NewALD, nouveau poids lourd du marché de la mobilité

Clotilde Gaillard
NewALD, nouveau poids lourd du marché de la mobilité

© ALD/LeasePlan

2022 démarre avec une bonne nouvelle, celle d’une naissance issue du rapprochement de deux acteurs de renom de la LLD : ALD Automotive et LeasePlan. Cette nouvelle entité, baptisée NewALD, nourrit d’importantes ambitions, notamment en matière d’accompagnement de la transition énergétique des flottes.

« Une opération majeure engagée dès 2017 et répondant aux évolutions en matière d’usage des professionnels comme des particuliers », voilà comment Frédéric Oudéa, directeur général de la Société Générale – dont ALD Automotive est une filiale – définit l’acquisition de 100 % du capital de LeasePlan par le spécialiste de la location longue durée. Un achat d’un montant de 4,9 milliards d’euros, mélange d’actions et de cash, qui a été mûrement réfléchi. « Nous avons pris le temps de négocier une structure optimisée pour engendrer une entité créatrice de valeurs. Par conséquent, cette transaction est parfaitement cohérente avec notre stratégie et notre raison d’être tout en apportant des services adaptés à nos clients », a justifié Frédéric Oudéa lors d’une conférence en ligne qui s’est tenue ce jeudi.

Assurant que cette fusion des deux réseaux permettra de proposer de nouvelles solutions multi-modales ainsi qu’un parc de 3,5 millions de véhicules, Diony Lebot, directrice générale déléguée de la Société Générale, a également confirmé le « fort intérêt stratégique pour le groupe de se renforcer dans un métier aux perspectives de croissances porteuses et qui bénéficie de fondamentaux solides. » Dans un monde où la voiture connectée et les services digitaux gagnent en puissance, l’association des capacités numériques des plateformes d’ALD et de LeasePlan constitue ainsi une opportunité exceptionnelle de développement de nouveaux produits.

Sans oublier que la nouvelle entité combinée, NewALD, devrait rassembler environ 14 500 employés, soit un vaste réservoir de talents et d’expertises qui devraient porter le déploiement d’un catalogue d’offres diversifiées mais aussi la transition énergétique du parc automobile roulant. L’alignement des objectifs en termes d’électrification devrait d’ailleurs se fixer entre les 50 % de véhicules électrifiés dans les livraisons de tourisme d’ici à 2030 imaginés par ALD et les 100 % envisagés par LeasePlan.

Un calendrier très organisé

Autant de gisements de croissance supplémentaires qui font espérer au tandem une croissance annuelle de 6 % minimum. Et pour évaluer ce taux de progression aussi précisément, le duo ALD/LeasePlan se base sur un agenda de mise en application très détaillé. Entre janvier et février 2022, débuteront ainsi les consultations IRP (instances représentatives du personnel) avant le dépôt du dossier auprès des autorités réglementaires et de la concurrence aux alentours du mois de mars. Le deuxième trimestre devrait être marqué par la signature de l’accord-cadre et la constitution des groupes de travail de l’organisation cible.

2023 et 2024 auront pour objectif de finaliser l’intégration des douze principaux pays – sur les 43 où ALD est implanté – pour aboutir à un modèle pleinement opérationnel de NewALD à partir de 2025. « Cette présence très forte nous donnera un avantage considérable pour peser sur le marché », prédit Tim Albertsen, directeur général d’ALD Automotive. Fort de ces nombreux travaux préparatoires, le groupe n’émet aucune inquiétude quant à son ROCE (Return on capital employed), ratio financier qui mesure la rentabilité des investissements effectués par l’entreprise.

Un projet qui pourrait en cacher d’autres ?

Projetant sa vision à 15 ans, avec cette opération, ALD va aussi acquérir le statut de compagnie financière de holding régulée auprès de la BCE. La société demeurera basée en France et sa gouvernance s’appuiera sur un consortium. Quant au déménagement du siège de LeasePlan, actuellement au Pays-Bas, pour l’heure aucune décision claire n’a encore été avancée. Ce qui est toutefois sûr, pour Frédéric Oudéa, c’est que « nous abordons 2022 avec le sentiment que le groupe Société Générale n’a jamais eu autant de projets créateurs de valeurs. » Enthousiaste et fier de cet aboutissement d’un effort dans la durée dont découlera 380 millions d’euros de synergies, le directeur général de la Société Générale n’exclut pas de faire des petites acquisitions de start-up en parallèle de cette intégration, dans les pays où ça ne fait pas concurrence. « Il y aura toujours de la place pour les partenaires et si de bonnes opportunités se présentent, on les saisira », conclut-il.

Nous vous recommandons

Mondial de l'Automobile : Le constructeur vietnamien VinFast revient à Paris avec ses VF6, VF7, VF8 et VF9

Mondial de l'Automobile : Le constructeur vietnamien VinFast revient à Paris avec ses VF6, VF7, VF8 et VF9

Présent pour la première fois au Mondial de l'Automobile de Paris en 2018, le constructeur vietnamien de véhicules électriques VinFast sera de retour sur l'événement cette année avec quatre véhicules exposés.Le constructeur...

Yves Pasquier-Desvignes (Volvo Cars France) : « Quitter l'ACEA ? Une logique de message »

Entretien

Yves Pasquier-Desvignes (Volvo Cars France) : « Quitter l'ACEA ? Une logique de message »

Industrie : Le pôle ElectriCity des Hauts-de-France produira les futurs Renault Scénic, Renault 4, Renault 5 et Nissan Micra électriques

Industrie : Le pôle ElectriCity des Hauts-de-France produira les futurs Renault Scénic, Renault 4, Renault 5 et Nissan Micra électriques

Symbio va investir un milliard d'euros en France sur la mobilité hydrogène

Symbio va investir un milliard d'euros en France sur la mobilité hydrogène

Plus d'articles