Modes de financement

Marc Horwitz

Sujets relatifs :

, ,
Modes de financement

Modes de financement

Achat ou location ? Pour acquérir leurs véhicules, entreprises, administrations, établissements publics et collectivités territoriales ont le choix entre de très nombreuses solutions.

ACHAT SUR FONDS PROPRES (autofinancement)

Inconvénients :

  • Immobilisation de capitaux : l’entreprise, l’administration ou la collectivité territoriale doit faire appel à sa trésorerie pour financer (son ou) ses véhicules ;
  • Difficultés liées à la revente (dans de bonnes conditions) des véhicules

Avantages :

  • L’acheteur est propriétaire de (son ou) ses véhicules ;
  • Les certifications d’immatriculation (cartes grises) sont à son nom ;
  • L’acheteur bénéficie du bonus (qui ne s’applique qu’aux véhicules électriques) ; il est (évidemment) astreint au paiement du malus pour les véhicules émettant plus de 133 g de CO2 par km (WLTP).
À noter : Un achat sur fonds propres est considéré comme une immobilisation. Dans le bilan des entreprises, il apparaît à l’actif. Les amortissements passent en charge dans la limite des plafonds d’amortissement pour les véhicules particuliers.

CRÉDIT CLASSIQUE

Inconvénients :

  • Il n’y en a pratiquement pas tant les taux de crédit sont bas (mars 2021) ;
  • Augmentation de l’endettement ;
  • Difficultés liées à la revente des véhicules.

Avantages :

  • La mise en concurrence des divers établissements — banque classique, organisme spécialisé, « captive » du constructeur — permet d’obtenir les meilleures conditions ;
  • Une trésorerie intacte : le crédit peut financer à 100 % l’achat des véhicules ;
  • L’acheteur est pleinement propriétaire de (son ou) ses véhicules. Les certificats d’immatriculation sont à son nom ;
  • Le propriétaire peut vendre (son ou) ses véhicules même en cours de crédit… à condition de le solder immédiatement.
  • L’acheteur bénéficie du bonus (qui ne s’applique plus qu’aux véhicules électriques) ; il est (évidemment) astreint au paiement du malus pour les véhicules émettant plus de 133 g CO2 par km.
À noter : Le montant du financement représente une dette inscrite au passif dans le bilan d’une entreprise. Les intérêts sont des charges financières et apparaissent comme telles. Les amortissements passent en charges d’exploitation dans la limite du plafond d’amortissement pour les véhicules particuliers.

CRÉDIT-BAIL OU LEASING

Inconvénients :

  • Un dépôt de garantie représentant souvent 5 à 10 % du prix du véhicule neuf est requis au moment de la signature du bon de commande ou de la livraison. A défaut, le premier loyer payable à la signature du contrat, peut être majoré ;
  • Le financeur reste propriétaire du véhicule jusqu’à la fin du contrat. Le(s) certificat(s) d’immatriculation font mention des coordonnées de l’établissement financier et le plus souvent de celles du client contractant ;
  • Le kilométrage est limité et la surfacturation en cas de dépassement peut être importante ;
  • En fin de contrat, les réparations, de carrosserie ou mécaniques, sont à la charge du locataire.

Avantages :

  • Le recours à la trésorerie de l’entreprise est limité ;
  • Les contrats sont adaptés : ils ont des durées entre 24 et 48 mois, mais qui peuvent aller jusqu’à 60 mois. Le kilométrage est compris entre 15 000 et 100 000, voire 120 000 kilomètres ;
  • Un double choix au terme du contrat :
  • devenir propriétaire (du ou) des véhicules au terme du contrat en levant l’option d’achat pour un montant déterminé dès la signature du contrat et le plus souvent égal au dépôt de garantie ;
  • restituer le véhicule à l’établissement financier et obtenir le remboursement le dépôt de garantie déduction faites ses (éventuels) frais de remise état ;
  • Le contrat peut inclure un ensemble de services. Le locataire n’a qu’un seul loyer mensuel tout compris à régler. Une excellente façon de se simplifier la vie ;
  • Le financeur doit rétrocéder à l’emprunteur l’éventuel bonus dont il bénéficie. S’il est astreint au paiement d’un malus, il le répercute sur le contractant Dans la plupart des contrats, il est possible de lever l’option d’achat à tout moment après une année de location au moins ;
  • S’il est possible de lever l’option d’achat à tout moment (après une année de location au moins, c’est une solution qui peut se révéler très bénéfique pour le locataire qui revend le véhicule à un moment où la valeur de rachat (VR) décider au moment de la signature du contrat est largement en dessous de la cote du véhicule sur le marché de l’occasion.
À noter : La somme des loyers restants dus est un engagement hors bilan. Les amortissements sont considérés comme des charges d’exploitation dans la limite du plafond amortissable pour les véhicules particuliers. Les intérêts de l’emprunt sont des charges financières. Leasing et crédit-bail sont des dénominations réservées au marché des professionnels. Elles correspondent à la location avec option d’achat (LOA) ou location avec promesse de vente (LPV) proposées aux particuliers.

LOCATION MOYENNE DURÉE (LMD)

C’est une solution apparue relativement récente. Elle répond aux attentes des entreprises qui veulent louer un véhicule pour une durée variant de 30 jours au moins à 23 mois maximum, elle se distingue par sa souplesse d’exécution.

Inconvénients :

  • Le loueur reste propriétaire (du ou) des véhicules ;
  • La transparence des coûts des services associés n’est pas toujours évidente.

Avantages :

  • C’est une solution de choix pour les entreprises qui ont besoin de véhicules supplémentaires dans le cadre d’actions ponctuelles (saisonnières par exemple).
  • Elle permet de faire face aux problèmes de mobilité de collaborateurs
  • qui attendent la livraison du véhicule neuf qui leur est attribué ;
  • qui sont en CDD ou en période d’essai.
  • Elle combine les avantages de la location courte durée et en particulier la souplesse du contrat et de ceux de la longue durée avec la possibilité de souscrire à diverses prestations de services : entretien, assurance, pneumatiques, véhicule de remplacement ou encore reporting vers le gestionnaire de parc ;
  • Elle propose des prix attractifs surtout quand le véhicule loué est un véhicule d’occasion en parfait état et révisé.

Le loyer est déterminé en fonction de la catégorie de véhicule (VP ou VUL), de la durée choisie, du kilométrage estimé (mais ce n’est pas systématique) et des prestations associées.

LOCATION LONGUE DURÉE (LLD)

Inconvénients :

  • Les véhicules restent, en toute circonstance, la propriété du loueur. Les certifications d’immatriculation sont à son nom, souvent associé à celui du locataire ;
  • La transparence des coûts des taux de financement des véhicules n’est pas évidente et celle des services associés, même si elle est progrès, pas encore toujours parfaitement assurée ;
  • La restitution des véhicules reste un moment critique, le locataire devant acquitté des frais de remise en état qui ne sont pas sans impact sur le TCO (Total cost of ownership ou coût global de possession).

Avantages :

  • C’est une solution sur mesure, un véritable abonnement personnalisé réglé mensuellement, le mise à disposition d’un véhicule moyennant un loyer ;
  • Les entreprises bénéficient de la concurrence qui s’exerce entre tous les acteurs du secteur : loueurs multimarques, constructeurs automobiles par l’intermédiaire de leurs filiales financières, réseaux bancaires qui ont des liens capitalistiques ou privilégiés avec les loueurs et mettent à contribution les conseillers clientèle qui sont des relais de proximité efficaces quand elles s’adressent aux professionnels ;
  • La flexibilité des contrats est devenue la règle chez les grands loueurs. Cela permet de mieux adapter encore les deux principaux termes du contrat, durée et kilométrage, à l’usage et aux besoins réels des clients ;
  • Le loueur propriétaire du véhicule qui bénéficie du bonus environnemental, doit le rétrocéder à l’emprunteur. S’il est astreint au paiement du malus, le loueur le répercute sur le contractant.
  • Le loueur qui a souvent passé des marchés avec les constructeurs et obtenu des remises, en fait bénéficier le locataire ;
  • La revente des véhicules en fin de contrat est de la seule responsabilité du loueur ;
  • le locataire n’a qu’une unique facture à payer, mais cette facture doit être détaillée, le loueur s’y engage.
À noter : Les loyers passent en charges d’exploitation déductibles dans la limite du plafond amortissable pour les véhicules particuliers.

Comment est établi le loyer à payer en LLD ?
En LLD, de nombreux paramètres entrent en jeu dans le calcul du loyer et notamment :

  • le prix du véhicule neuf et de la « remise constructeur » octroyée ;
  • la durée du contrat, généralement de 36 à 60 mois ;
  • le kilométrage déterminé à l’avance, de 10 000 kilomètres à 120 000 kilomètres par an, parfois plus en particulier pour des véhicules utilitaires, moins, 7 500 à 10 000 kilomètres, pour les véhicules électriques ;
  • le prix des services associés.

La valeur de revente ou valeur résiduelle (VR) du véhicule est déterminante. Ce paramètre, transparent pour le locataire, peut représenter jusqu’à 50 % du loyer mensuel. La VR est un pari sur l’avenir fait par le loueur. Le loyer mensuel est d’autant plus bas que le prix de revente estimé par le loueur est élevé et que les délais de revente sont courts. Explication : un véhicule « sur parc » constitue une immobilisation de capital qui coûte cher au loueur ! L’estimation de la VR au moment de la signature du contrat, n’est pas sans risque : à 3 ou 4 ans, les prix sur le marché de l’occasion sont sujets à variations en fonction de la conjoncture économique.

Nous vous recommandons

Europcar étoffe sa flotte avec des utilitaires électriques

Europcar étoffe sa flotte avec des utilitaires électriques

Pour aider les PME/PMI à répondre aux nouvelles réglementations, et notamment à la mise en place des zones à faibles émissions (ZFE), le loueur annonce l'arrivée d’une centaine de camions électriques de marque Mercedes, de type...

Péages : hausse des prix significative en 2022

En bref

Péages : hausse des prix significative en 2022

Toyota veut réduire de 100 % ses émissions carbone en Europe d’ici à 2035

Toyota veut réduire de 100 % ses émissions carbone en Europe d’ici à 2035

Une nouvelle batterie sur DS 9 E-Tense 250

Une nouvelle batterie sur DS 9 E-Tense 250

Plus d'articles