PSA et Renault veulent se réinstaller en Iran.

Christophe CARIGNANO

Sujets relatifs :

PSA et Renault veulent se réinstaller en Iran.

PSA et Renault veulent se réinstaller en Iran.

Quand en mars 2012, PSA Peugeot Citroën a décidé de suspendre la livraison de ses pièces détachées en Iran fabriquées dans l’usine de Vesoul et destinées à fabriquer des 405 et 206 assemblées sur place, c’est l’équivalent de 455 000 véhicules qui venait de disparaître des tablettes des ventes du constructeur Français.

A cette époque, comme en 2013 pour Renault, le président américain Obama avait donné l’ordre au constructeur de cesser tout commerce avec l’Iran en raison de l’embargo sous peine de représailles aux Etats-Unis. Certains avaient relevé l’étrange concomitance de ce retrait avec l’entrée au capital de PSA du constructeur américain GM... Pour rappel Peugeot était présent en Iran depuis 1978 via un partenariat avec le constructeur Iran Khodro qui lui permettait de détenir près de 30% du marché.

Depuis quelques jours, la donne a changé suite à la signature à Genève d’un accord sur le programme nucléaire iranien. Depuis que les négociations ont débuté il y a quelques semaines, les constructeurs Français se préparent à un retour en Iran et n’ont pas l’intention de laisser l’américain GM ou les constructeurs asiatiques s’installer sur un marché complexe où ils n’ont pour l’instant aucun ancrage.

"Nous restons attentif à la situation en Iran", nous dit-on chez PSA. "Il n’y a pas de décision officielle pour l’instant". En réalité, les firmes autos ont profité du Salon de l’automobile qui a ouvert ses portes le 30 novembre dernier pour reprendre des contacts avec l’Iran. L’arrêt de cette activité en Iran a longtemps pesé sur les statistiques de ventes du constructeur au lion.

Même si des discussions auraient été initiées entre GM et l’ex partenaire de PSA Iran Khodro, le constructeur Français pourrait rapidement revenir en Iran et retrouver ainsi un volume de vente qui constituait son deuxième marché derrière la France. Rappelons également que Renault n’est pas en reste sur le sujet mais cherche également à se repositionner puisque la firme Française avait vendu encore l’an passé 100 000 véhicules dans ce pays.

L’enjeu est de taille, les constructeurs Français restant les mieux placés pour s’installer de nouveau dans le pays. Cet enjeu est à la fois politique entre la France et les Etats-Unis mais aussi industriel entre deux partenaires PSA et GM dont l’alliance n’a pour l’instant donné aucun résultat.

Nous vous recommandons

Abonnement automobile : Citroën devient la première marque de Stellantis à se lancer

Abonnement automobile : Citroën devient la première marque de Stellantis à se lancer

Nouvelle manière de « consommer de la mobilité », l'abonnement automobile débarque parmi les offres du constructeur français Citroën. Une proposition à laquelle sont éligibles trois modèles de la gamme avec une variété...

Volkswagen domine le marché de l'électrique en Europe au mois d'octobre

Volkswagen domine le marché de l'électrique en Europe au mois d'octobre

Nissan réaffirme ses liens avec son réseau de distribution en France

Nissan réaffirme ses liens avec son réseau de distribution en France

TotalEnergies et Air Liquide s’associent sur l’hydrogène

TotalEnergies et Air Liquide s’associent sur l’hydrogène

Plus d'articles