Mobilité hydrogène~: Renault précise son projet Hyvia

Alexandre Guillet
Mobilité hydrogène~: Renault précise son projet Hyvia

Mobilité hydrogène~: Renault précise son projet Hyvia

Renault vient de préciser plusieurs éléments de sa stratégie de développement de la mobilité hydrogène, par le biais de l’écosystème Hyvia, notamment sur l’enjeu crucial de l’avitaillement.

Renault a présenté la feuille de route de la constitution de son écosystème hydrogène, sous le nom d’Hyvia, la coentreprise fondée le 3 juin 2021 avec le groupe américain Plug Power, spécialiste de la pile à combustible. Dans un premier temps, le projet va rester focalisé sur les véhicules utilitaires et le principe technologique du range extender. De quoi proposer une autonomie de l’ordre de 500 kilomètres, ce qui lève un frein majeur dans l’approche des professionnels.

Au niveau des produits, la priorité est clairement portée sur le Renault Master, le Trafic et le Kangoo, ce dernier étant développé via Symbio (la joint-venture établie entre Faurecia et Michelin et proche de…Stellantis), n’ayant pas été évoqué. Le Master ZE H2 Tech aura trois déclinaisons : City Bis (quinze passagers et 300 kilomètres d’autonomie), Master Van (500 kilomètres d’autonomie et 12 m3 de capacité de chargement), Master châssis cabine (19 m3 de capacité de chargement et 250 kilomètres d’autonomie). Faurecia sera le fournisseur des réservoirs. On attendait aussi de nouvelles informations sur les configurations qui seront proposées, 350, voire 700 bars, mais la question reste ouverte.

Le volet industriel du dossier est plus clair depuis que Renault a indiqué qu’Hyvia aurait son siège à Villiers-Saint-Frédéric (Yvelines), au centre de développement des véhicules utilitaires du groupe, et que l’usine de Flins allait monter en puissance pour la production dans le cadre du projet Re-Factory. Les sites de Batilly (Meurthe-et-Moselle), pour la production du Master, et de Gretz-Armainvilliers (Seine-et-Marne), avec PVI pour les piles à combustible, font aussi partie du projet.

Alors que l’entrée en production est programmée avant la fin de l’année 2021, en petite série et pour des clients de flottes captives dans un premier temps, Hyvia va désormais mettre en avant son offre packagée, incluant les solutions d’avitaillement, mais aussi de maintenance. Le projet stipule que l’hydrogène utilisé sera vert, produit par le biais d’énergies renouvelables. Les électrolyseurs exploiteront la technologie MEP et seront donc modulaires, ce qui permet d’envisager des tailles très variées et par extension, adaptables à différentes entreprises. À la vente ou en leasing, Hyvia proposera des stations et des bornes, en assurant aussi la livraison de l’hydrogène dans les cas où il n’est pas produit in situ. Les stations seront produites à Flins. Toutefois, dans un premier temps, on peut imaginer que l’hydrogène sera un mix entre vert et gris, mais l’essentiel est ailleurs aux yeux de Philippe Boisvert « Hyvia a pour vocation de lever les barrières à l’entrée pour l’hydrogène et c’est ce que nous allons faire avec des coûts accessibles ». En attendant un écosystème bénéficiant de plus de maturité.

Nous vous recommandons

Autopromotec 2022 : des exposants encore attendus

Autopromotec 2022 : des exposants encore attendus

A huit mois de son ouverture, Autopromotec joue la transparence en communicant sur son taux de remplissage d’exposants. Des taux qui varient entre 60 % et 90% selon les univers. Les exposants ont jusqu’à la fin du mois d'octobre pour...

26/10/2021 | Après-venteSalon
[Vidéo] Devenir un spécialiste de la reproduction de clés avec Silca

[Vidéo] Devenir un spécialiste de la reproduction de clés avec Silca

Castrol lance sa gamme Transmax pour transmissions

Castrol lance sa gamme Transmax pour transmissions

Place à la deuxième édition de la Journée de la filière automobile

Place à la deuxième édition de la Journée de la filière automobile

Plus d'articles