Nouvelles perspectives pour le rétrofit des poids lourds

Alexandre Guillet

Mis à jour le à

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Nouvelles perspectives pour le rétrofit des poids lourds

Le rétrofit électrique des véhicules lourds (camions, bus...) devrait se développer en France.

© e-Neo / Transports Gariou

A l'issue du récent Conseil ministériel pour le développement et l’innovation dans les transports (CMDIT), Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué aux Transports, a annoncé de nouvelles aides via un appel à projet visant à soutenir jusqu’à 65 millions d’euros l’évolution du parc de poids lourds en France. Arnaud Pigounides, président de REV Mobilities, s’en réjouit.

A l’occasion du dernier Conseil ministériel pour le développement et l’innovation dans les transports (CMDIT), consacré à la transition énergétique du transport routier, Jean-Baptiste Djebbari a donc annoncé le lancement d’un appel à projets destiné à soutenir les projets de véhicules lourds électriques. Sous l’appellation « Ecosystème des véhicules lourds électriques », il pourra être doté d’un budget allant jusqu’à 65 millions d’euros et comprend de multiples solutions écologiques, dont le rétrofit.

Une véritable avancée pour l’expansion du rétrofit

De quoi réjouir Arnaud Pigounides, président de REV Mobilities, entreprise spécialisée dans le rétrofit : « C'est un grand pas et un signe très positif pour toute la filière ! Il nous aura fallu près de trois ans de démarches pour faire reconnaître et adopter en France la solution rétrofit comme solution d'économie circulaire vertueuse et complémentaire à la production de véhicules électriques neufs. Après avoir réussi à faire évoluer la législation, cette nouvelle étape et cette aide financière, va pouvoir mettre sur les rails une nouvelle filière industrielle, créer des emplois sur le territoire et jouer un rôle clé dans la décarbonation ».

Une liste de préconisations utiles

Il établit ainsi la liste des actions prioritaires pour stimuler le marché du rétrofit pour les véhicules lourds :

  • faciliter les obtentions d’homologation et les phases d’essais (en anticipant la croissance du rétrofit à pile à combustible).
  • simplifier les relations entre rétrofiteurs, équipementiers, installateurs et constructeurs.
  • permettre aux collectivités de comptabiliser les véhicules rétrofités dans les obligations de renouvellement de leurs flottes, notamment pour les bus.
  • favoriser l’intégration de véhicules rétrofités dans les schémas d’autopartage en centres urbains.
  • intégrer les véhicules rétrofités dans les plans des collectivités pour simplifier la mise en œuvre des ZFE-m.
  • cibler les véhicules les plus polluants pour le rétrofit, notamment sur le segment des VUL évoluant en zones urbaines.
  • mobiliser la commande publique pour l’achat de véhicules rétrofités, afin de créer rapidement un effet d’échelle.

« Ces leviers sont indispensables au déploiement du rétrofit en France car ce ne sont pas quelques milliers de véhicules qu’il faut convertir, mais des millions pour faire baisser les GES, soulager les centres villes des émissions et du bruit et créer des dizaines de milliers d’emplois… », conclut Arnaud Pigounides.

Nous vous recommandons

Les bornes de recharge rapides seraient-elles plus fiables ?

Les bornes de recharge rapides seraient-elles plus fiables ?

L’Association française pour l’itinérance de la recharge électrique des véhicules (Afirev) a récemment publié une mise à jour de l’Observatoire de la qualité des services de recharge accessibles au public. Bonne nouvelle : le...

Comment le rétrofit participe à l’électrification des parcs

Comment le rétrofit participe à l’électrification des parcs

Iveco étend le projet Plant the Future

Iveco étend le projet Plant the Future

Le Gouvernement débloque 100 millions d'euros pour accompagner la filière auto dans ses mutations

Le Gouvernement débloque 100 millions d'euros pour accompagner la filière auto dans ses mutations

Plus d'articles