Mobilité électrique : les marges des constructeurs automobiles augmentent

Mobilité électrique : les marges des constructeurs automobiles augmentent

© Elisa Riva / Pixabay / CC

Selon le cabinet de conseil international AlixPartners, l’Europe comptera 85 % de véhicules électriques en 2035. Ce marché « branché » vit cependant de nombreux bouleversements. Malgré tout, une chose demeure immuable : les marges dégagées par les constructeurs automobiles, toujours importantes grâce à un déséquilibre entre l’offre et la demande.

Le fait est avéré et le dernier indice d'électrification d’AlixPartners le confirme : tous les pays industrialisés ont vu l’attrait des consommateurs pour le véhicule électrique s’amplifier. Une tendance soutenue par des politiques gouvernementales incitant le parc roulant à opérer sa conversion du thermique aux énergies rechargeables pour lutter contre les changements climatiques. Ainsi, selon les prévisions d’AlixPartners, les véhicules électriques seront majoritaires dans toutes les grandes régions du monde d'ici à 2035. En Europe, ils devraient même représenter 85 % des voitures en circulation, contre 62 % en Amérique du Nord et 64 % en Chine.

Alors que les investissements dans les véhicules électriques ont doublé au cours des deux dernières années et pourraient atteindre 526 milliards de dollars en 2026, « la transition du moteur thermique au véhicule électrique coûtera 70 milliards de dollars à l'industrie d'ici à 2030. [Toutefois,] la gestion active de la transition pourrait permettre à l’industrie d'économiser 40 à 60 % de cette somme » assure Laurent Petizon, managing director chez AlixPartners.

De pertes en profits

En attendant ce retour sur investissement, l’industrie automobile doit faire face à de multiples problématiques. Déjà fragilisé par la crise sanitaire, le marché du véhicule électrique accuse désormais les conséquences de la guerre en Ukraine et de la pénurie de semi-conducteurs avec l’augmentation des matières premières. Une spirale inflationniste qui fait peser de lourdes contraintes sur les chaînes d’approvisionnement des VE, qui voient leur coût par voiture augmenter significativement à cause du cobalt, du nickel et du lithium (+ 123 % en un an entre mai 2022 et avril 2021). De même, « les véhicules électriques nécessitant trois fois plus de puces électronique que leurs moutures thermiques, la demande de l’industrie automobile va augmenter de plus de 10 % par an sous l’effet conjoint de la hausse des volumes et des parts de marché électrique. Les industriels du secteur sont donc dans l’obligation de fonctionner en "Stop&Go" pour faire face à une absence de stock », rappellent les experts d’AlixPartners.

Pourtant, loin d’être un désagrément, ce déséquilibre entre l’offre et la demande a permis à l’industrie automobile de réaliser des marges exceptionnelles, entraînant ainsi une création de valeur importante pour le secteur et lui garantissant de retrouver (pour la première fois depuis 20 ans) du « pricing power » ou pouvoir de marché. « Les constructeurs ont ainsi pu arrêter les remises, augmenter les prix et concentrer leur production sur les véhicules les plus rentables », souligne AlixPartners dans son rapport. Le cabinet de conseil international ajoute même que ce sont eux qui profitent bien plus de cette opportunité économique que les fournisseurs, « avec une répartition de 63 % en faveur des constructeurs, contre 37 % pour les fournisseurs. » Ces derniers compensent en effet moins fortement les augmentations de coûts par des hausses de prix (1,7 %), contrairement aux constructeurs et leurs Ebitda (bénéfice avant intérêts et impôts) de 3,2 %. Quand le malheur des uns...

Nous vous recommandons

Les bornes de recharge rapides seraient-elles plus fiables ?

Les bornes de recharge rapides seraient-elles plus fiables ?

L’Association française pour l’itinérance de la recharge électrique des véhicules (Afirev) a récemment publié une mise à jour de l’Observatoire de la qualité des services de recharge accessibles au public. Bonne nouvelle : le...

Marché France : quels sont les véhicules utilitaires légers (VUL) les plus prisés depuis le début de l'année ?

Etude

Marché France : quels sont les véhicules utilitaires légers (VUL) les plus prisés depuis le début de l'année ?

Marché flottes : des immatriculations en forte baisse en juillet

Etude

Marché flottes : des immatriculations en forte baisse en juillet

Le marché du véhicule d'occasion chute au mois de juillet

Etude

Le marché du véhicule d'occasion chute au mois de juillet

Plus d'articles