Pénurie de semi-conducteurs et délais de livraison des véhicules : la PFA fait le point

Pénurie de semi-conducteurs et délais de livraison des véhicules : la PFA fait le point

La pénurie de semi-conducteurs frappe durement les constructeurs automobiles.

© Christian Wiediger/Unsplash

Dans son analyse mensuelle du marché automobile, publiée jeudi 1er septembre, la Plateforme automobile (PFA) estime que la production de véhicules légers restera probablement en deçà de son plein potentiel jusqu’en 2023 au moins.

Si l’organisme Semiconductor Intelligence estime que certains signes indiquent un fléchissement de la pénurie de semi-conducteurs pour les applications automobiles, les délais de livraison de véhicules neufs ne devraient pas revenir à la normale dans les prochains mois. La PFA explique : « Les semi-conducteurs utilisés dans l’industrie automobile nécessitent un long cycle de conception et sont soumis à des normes sévères de qualification. En raison de ces longs cycles de conception et de la longue durée de vie des produits, les semi-conducteurs utilisés dans les applications automobiles utilisent des technologies plus matures que la plupart des autres applications. Les constructeurs automobiles sont donc généralement moins prioritaires pour les fondeurs. »

Selon une étude de McKinsey, 72 % des semi-conducteurs pour l’automobile en 2021 faisaient appel à des technologies de production moins avancées (90 nm ou plus), contre 52 % pour l’ensemble de toutes les applications en électronique. Seulement 6 % de la demande automobile concerne des technologies avancées (14 nm et moins), contre 21 % pour l’ensemble des applications. Or, les fabricants de semi-conducteurs concentrent leurs dépenses d’investissement sur les processus les plus avancés, plus rentables. À titre d’exemple, TSMC réalise ainsi 65 % de ses revenus à partir de nœuds de processus avancés et seulement 12 % de ses revenus à partir de nœuds de 90 nm ou plus. Seuls 5 % des revenus de TSMC proviennent de l’automobile, contre 38 % des smartphones.

« Compte tenu de ces facteurs, il faudra du temps pour que tous les problèmes d’approvisionnement soient résolus, même si les avis divergent sur l’échéance précise d’un retour à la normale. La production de véhicules légers restera donc probablement en deçà de son plein potentiel jusqu’en 2023 au moins », avance la PFA.

Nous vous recommandons

Marché Europe : les immatriculations de véhicule utilitaires légers (VUL) plongent encore

En bref

Marché Europe : les immatriculations de véhicule utilitaires légers (VUL) plongent encore

Les dernières données de l'ACEA indiquent qu'à l'issue de l'été les ventes de véhicules utilitaires légers n'ont pas retrouvé leur croissance d'antan.Le marché européen des véhicules utilitaires légers (VUL) est toujours à la...

26/09/2022 | Marché VULImmatriculations
Les bornes de recharge, variables d'ajustement en cas de pénurie d'électricité cet hiver ?

Etude

Les bornes de recharge, variables d'ajustement en cas de pénurie d'électricité cet hiver ?

En France, 50 % des flottes automobiles capables de passer à l'électrique en restant rentables selon Geotab

Etude

En France, 50 % des flottes automobiles capables de passer à l'électrique en restant rentables selon Geotab

Quelles mobilités pour quelle région du monde ?

Quelles mobilités pour quelle région du monde ?

Plus d'articles