Pascal Mitsch (BMW Motorrad France) : « Proposer des offres combinées de deux et quatre roues paraît pertinent »

Pascal Mitsch (BMW Motorrad France) : « Proposer des offres combinées de deux et quatre roues paraît pertinent »

Pascal Mitsch revient sur les passerelles entre deux-roues et automobiles dans les réseaux du groupe BMW.

© BMW Motorrad France/BMW Group France

À l’occasion du lancement commercial du scooter électrique CE 04, Pascal Mitsch fait le point sur le déploiement de l’électrique au sein de la marque BMW Motorrad. Un avenir qui rapproche encore un peu plus le deux-roues de l’automobile, dans son offre comme dans sa distribution.

Auto Infos : Quels sont vos objectifs pour ce produit important qu’est le scooter CE 04 ?

Pascal Mitsch : Nous ne communiquons pas d’objectifs mais je peux vous dire que le niveau des commandes est élevé en France, alors qu’il est lancé le 26 mars.

A. I. : Ce CE 04 obtiendra-t-il le même succès que son prédécesseur le C Evolution ?

P. M. : Lors du lancement du C Evolution en 2014, nous partions dans l’inconnu. Depuis, le marché du deux-roues électrique a énormément évolué, notamment en France. Nous avons vendu 3 945 exemplaires du C Evolution entre 2014 et 2021, soit près de la moitié de la production mondiale du modèle. Aujourd’hui, l’ambition du groupe avec le CE 04 est de connaître le même succès au niveau mondial. Les marchés sont beaucoup plus matures et le produit est encore plus abouti.

A. I. : Pensez-vous convaincre les acheteurs au-delà de la région parisienne avec ce CE 04 ?

P. M. : La région parisienne restera une zone de vente très importante mais nous voyons des villes comme Marseille, Montpellier et Lyon qui détiennent déjà des niveaux de commandes élevés. La mobilité est aujourd’hui un souci dans toutes les grandes métropoles. Dès 2024, certains modèles récents de la marque seront interdits dans les grandes zones urbaines. Nous avons la solution avec ce CE 04. Nous sommes persuadés que c’est la solution pour le proche avenir.

A. I. : Quelle est votre cible clientèle ?

P. M. : Le CE 04 s’adresse aux utilisateurs de deux et de quatre roues. En effet, il est disponible en permis A1 et A2 et nous avons une répartition à peu près égale entre ces deux types de clients. Les acheteurs de C Evolution étaient à 75 % de purs motards. Les clients de CE 04 sont urbains mais utilisateurs de deux-roues et de quatre roues. Il y a déjà une attente forte des propriétaires de C Evolution. Ce sont plutôt des particuliers mais des entreprises commencent à s’intéresser à ce véhicule. Nous souhaitons également faire de la conquête, auprès des clients BMW et Mini mais bien au-delà. Le CE 04 est un engin unique sur le marché.

A. I. : Quelles offres proposez-vous pour le lancement du CE 04 ?

P. M. : Nous avons communiqué largement sur une offre de LOA bien placée, à partir de 180 euros par mois sur 36 mois, sans apport. Il s’agit d’un bon outil de conquête développé par BMW Financial Services.

A. I. : Allez-vous proposer des offres couplées avec une voiture neuve du groupe ?

P. M. : Nous y réfléchissons fortement en effet. Nous avons les produits à quatre roues et une offre déjà performante sur le CE 04. Proposer des offres combinées de deux et quatre roues paraît pertinent.

A. I. : Peut-on imaginer des passerelles entre les réseaux auto du group et le réseau BMW Motorrad ?

P. M. : Notre stratégie de développement réseau est calquée sur celle du groupe. L’un de nos axes de travail consiste à confier à nos distributeurs automobiles performants des concessions deux roues sur les zones où cela a du sens. Je discute avec des investisseurs qui sont intéressés par le panneau BMW Motorrad. Ils s’inscrivent dans le sens de l’histoire.

A. I. : Existe-t-il déjà beaucoup de distributeurs auto et motos chez BMW Group France ?

P. M. : Nous avons déjà 17 investisseurs qui représentent BMW ou Mini et BMW Motorrad, sur un total de 45 pour notre département Motorrad. Nous avons déjà beaucoup de systèmes en commun, développés dans l’automobile et mis en place dans la moto. Nous devons professionnaliser tous les métiers du deux-roues car notre environnement est volatil. Nous devons nous remettre en cause, notamment en raison de la digitalisation.

A. I. : Quels sont les investissements nécessaires dans le réseau pour l’arrivée du CE 04 ?

P. M. : Le CE 04 peut être rechargé sur une prise 220 volts classique, ce qui évite d’investir dans une borne pour les plus petits distributeurs. Les autres investissent dans une borne dans leur showroom ou sur leur parking. Les distributeurs auto et moto ont déjà lancé ces chantiers. En après-vente, un technicien au moins est formé par point de vente mais nous avons beaucoup de demandes d’autres techniciens.

A. I. : Allez-vous déployer une gamme complète électrique ?

P. M. : Notre gamme électrique va s’étoffer rapidement. Il existe une vraie demande dans le monde. Les utilisateurs sont plus sensibles aujourd’hui à ces offres. Nous avons présenté des concepts, notamment le CE 02 et deux engins plus légers. Ce type de concept arrive souvent jusqu’à la série chez nous. Le CE 04 aura aussi des grands frères, qui ne seront pas des scooters.

Nous vous recommandons

La direction industrielle de Renault Group change de visage avec Thierry Charvet

Nomination

La direction industrielle de Renault Group change de visage avec Thierry Charvet

Thierry Charvet, actuellement directeur qualité, a été promu directeur industriel et qualité du groupe Renault à compter du 15 janvier 2023. De ce fait, il succèdera à José Vicente de los Mozos et sera rattaché à Luca de Meo, CEO...

Où va Lancia ?

Où va Lancia ?

Tesla ouvre son plus grand centre français à proximité de Paris

Tesla ouvre son plus grand centre français à proximité de Paris

Des véhicules utilitaires en pleine (r)évolution

Enquête

Des véhicules utilitaires en pleine (r)évolution

Plus d'articles