Mobilité électrique : les 100 000 bornes publiques, ce n’est pas encore pour tout de suite

Mobilité électrique : les 100 000 bornes publiques, ce n’est pas encore pour tout de suite

© Nerijus Jakimavičiusa / Pixabay / CC

Invitée à commenter l’Observatoire 2022 des transitions énergétiques, la déléguée générale de l’Avere-France, Cécile Goubet, a dressé un bilan plutôt prometteur de la mobilité électrique en France. Elle a aussi reconnu que l’objectif des 100 000 bornes ouvertes au public ne serait pas tout à fait atteint à la fin de l’année. Pas si grave ?

Ce jeudi 2 juin, la société d’avocats d’affaires De Gaulle Fleurance & Associés, accompagnant les entreprises dans toutes leurs transitions – écologiques, digitales ou sociétales –, présentait son Observatoire 2022 des transitions énergétiques. Un panorama analysant les chiffres clés et les principaux enjeux de la mobilité électrique en France et à travers le monde, réalisé en partenariat avec l’Avere-France. L’organisme était, pour l’occasion, incarné par sa déléguée générale, Cécile Goubet.

Un marché de l’électrique tricolore survolté

Avançant 886 439 véhicules électriques et hybrides rechargeables mis en circulation en France au 30 avril 2022 (soit 18 % de part de marché et une croissance de 16 % depuis début 2022), l’Avere assure que le marché français se place en bonne voie pour atteindre les objectifs de ventes électrifiées fixées par le Comité stratégique de la filière automobile, à savoir un million de VE et PHEV à la route en 2022. Si la dynamique se maintient, l’Avere prédit d’ailleurs qu’à l’horizon 2025, ces modèles branchés constitueront environ 50 % de part de marché en 2025 et même 90 % à l’orée 2030-2035.

Un optimisme affiché car, « globalement, l’électrification des transports répond aux attentes et aux contraintes réglementaires de décarbonation énoncées par les gouvernements et l’Europe. » Le législateur a en effet fixé la décarbonation complète du secteur des transports terrestres d’ici à 2050 ainsi que la fin de la vente des véhicules thermiques pour 2040. L’essor de la mobilité électrique doit aussi beaucoup au fait que, « côté usagers, on voit que le niveau de satisfaction en termes d’agrément de conduite de véhicules électriques est excellent (97 %) », justifie Cécile Goubet. Partant de ce constat, « la bascule vers le VE peut se faire rapidement si tous les points de freinage à son adoption, comme le coût ou l’accessibilité de la mobilité électrique, sont levés », ajoute la déléguée générale de l’Avere-France.

Du retard sur le déploiement des bornes publiques… mais pas d’inquiétude

Si la mutation des infrastructures se révèle « absolument cruciale et nécessite un soutien financier mais aussi réglementaire » pour la mise en place et la maintenance de points de charge, Cécile Goubet souligne « la belle accélération que connaît le maillage depuis 2020, avec une croissance de l’ordre de 55 %. » Certes, l’objectif des 100 000 points de charge publics n’a pas été concrétisé à fin 2021 et ne devrait sûrement pas l’être non plus d’ici à la fin de l’année – la France compte actuellement 60 040 points de recharge ouverts au public en France (au 30 avril 2022) –, mais celui-ci poursuit « une bonne dynamique » selon Cécile Goubet.

Celle-ci rappelle d’ailleurs que les points de recharge ouverts au public ne représentent que 7 % de l’ensemble de l’infrastructure (soit environ 900 000 points de recharge total), et qu’il faut surtout pousser les efforts sur l’équipement à domicile ou en entreprise. Densifier le maillage en intégrant les autres grands secteurs de l’énergie afin de favoriser le potentiel de déploiement des énergies renouvelables fait également partie des enjeux avancés par Cécile Goubet. Qui se déclare néanmoins confiante « quand on voit les grandes enseignes de distribution se doter de plus en plus de bornes sur leurs parkings et qu’on observe la levée progressive des freins sur la recharge à domicile. »

Les autres segments s’électrifient petit à petit

Hors du segment des VP, la mobilité électrique gagne peu à peu du terrain, bien que les immatriculations enregistrées soient encore assez confidentielles. Ainsi, entre 2020 et 2022, un peu moins de 900 bus électriques ont été mis à la route pour 80 poids lourds sur la même période. « Un marché du camion électrique encore naissant mais, d’après les projections et l’offre constructeur, cette part va grandir dans les années à venir », veut croire Cécile Goubet.

Quant aux deux-roues, qui comptabilisent 45 000 ventes électriques entre 2020 et 2022, ils connaissent une accélération de leur popularité forte mais concentrée dans les zones urbaines, notamment grâce aux services de location partagée (free floating). De plus, « la culture du deux-roues s’avère plus ancrée en Inde et en Chine, par exemple, donc oui, nous sommes un peu en retard sur ce créneau mais les taux de satisfaction des usagers sont tels qu’on ne peut que lui prédire un bel avenir », affirme la déléguée générale de l’Avere. D’autant que, bien que demeurant encore plus chers à l’achat comparés aux deux-roues thermiques, ils proposent un coût d’utilisation plus avantageux et bénéficient, eux aussi, d’aides à l’achat. La conversion du parc roulant vers plus de mobilité électrifiée passe donc la seconde, mais pas encore la troisième…

À NOTER

Le ministère de la Transition énergétique a commencé à plancher sur la mesure d'un « leasing social » permettant aux ménages les moins aisés d'acheter une voiture à batterie à moindres frais. Un leasing à 100 euros qui ne concernerait cependant que 100 000 ménages et ne serait pas mis en place en 2022. Interrogée sur le sujet, Sylvie Perrin, avocate chez De Gaulle Fleurance & Associés, a admis : « Nous envisageons de proposer au gouvernement notre participation en tant que membres de La Plateforme Verte car nous travaillons sur de multiples modèles de leasing. » Malheureusement, « ces mesures sont compliquées à mettre en application du fait des conditions de revenus et interactions à opérer avec Bercy et la direction de la législation fiscale. »

Nous vous recommandons

(Vidéo) Electra opère une 2e levée de fonds d'envergure pour accélérer son développement

Vidéo

(Vidéo) Electra opère une 2e levée de fonds d'envergure pour accélérer son développement

L'ambition de la jeune entreprise est de participer activement au déploiement de la recharge rapide et faciliter l'itinérance des conducteurs de véhicules électriques. Rencontre avec Julien Belliato, co-fondateur et COO chez Electra.D'un...

Fin des moteurs thermiques : la PFA promet les travaux d’Hercule à l’Union européenne

Fin des moteurs thermiques : la PFA promet les travaux d’Hercule à l’Union européenne

Fin des véhicules thermiques : le Cecra continue de militer pour une mosaïque énergétique

Fin des véhicules thermiques : le Cecra continue de militer pour une mosaïque énergétique

Urby assure les prestations de transport pour Capillum

Urby assure les prestations de transport pour Capillum

Plus d'articles