Période d’essai ratée, recrutement à recommencer

François Rotteleur

Sujets relatifs :

Période d’essai ratée, recrutement à recommencer

© Gerd Altmann - Pixabay

Comme tous les vendredis, retrouvez la chronique de François Rotteleur sur l’actualité RH dans l’univers de la distribution automobile.

Ces derniers mois, les candidats se sont montrés beaucoup plus attentifs, pour ne pas dire exigeants, sur le déroulement de leur intégration à leur nouvelle entreprise. C’est maintenant souvent la qualité perçue des premiers contacts dès l’arrivée qui prévaut à des prises de position radicales. Nous avons probablement tous fait ce constat et celui-ci interroge d’autant sur la conduite à tenir dans une conjoncture de pénurie de talents et face à une concurrence accrue entre les offres. Les distributeurs automobiles nous confient être pareillement impactés par ces comportements avec leurs nouvelles recrues. Dans un marché de l’emploi ou les besoins de managers ou de techniciens restent croissants, les changements de situations des uns entraînent la mobilité des autres et chacun fini par envisager son propre avenir sous d’autres cieux.

Les témoignages des managers montrent qu’un départ et l’arrivée du remplaçant provoquent des flous nécessitant certains recadrages. Pour certains le départ d’un collaborateur semble souvent catalyser dans l’équipe les curiosités vis-à-vis du dehors. Certains candidats placent même l’arrivée du « nouveau » comme véritable motivation de recherches d’emploi. Chaque personnalité accepte plus ou moins bien les différents styles de relations ou de management selon ses affinités et son vécu. De fait, l’équilibre d’une équipe est instable et il appartient au manager d’optimiser l’intégration de l’entrant sous peine de perdre un temps précieux. Beaucoup de candidats confirment quant à eux observer plus attentivement l’entreprise qu’ils rejoignent, son management et son organisation et disent ne pas manquer d’échanger leurs constats sur les réseaux. Pour aider les managers à réussir l’intégration des entrants, l’entreprise peut contribuer à mieux la préparer et ainsi limiter les désertions non souhaitées. Certains pensent même « qu’un recrutement n’est validé que si le nouveau collaborateur parvient à s’intégrer et à s’exprimer efficacement dans l’équipe et dans l’environnement de travail. »

Selon certains managers encore, la qualité de l’intégration en période d’essai est la clé de l’implication et de l’attachement à l’entreprise chez le salarié. Dans cette étape, au-delà des informations techniques et de la connaissance des environnements, l’aspect humain prend tout son sens. Ils placent la personnalité du candidat au cœur de leur réflexion expliquant que pour l’arrivant, rejoindre une équipe déjà constituée où tout le monde se connaît n’est pas forcément aisé et que c’est aussi pour lui un nouveau départ. Cette situation fait exprimer à l arrivant, tôt ou tard dans son langage, des besoins liés à son nouveau projet professionnel. Il indiquera ainsi à son n+1 au fil de sa découverte du nouvel environnement, le management dont il a besoin pour s’épanouir. La personnalité de l’arrivant dans cette phase d’intégration met en lumière ses besoins comme ses attentes. De fait, lors de l’intégration, c’est au manager ou au dirigeant lui-même qu’il appartient de compléter l’évaluation de l’entrant réalisée à l’embauche en identifiant sur le terrain ses besoins en matière d’environnement de travail et ses possibles sources de stress. Les dirigeants qui se disent satisfaits du taux de réussite de leurs recrutements nous disent anticiper sur ces bases l’arrivée du collaborateur.

Nous avons nous-même mis en place un « pack d’intégration personnalisé » à destination des entreprises s’appuyant sur l’analyse de l’inventaire de tempérament réalisée avec le candidat recruté. Comme une sorte de guide de bonnes pratiques, ce compte rendu d’évaluation synthétisé donne au manager certaines clés concernant l’entrant afin de sécuriser son arrivée. L’objectif est de bien comprendre ce dont chaque entrant aura besoin pour être à l’aise dans son poste et dans l’équipe dès ses premiers jours.

Ces thèmes souvent évidents sont pourtant incontournables. Une intégration ratée ou une période d’essai écourtée est un échec pour l’entreprise, l’équipe et le candidat retenu. Pour le recruté, c’est un échec professionnel qui peut être vécu comme un échec personnel. Pour l’entreprise et les acteurs du recrutement, c’est en plus de l’énergie et des moyens dépensés. Mieux organiser les intégrations permet à une équipe d’en améliorer sa cohésion et souvent sa performance. La bonne intégration d’un nouveau collaborateur dans l’entreprise reste une étape essentielle qui ne peut plus être négligée dans un marché du recrutement ou les professionnels confirmés se raréfient chaque jour un peu plus.

Nous vous recommandons

Semaine des services de l'automobile et de la mobilité : venez découvrir les activités du Garac

Chronique

Semaine des services de l'automobile et de la mobilité : venez découvrir les activités du Garac

Pour sa huitième participation et en tant que partenaire depuis sa création, le Garac propose différentes découvertes aux jeunes et aux prescripteurs d’orientation lors de la Semaine des services de l'automobile et de la mobilité...

Mobilians veut stimuler le jeu collectif en 2023

Mobilians veut stimuler le jeu collectif en 2023

Toyota Financial Services opte pour l’inspection automatique des véhicules en fin de contrat

Toyota Financial Services opte pour l’inspection automatique des véhicules en fin de contrat

 « Même avec des produits 100 % électriques, nous sommes une marque premium », assure David Perdomo Hollatz (Mercedes-Benz Vans France)

Entretien

« Même avec des produits 100 % électriques, nous sommes une marque premium », assure David Perdomo Hollatz (Mercedes-Benz Vans France)

Plus d'articles