Pratique : Texa eLight pour l’éclairage d’aujourd’hui et de demain

Jean-Marc Gervasio

Sujets relatifs :

,
Pratique : Texa eLight pour l’éclairage d’aujourd’hui et de demain

La version OneD du règle-phare e-Light est piloté depuis son écran de contrôle tactile de 7 pouces. Ce dernier permet un affichage déporté du faisceau du projecteur à régler. Une performance rendue possible grâce à la technologie de caméra CCD qu’embarque l’appareil.

© Texa

Les dernières technologies d’éclairage adoptées par les constructeurs atteignent un niveau de performance et de sophistication tel qu’elles exigent en retour un équipement d’atelier tout aussi performant et précis. Pour répondre à ce phénomène, l’équipementier italien lance un règle-phare de pointe, l'e-Light.

Malgré la dénonciation régulière par le contrôle technique du mauvais réglage des projecteurs qui touche 4,74 % (chiffres OTC de 2021) des véhicules soumis à l’examen légal obligatoire, la profession peine à imposer et valoriser cette opération pourtant essentielle à la sécurité routière. Comme d’autres équipements de l’atelier, le règle-phare d’aujourd’hui se sophistique pour plus de précision et d’efficacité mais surtout pour faire face aux dernières technologies d’éclairage.

La réponse de Texa

Avec l'e-Light, l’équipementier italien applique sa maîtrise historique du diagnostic aux technologies d’éclairage et souhaite apporter aux réparateurs un équipement à la fois performant et accessible pour permettre la mise en conformité du réglage des projecteurs. À l’inverse d’un appareil de diagnostic qui permet de travailler sur plusieurs systèmes du véhicule, l’e-Light est conçu et configuré pour la seule fonction d’éclairage mais avec un accompagnement pour l’opérateur proche de celui des stations de diag. L’appareil est autonome grâce à une batterie lithium de 12 volts intégrée revendiquant plusieurs heures d’utilisation. Il embarque son propre logiciel de pilotage développé par la marque, couplé à une base data couvrant le large parc de véhicules circulant en Europe. L’appareil est connecté en WiFi au véhicule via une interface branchée sur la prise OBD de celui-ci. Cette connexion assure le dialogue avec le véhicule permettant l’identification rapide de celui-ci ainsi que la prise en main à distance de la commande (inversion code-phare) des projecteurs.

L’e-Light est décliné en deux versions :

- Le One configuré pour fonctionner avec les stations de diagnostic da la marque doté du logiciel IDC5 Texa permettant à l’opérateur de dialoguer avec l’ensemble des calculateurs du véhicule. Et donc sur un périmètre un peu plus large que celui du seul calculateur en charge de l’éclairage.
- Le OneD plus autonome, configuré et piloté via un écran tactile de 7 pouces intégré pour l’accès aux commandes du règle-phare et à l’électronique du véhicule chargé de la gestion des projecteurs. À noter qu’à tout moment, cette version peut également être associée à des outils Texa afin d’élargir ses potentialités au sein de l’atelier.

Au service de technologies d’éclairage complexes

Comme la grande majorité des règle-phares de dernière génération, l’e-Light embarque la technologie à caméra CCD avec une ergonomie développée pour la productivité et l’efficacité dans le réglage. En effet, cet équipement de très haute précision assiste et guide l’opérateur à tel point qu’aucune compétence particulière n’est exigée pour effectuer le contrôle des projecteurs. Le tout-électronique démontre de façon incontestable sa supériorité technologique tout en restant simple d’utilisation. Piloté informatiquement : ici ce n’est plus l’opérateur qui scrute le faisceau sur une mire mais une caméra qui observe et analyse le faisceau de lumière avant de le projeter « virtuellement » sur l’écran de contrôle intégré.

Le traitement précis de l’image numérique du faisceau de lumière ouvre de larges perspectives en termes d’analyse. Cette capacité de traitement va s’avérer indispensable lorsqu’il s’agira de faire face aux dernières technologies d’éclairage intelligent et auto-adaptatif comme l’AFS faisant appel à des LED multiples montées en matrice. Dans ce cas de figure, le règle-phare connecté à l’électronique du véhicule va pouvoir contrôler et valider les différentes séquences d’éclairage (sortes de scénarios) que le calculateur qui pilote l’éclairage du véhicule va lui soumettre. De ce contrôle pourra déboucher le diagnostic d’un réglage non conforme du faisceau de lumière projeté mais aussi d’un dysfonctionnement avéré de la matrice de LED ou, pourquoi pas, de composants influents dans le pilotage sophistiqué de cette technologie d’éclairage.

Pour les éclairages plus basiques

Une fois l’appareil en place et précisément positionné devant l’optique grâce aux classiques lasers de positionnement ou mire de réglage suivie par le logiciel, l’opérateur pourra juger de l’efficacité et de la portée du faisceau d’un projecteur. En plus d’effectuer le réglage vertical, le réglage latéral et la vérification de l’angle de rabattement, l’appareil peut grâce à sa sensibilité diagnostiquer l’état de l’ampoule, l’usure de la glace (polycarbonate opacifié par le temps ou les rayures), la dégradation de la surface réfléchissante ou, à l’extrême, révéler une ampoule mal positionnée.

Obéissant aux mêmes règles de connectivité que les outils de diagnostic, l’e-Light peut dresser un rapport d’intervention concernant le réglage des projecteurs et la performance réglementaire constatée de la fonction éclairage. Ce rapport peut être imprimé à partir du réseau bureautique du garage et mémorisé dans le fichier client de l’appareil. Nous le voyons, l’e-Light est un matériel abouti apte à assurer un diagnostic complet de la fonction éclairage tout en accompagnant l’opérateur dans toutes les phases de son intervention. Sa technologie vise également à pouvoir évoluer au rythme de l’éclairage automobile de demain.

Nous vous recommandons

Forum Point S Group : participation et business record pour l’édition 2022

Forum Point S Group : participation et business record pour l’édition 2022

Après deux ans d’absence et des éditions « virtuelles » liées aux contraintes sanitaires, la cinquième édition du Forum Point S Group a enfin pu se tenir, les 23 et 24 juin, au Matmut Stadium de Lyon.Enthousiastes à l’idée de...

01/07/2022 | Point S
François Delion est nommé directeur après-vente monde du groupe Renault

Nomination

François Delion est nommé directeur après-vente monde du groupe Renault

Corteco rapproche son stock de pièces de suspension et de direction

Corteco rapproche son stock de pièces de suspension et de direction

Pour Castrol, les garagistes ne sont pas assez commerçants

Pour Castrol, les garagistes ne sont pas assez commerçants

Plus d'articles