Ne parlons plus de formation !

Jean-Luc CHOTARD

Sujets relatifs :

Les faits :

Gare aux phénomènes de mode car ils sont parfois pervers et masquent souvent, par leurs éléments de langage « tendance », qui prennent le pas sur le fond, les pratiques et les enjeux véritables. On a beaucoup, et on parle toujours beaucoup de formation comme LA solution à tous les maux de l’entreprise et ce n’est pas moi qui vais m’en plaindre. En parler c’est bien, le faire c’est mieux. La nouvelle tendance à la mode est le digital learning. Le digital est omniprésent à l’époque du numérique et de l’Ubérisation…

Réflexion :

Il est incontestable qu’il y aura, en matière de formation, un avant et un après l’arrivée du digital quant aux concepts, cursus et à l’optimisation des compétences qu’il permet de favoriser. Penser formation, c’est bien souvent penser à une séquence où le temps s’arrête, on se pose pour se consacrer à des journées de formation. C’est parfois nécessaire mais il me semble que la vision est quelque peu « old fashion », à une époque où l’instantanéité nécessite d’être réactif et imaginatif, tout en agissant au quotidien.
Par ailleurs, penser digital c’est la plupart du temps penser à distance (FAD ou e-learning), or le digital peut et doit accompagner la conduite du changement tout au long du cursus d’apprentissage et jusqu’au suivi des plans d’actions. À l’heure du numérique, il ne faut plus trop de mon point de vue parler de formation professionnelle mais bien uniquement d’accompagnement de la montée en compétences.
Pensons à nous former en même temps que l’on fait autre chose si je puis dire. C’est tout l’intérêt des dispositifs et cursus performants où les différents aspects du digital learning viennent compléter les apports de méthodes plus conventionnelles au service de l’atteinte des objectifs. Je pense notamment à des groupes de travail et de partage sur les réseaux sociaux, à des SPOC et autres COOC, MOOC… Ce qui ne veut pas dire pour autant la disparition du bon vieux paperboard, le « classic » a encore de beaux jours devant lui au même titre que nos voitures anciennes, objet de tant de passion désormais.

Ma conclusion subjective :

Il me semble essentiel de repenser maintenant la formation professionnelle pour en faire un parcours « sans couture » à l’attention de ses utilisateurs, c’est-à-dire le plus fluide possible tout comme pour le prospect/client au cœur de nos préoccupations. L’important c’est, au final, d’avoir la bonne recette avec les bons ingrédients dans les bonnes proportions. On parle chez nous de Composite learning... « Ne parlons plus de formation professionnelle mais bien d’accompagnement de la montée en compétence » si on se positionne dans un registre efficacité avec comme ambition un retour sur investissement qui reste bien évidemment à mesurer, ce n’est pas le plus facile, nous aurons l’occasion d’y revenir !

Et vous, quel est votre point de vue ?

jl.chotard@kataption.org

Nous vous recommandons

Volvo améliore la qualité de l'air à bord de ses véhicules

Volvo améliore la qualité de l'air à bord de ses véhicules

Le constructeur d'origine suédoise a mis au point un système de purification d'air avancé afin de rendre l'habitacle de ses véhicules plus purs.Volvo améliore l'air à bord des nouveaux modèles des gammes 60, 90, et certains XC40,...

Plastic Omnium veut doubler son chiffre d’affaires d’ici à 2030

Plastic Omnium veut doubler son chiffre d’affaires d’ici à 2030

Optimum Automotive : « Aller chercher les flux de data est l’une des richesses de l’entreprise »

Optimum Automotive : « Aller chercher les flux de data est l’une des richesses de l’entreprise »

Le groupe Renault regroupe ses services financiers sous la marque Mobilize Financial Services

Le groupe Renault regroupe ses services financiers sous la marque Mobilize Financial Services

Plus d'articles