Norme Euro 7 : l’Europe qui rend fou ?

Alexandre Guillet

Mis à jour le à

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Norme Euro 7 : l’Europe qui rend fou ?

Euro 7 vient encore rendre plus complexe la voie de la transition énergétique et du développement durable.

© Commission européenne

La Commission européenne a dévoilé les premiers contours de la norme Euro 7 qui se durcit pour tous les véhicules. Elle intègre de nouveaux standards d’émissions polluantes, y compris pour les pneus et les freins.

La Commission européenne a dévoilé ses propositions pour la future norme Euro 7. Les nouveaux standards d’émissions Euro 7 doivent assurer que les véhicules particuliers, les véhicules utilitaires légers, mais aussi les bus et les camions deviennent plus propres, dans des conditions de conduite réelles, qui reflètent mieux la situation des villes où les problèmes de pollution de l’air sont les plus aigus, et pour une période plus longue qu’avec Euro 6.

Ces propositions intègrent toujours des mesures à la sortie du pot d’échappement mais s’enrichissent d’un contrôle au niveau des freins et des pneumatiques.

Il s’agit d’accompagner la mutation vers le zéro émission qui a été confirmé pour 2035. « Toutefois, en 2050, plus de 20 % des VP et des VUL et plus de la moitié des véhicules lourds roulant dans nos rues continueront encore à générer des émissions polluantes au niveau du pot d’échappement », précisent les membres de la Commission qui prennent soin d’ajouter que les véhicules 100 % électriques (BEV) rejettent aussi des émissions par le biais de leurs freins et des microplastiques via les pneus. La norme Euro 7 assure être neutre technologiquement et au service de l’accessibilité économique des véhicules pour les consommateurs.

Les freins et les pneus seront désormais sous surveillance

Les conditions de contrôle en conditions réelles se rapprochent des conditions et des usages en Europe, intégrant des températures extérieures jusqu’à 45 degrés et des trajets courts, du type commuters urbains.

Euro 7 est plus sévère pour les émissions polluantes des bus et des camions, tandis que les standards pour les véhicules légers s’appliqueront à tous les types de carburants et d’énergies. Le protoxyde d’azote sera désormais contrôlé pour les véhicules lourds.

Première mondiale, les standards intégreront un contrôle des émissions des systèmes de freinage et des pneumatiques, les microplastiques, et cela, pour tous les véhicules, y compris les modèles 100 % électriques.

La période de conformité est doublée

Pour s’assurer que les véhicules propres le restent plus longtemps, la conformité pour les véhicules légers sera vérifiée sur une période allongée : dix ans et 200 000 km. C’est le double d’Euro 6/VI et il en ira de même pour les bus et les camions.

Euro 7 va aussi fixer des règles sur la durabilité des batteries pour les véhicules électriques (VL) pour renforcer la confiance du consommateur dans cette technologie. Cela prémunira aussi contre des remplacements de batteries trop précoces, réduisant les besoins en matières premières pour la fabrication desdites batteries.

Euro 7 va imposer un contrôle aisé de ses différents standards, pour se prémunir contre toute fraude et les capteurs devront donc être installés dans les véhicules pour permettre aux autorités de réaliser les vérifications nécessaires.

Respecter l’objectif du Green Deal européen

La commission explique que ces règles relatives aux émissions polluantes sont complémentaires de celles qui s’appliquent aux émissions de CO2. Selon ses membres, en 2035, « Euro 7 aura permis de réduire de 35 % les émissions de NOx par rapport à Euro 6 pour les véhicules légers. Dans le même temps, les émissions polluantes à la sortie de l’échappement seront réduites de 13 % pour les véhicules légers et de 39 % pour les bus et les camions. Pour les voitures, les particules liées au freinage seront réduites de 27 % ».

Margrethe Vestager, executive vice-president for a Europe fit for the digital age, de conclure : « Nous ne pouvons pas accepter de rester dans une société où l’exposition à la pollution de l’air est responsable de plus de 300 000 morts prématurées dans le périmètre de l’Europe des 27. Les nouvelles règles vont nous aider à respirer un meilleur air et vont aider le secteur à devenir plus vert et plus résilient. Nous devons suivre l’objectif du Green Deal européen et devenir ceux qui fixent les standards ».

Autant d’éléments sur lesquels nous aurons l’occasion de revenir prochainement, sic.

Nous vous recommandons

Nominations en haut lieu chez Hyundai Motor Group

Nomination

Nominations en haut lieu chez Hyundai Motor Group

Le constructeur coréen réorganise son top management. Luc Donckerwolke, actuel directeur en chef de la création (CCO), se voit ainsi promu président du groupe. Vice-président exécutif de Hyundai Motor Company, Kyoo Bok Lee est, lui,...

Jeep ouvre les commandes de l'Avenger, son premier véhicule 100 % électrique

Jeep ouvre les commandes de l'Avenger, son premier véhicule 100 % électrique

[Exclu] Honda renforce son positionnement entreprises avec son nouveau label Honda Business

[Exclu] Honda renforce son positionnement entreprises avec son nouveau label Honda Business

MG dépasse les 10 000 immatriculations à fin novembre

MG dépasse les 10 000 immatriculations à fin novembre

Plus d'articles