis aura des applications de série.

Michelin revient sur la présentation de ses premières nouveautés produits de 2022 et choisit d’aligner ses activités auto, moto et vélo, fait rare. Avant de revenir ultérieurement en détail sur le pneu auto Pilot Sport 5, le pneu moto Road 6 et le pneu vélo Power Cup, le manufacturier français a tenu à revenir sur son orientation multimodale et sur les défis actuellement proposés à son organisation R&D.

Tout en rappelant la baseline « Michelin innove tous les jours pour que le monde avance de mieux en mieux », Laure Perramond, directrice de l’engagement consommateurs au sein du groupe, a mis en avant quelques faits saillants sur la mobilité issus d’études récentes. La liberté de déplacement a retrouvé sa juste valeur suite à la crise sanitaire et est considérée comme un droit fondamental par 40 % des Français. Et sans surprise aujourd’hui, près de 90 % d’entre eux la jugent « très importante ». Simultanément, la pression des consommateurs sur l’engagement environnemental des marques se fait de plus en plus forte. Ils veulent des actions massives, avec les états et les entreprises à l’impulsion, estimant que l’accumulation de petits gestes individuels ne suffira pas, sans pour autant remettre en question la parabole du colibri. « En outre, chez les 18-34 ans, la première génération multimodale, ils sont plus de 50 % à utiliser une application dédiée aux mobilités. L’attente est aussi très forte sur les hubs de mobilité », souligne Laure Perramond. Cela signifie que tout s’enchâsse, se combine et qu’il ne faut plus raisonner par bloc ou en silo, au même titre que le barycentre « One Car » n’est plus si monolithique.

L'enjeu central de la durabilité

Sur cette base, Philippe Jacquin, directeur du développement auto et deux-roues chez Michelin, évoque la nouvelle boussole stratégique du groupe, articulée autour de trois piliers : « people, planet, profit ». Il identifie trois défis majeurs pour ses équipes de recherche. Primo, un pneu toujours meilleur sur ses performances canoniques, mais devenant pleinement durable. « En 2050, nous voulons que nos pneus soient constitués de 100 % de matériaux recyclés et durables. 130 ans d’histoire doivent être révisés en moins de trente ans », pointe-t-il pour signifier l’ampleur de la tâche. Secundo, le pneu doit accompagner très étroitement les évolutions majeures de véhicules. « Les véhicules électriques en sont un bon exemple, car ils ont une signature d’usure très différente pour les pneus et ils dictent aussi une réduction des émissions sonores », indique-t-il. Tertio, un groupe comme Michelin doit suivre la très forte diversification des produits qu’il doit servir et « c’est là que la I de RDI prend notamment tout son sens ».

Une moyenne de quatre innovations de rupture chaque année

Au-delà des investissements maintenus à un niveau très élevé même en temps de crise, l’un des mottos du président Florent Menegaux, Philippe Jacquin donne quelques chiffres pour illustrer la consistance de ses équipes de recherche : 6 000 chercheurs dans le monde travaillant en réseau et représentant quelque 100 métiers différents, sans parler des spécialités. « De l’équation au pneu, de la molécule au pneu, etc. ». Le groupe, jadis si secret, s’est aussi converti à l’open innovation et mène 150 projets selon cette méthode actuellement. Le nombre d’heures de tests est vertigineux à l’échelle mondiale et rien qu’à Ladoux, on en recense chaque année 150 000. Avec des résultats, comme le souligne Philippe Jacquin : « Nous arrivons en moyenne à 4 innovations de rupture par an ».

Effleurer le Graal du pneu sans air

Enfin, Philippe Jacquin confirme que le pneu sans air, qui compte parmi les « vieux » Graals du secteur du pneumatique, connaîtra une application en petite série dès 2024. Il s’agit d'un dérivé du concept-tyre Uptis. On sait que plusieurs constructeurs, premium mais aussi GM aux États-Unis, ont manifesté leur intérêt pour ce développement. Thierry Jacquin reste cependant prudent, tout en rappelant aussi le concept Vision et sa bande de roulement rechargeable via la technologie d'impression 3D. Avant de conclure : « La veine "air less" est important au sein du groupe, disons que c’est l’une de nos étoiles polaires pour la recherche ».

Nous vous recommandons

Volvo améliore la qualité de l'air à bord de ses véhicules

Volvo améliore la qualité de l'air à bord de ses véhicules

Le constructeur d'origine suédoise a mis au point un système de purification d'air avancé afin de rendre l'habitacle de ses véhicules plus purs.Volvo améliore l'air à bord des nouveaux modèles des gammes 60, 90, et certains XC40,...

Plastic Omnium veut doubler son chiffre d’affaires d’ici à 2030

Plastic Omnium veut doubler son chiffre d’affaires d’ici à 2030

Optimum Automotive : « Aller chercher les flux de data est l’une des richesses de l’entreprise »

Optimum Automotive : « Aller chercher les flux de data est l’une des richesses de l’entreprise »

Le groupe Renault regroupe ses services financiers sous la marque Mobilize Financial Services

Le groupe Renault regroupe ses services financiers sous la marque Mobilize Financial Services

Plus d'articles