Philippe Van der Meulen (Saab France) : « Saab n'est pas Rover »

Eloïse LE GOFF-BERNIS

Sujets relatifs :

Philippe Van der Meulen (Saab France) : « Saab n'est pas Rover »

Philippe Van der Meulen (Saab France) : « Saab n'est pas Rover »

Après de multiples rebondissements industrialo-capitalistiques, le constructeur suédois devrait redémarrer sa production le 9 août prochain. Retour sur une épopée industrielle.

Depuis la reprise de Saab par Spyker Cars début 2010, la vie de la marque et, par ricochet, celle de ses 44 distributeurs français n’a pas été un long fleuve tranquille ! « La société est bien vivante », (r)assure Philippe Van der Meulen, directeur général de Saab France qui n’a jamais lâché la barre. Employant neuf collaborateurs, la filiale française est aujourd’hui installée à Rueil-Malmaison (92) et plus que jamais prête à relancer la machine en partenariat avec les 50 points de vente (70 points de services) opérant dans l’Hexagone. « Je suis meurtri de notre incapacité à approvisionner le réseau », confie P. Van der Meulen. Les dernières actualités de Saab automobile le rendent néanmoins confiant. Retour en arrière :

• 23 février 2010 : le constructeur néerlandais Spyker Cars reprend Saab à GM. Saab Automobile vend à BAIC la chaîne de montage de la 9.5 et les outillages pour la nouvelle 9.3.

• 21 mars 2010 : indépendant, Saab Automobile assemble de nouveau des voitures après avoir frôlé la liquidation et le démantèlement dans son usine de Trollhättan en Suède.

• Juillet 2010 : présentation de la nouvelle 9.5 qui doit arriver dans les concessions en septembre 2010.

• 2 octobre 2010 : Saab Automobile expose la 9.3 e-Power et la nouvelle 9.5 au Mondial de l’automobile pour rassurer le public sur son savoir-faire technologique intact.

• 31 décembre 2010 : la marque totalise 515 ventes de VN en France (1 100 unités étaient programmées dans un contexte « normal »).

• Février 2011 : Saab France se met en ordre de marche à Rueil-Malmaison (92) avec une équipe de neuf collaborateurs. Les concessionnaires se voient proposer un plan court terme pour travailler. Ils s’engagent et commandent des voitures.

• 5 avril 2011 : la production s’arrête puisque Saab Automobile est dans l’incapacité de payer certains de ses 1 200 fournisseurs.

• 16 mai 2011 : la production de la 9.4X sur la plateforme de la Cadillac SRX démarre au Mexique. Elle est assurée à 100 % par General Motors qui la fournit clé en main à Saab Automobile (les premières commandes viennent de s’ouvrir en France). Le même jour, Pang Da – le méga-distributeur chinois du constructeur BAIC et de diverses marques occidentales à travers 1 100 points de vente – signe une lettre d’intention. Il veut obtenir l’exclusivité de la distribution de Saab en Chine, s’engage à chercher un partenaire pour y fabriquer la nouvelle 9.3 (les anciennes sont protégées par GM) ainsi qu’une petite voiture destinée à son marché.

• Juin 2011 : en Chine, la société Youngman signe sous la forme d’une lettre d’intention son entrée dans le capital de l’entreprise aux côtés de Pang Da (qui a signé un contrat contraignant en juillet 2011). Les deux firmes prennent une participation de 245 millions d’euros dans Swedish Automobile (nouveau nom de Spyker Cars NV).

• 7 juillet 2011 : toujours à l’arrêt, la production des 9.3 et 9.5 à l’usine de Trollhättan devrait redémarrer le 9 août prochain dans des conditions normales si les prêts « court terme » nécessaires à la remise en marche de la société ne subissent pas de revers. Ils ont été obtenus grâce à la vente de 50,1 % de Saab Property (483 000 m2 de terrain) au consortium d’investisseurs immobiliers suédois dirigé par Hemfosa Fastigheter. Une cession-bail qui va rapporter 27,6 millions d’euros (le prix de transaction a été ajusté moyennant une période de bail d’un an gratuite). Dans le détail, 22,2 millions d’euros ont été réglés cash le 7 juillet et 5,4 millions d’euros le seront sous la forme d’une obligation convertible en actions cessibles de la société acheteuse. Les investisseurs ont le droit d’augmenter leur engagement jusqu’à 32,5 millions d’euros dans les 30 jours suivant la clôture de la transaction. Ce dégagement de liquidités a été approuvé par la Banque européenne d’investissement (BEI), l’Office national de la dette et le gouvernement suédois (qui est garant). Ensuite, la BEI devrait prêter 27 millions d’euros auxquels s’ajouteraient 28 millions d’euros de prêts émanant de la société Gemini dont le dirigeant est Vladimir Antonov (un homme d’affaires russe, ancien actionnaire de Spyker Cars) et dont Victor Muller, président de Saab automobile est également actionnaire. Enfin, 16 millions d’euros correspondront à une seconde commande par anticipation de véhicules par Pang Da. Swedish Automobile et Saab Automobile ont, à ce jour, levé 61 millions d’euros d’engagements financiers. Les discussions avec les fournisseurs sur l’approvisionnement en matériaux et les conditions commerciales débouchent actuellement sur des accords. Plus de 11 000 commandes attendent d’être honorées à l’échelle mondiale (environ 130 par mois en France). L’usine peut produite 230 Saab par jour.

• Perspectives : le réseau français de Saab devrait commencer à livrer ses premiers clients mi-septembre. À cette date, Saab Automobile lancera et livrera la 9.5 Estate, puis la 9.4X fin octobre et enfin la nouvelle 9.3 en 2012 Des développements sont planifiés sur le Stop & Start, l’électrique et l’hybride.

Nous vous recommandons

Rétromobile revient du 2 au 6 février 2022

Rétromobile revient du 2 au 6 février 2022

Reporté depuis deux ans, le salon Rétromobile revient du 2 au 6 février prochains à Paris. L'événement occupera les halls 1, 2 et 3 du parc des expositions de la Porte de Versailles.Le retour de Rétromobile est officialisé. Le salon...

22/10/2021 | AftermarketFleet
Crise des semi-conducteurs : Renault Group évalue les pertes…

Crise des semi-conducteurs : Renault Group évalue les pertes…

Fin des moteurs thermiques : la Fondation Nicolas Hulot appelle à une stratégie claire pour la France

Fin des moteurs thermiques : la Fondation Nicolas Hulot appelle à une stratégie claire pour la France

La prolongation du bonus écologique confirmée

La prolongation du bonus écologique confirmée

Plus d'articles