Naissance officielle du pôle industriel ElectriCity de Renault

Frédéric MARTY
Naissance officielle du pôle industriel ElectriCity de Renault

Naissance officielle du pôle industriel ElectriCity de Renault

Renault Group vient d’annoncer la signature de l’accord social qui donne naissance au pôle industriel ElectriCity, qui regroupe plusieurs activités liées à l’électrification sur les sites de Douai, Maubeuge et Ruitz.

Renault Group vient de signer un accord social avec les organisations syndicales CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO et SUD, afin de donner naissance au pôle industriel ElectriCity. Ce dernier regroupe sous une nouvelle entité juridique les usines de Douai, Maubeuge et Ruitz, implantées dans le nord de la France. L’ensemble reste détenu par Renault SAS et regroupe près de 5 000 salariés. Le groupe souhaite faire de ces trois sites l’unité de production « la plus compétitive et la plus performante de véhicules électriques en Europe avec 400 000 véhicules produits par an à l’horizon 2025 ». Le constructeur se fixe notamment trois objectifs majeurs, dont le premier est la consolidation de ce pôle industriel, afin de garantir son avenir. Le deuxième objectif consiste à créer un pôle performant, notamment grâce à sa modernisation et au déploiement d’un meilleur modèle managérial et social. Enfin, l’attractivité de ce pôle doit attirer les fournisseurs de Renault en composants clés des véhicules électriques à s’installer à proximité.

La promesse de 700 emplois d’ici à 2025

La réorganisation des trois sites autour du véhicule électrique doit générer 700 nouveaux emplois en CDI entre 2022 et fin 2024. Le groupe prévoit notamment l’embauche de 350 personnes à Maubeuge et de 350 collaborateurs répartis entre Douai et Ruitz. Au-delà de la production à Douai de la future Mégane E-Tech électrique, d’un autre modèle électrique du segment C et d’une nouvelle plateforme électrique destinée au segment B, plusieurs versions d’utilitaires seront assemblées à Maubeuge. Enfin, Ruitz produira des composants électriques. Autour de ces activités, le constructeur souhaite créer un incubateur de start-up liées à l’automobile et nouer des partenariats avec des universités pour mettre en place des formations spécifiques. Enfin, Renault Group compte sur l’implantation à proximité de ces sites de fournisseurs produisant des composants pour les modèles assemblés sur place.

Nous vous recommandons

Renault : exit Kadjar, bonjour Austral !

Renault : exit Kadjar, bonjour Austral !

Le futur SUV remplacera l’actuel Kadjar dans la gamme du constructeur français et sera officiellement présenté auprès du public au printemps 2022.Renault continue sa Renaulution avec Austral. D’une longueur totale de 4,51 m, le...

06/12/2021 | RenaultSUV
Une Mazda 2 Hybrid qui ne cache pas ses origines

Une Mazda 2 Hybrid qui ne cache pas ses origines

Près de 20 % de part de marché pour l’électrique en novembre

Près de 20 % de part de marché pour l’électrique en novembre

Le marché automobile des particuliers se dégrade encore en novembre 2021

En bref

Le marché automobile des particuliers se dégrade encore en novembre 2021

Plus d'articles