Présidentielle 2022 : ce que la filière automobile attend de la France en 18 points

Fabio CROCCO
Présidentielle 2022 : ce que la filière automobile attend de la France en 18 points

Perte de compétitivité, transition écologique à marche forcée, menace sur l’emploi, perte de souveraineté… l’industrie française de l’automobile, devenue celle de la mobilité, subit un déclin. Si cette décadence n’est pas une fatalité, elle ne pourra être enrayée que par une forte volonté politique. L’avenir se joue maintenant.

À l’initiative des grandes organisations professionnelles de la filière automobile (PFA, Mobilians, la Fiev et la CSIAM), les candidats à l’élection présidentielle sont invités, ce lundi 14 mars, à venir s’exprimer tour à tour sur les actions qu’ils souhaitent mener pour les cinq prochaines années afin que l’industrie française de la mobilité automobile retrouve de sa superbe.

Ce moment d’échanges (à retrouver en direct sur le site auto-infos.fr) sera pour la filière une occasion à ne pas rater pour faire un état des lieux et faire passer ses propositions au nombre de 18 (voir plus bas). Car la situation, qui s’est aggravée ces 48 derniers mois où les crises s’enchaînent sans répit, est devenue plus que préoccupante.

« Il est plus que jamais nécessaire que l’État initie une stratégie globale et coordonnée entre l’amont et l’aval de la filière. Les décisions publiques en cours auront des impacts irréversibles et de long terme sur le devenir du secteur », alerte la filière. Pour ses décideurs, il est urgent d’agir sur quatre fronts : la compétitivité, la transition écologique, l’emploi et la souveraineté.

Un déclin par manque de compétitivité

Le secteur automobile n’échappe pas au déclin industriel français : la production automobile française est ainsi passée de la deuxième place de l’Union européenne en 2011, à la cinquième place en 2016. En 2019, la balance commerciale du secteur affichait un déficit de - 15 Mds d'euros à comparer à l’excédent de + 14 Mds d'euros observé en 2014. Trois chiffres permettent d’illustrer à quel point la compétitivité du site France reste, dans ce contexte, le levier majeur d’une nouvelle ambition industrielle : 900 euros par véhicule sont le surcoût de production en France par rapport aux pays de l’Est ; 60 % de surcoût de main-d’œuvre en France à comparer à l’Espagne ; 3,5 % d’impôts de production en France contre 0,5 % en Allemagne.

170 000 emplois menacés

Les enjeux autour de la transformation du parc (électrification), de la transition numérique et des nouveaux usages vont toucher de manière inédite les activités liées à la vente et à la maintenance des véhicules. L’accélération de la mutation pourrait, selon l’Observatoire de la métallurgie (Etude emploi – avril 2021), se traduire par une perte de 100 000 emplois industriels d’ici à 2035. Les métiers des services de l’automobile vont également être fortement impactés par la fin du véhicule thermique – 70 000 emplois sont menacés dans les dix années à venir.

Une relocalisation salvatrice

Les transformations historiques auxquelles fait face le secteur modifient profondément les chaînes de valeur et mobilisent des ressources et des technologies dont la maîtrise, assurée aujourd’hui hors de France, et notamment en Asie, est indispensable au maintien d’un tissu industriel français. « La reconquête nationale de la souveraineté technologique apparaît désormais comme une condition vitale pour gagner à la fois la bataille industrielle et la bataille pour le climat », prévient la filière.

Les 18 propositions de la filière

  1. Ouvrir une nouvelle étape de baisse des impôts de production de 35 Mds d'euros, en veillant à ce que les entreprises de distribution et de services en profitent pleinement.
  2. Créer des zones franches technologies d’avenir (exonération des impôts de production jusqu’en 2035, d’une part significative des charges sociales).
  3. Pérenniser le crédit impôt-recherche.
  4. Aligner les taux d’aide à l’investissement en Europe.
  5. Faciliter l’accès à la mobilité électrique avec un investissement massif dans le déploiement des infrastructures de recharge.
  6. Privilégier une neutralité technologique, basée sur un bouquet de solutions.
  7. Prévoir des dispositifs ambitieux visant à soutenir les revenus les plus modestes dans l’acquisition de véhicules faibles émissions.
  8. Garantir la stabilité de la fiscalité automobile, afin de donner une visibilité tant aux ménages qu’aux flottes.
  9. Prévoir des dispositifs dédiés d’accompagnement pour les populations et entreprises situées dans les zones à faibles émissions (ZFE).
  10. Accompagner l’instauration des ZFE par la mise en place d’infrastructures et de services qui permettront l’intermodalité.
  11. Soutenir les politiques publiques dédiées à la gestion du parc automobile (entretien-réparation) et destinées à faciliter les nouveaux usages (mobilité partagée, location, covoiturage, …) et l’intermodalité dans les villes.
  12. Prévoir un Plan de formation professionnelle et d’adaptation des compétences à l’attention des salariés du secteur.
  13. Encourager durablement l’alternance dans la filière automobile.
  14. Mettre en place un plan de transformation des PME et TPE des services de l’automobile (stations-service, centres de recyclage, réparation automobile, …).
  15. Accompagner les PME/PMI à l’exportation.
  16. Soutenir massivement les investissements liés aux enjeux technologiques d’avenir (batteries, électronique de puissance, hydrogène, connectivité).
  17. Prise de participations dans l’extraction / transformation des minerais.
  18. Relocaliser en France des infrastructures permettant de produire l’électronique embarquée.

 

Nous vous recommandons

Test : Gedore 900-20 : une longue, fine et puissante baladeuse qui ne manque pas d’intérêt

Test : Gedore 900-20 : une longue, fine et puissante baladeuse qui ne manque pas d’intérêt

L’outilleur allemand Gedore a imaginé une baladeuse à leds qui casse les codes des lampes classiques dans les ateliers. Sa finesse et sa longueur permettent un éclairage diffus mais aussi d’aller illuminer les endroits les plus...

25/05/2022 | Outillage
La Fiev désigne le nouveau président du Groupe des industries d'équipements de garage

Nomination

La Fiev désigne le nouveau président du Groupe des industries d'équipements de garage

Test : Knipex, clés ou pince, ne plus choisir !

Test : Knipex, clés ou pince, ne plus choisir !

Jantes Alu Services étend son concept à l'échelle nationale

Jantes Alu Services étend son concept à l'échelle nationale

Plus d'articles