Qovoltis pointe les (gros) écarts de prix de la recharge électrique

Qovoltis pointe les (gros) écarts de prix de la recharge électrique

Pour réduire sa facture, mieux vaut diversifier ses modes de recharge et utiliser les superchargeurs avec parcimonie.

© Qovoltis

La société française spécialisée dans la mobilité électrique intelligente révèle que les prix de la recharge d’un véhicule électrique peuvent varier d’environ de 2 à presque 20 euros pour effectuer 100 km. Un différentiel énorme !

Alors que le prix des énergies constitue un sujet de plus en plus sensible dans un contexte de crise et de pouvoir d’achat en berne, la PME française spécialisée dans les solutions de recharge qui a déjà installé plus de 900 points de charge en France, Qovoltis, a souligné, dans une étude comparative, les fossés existant entre les tarifs des bornes de recharge. Un éclairage nécessaire puisqu’il faut reconnaître que, contrairement à un plein thermique facilement calculable, le coût pour parcourir 100 km en véhicule électrique dépend de plusieurs facteurs. À savoir le type de borne (publique ou privée), l'opérateur, le prix du kilowattheure, mais aussi les tarifs heure creuse/heure pleine, la consommation du véhicule et la durée de connexion à la borne.

Les superchargeurs : une pompe à fric ?

Selon les données publiées par l’Avere France au 6 octobre 2022, le territoire français compte près de 72 000 points de recharge disponibles pour plus de 600 000 véhicules électriques en circulation, soit l’équivalent de 1 point de recharge pour 9 VE. Bien choisir son mode de recharge et sa borne s’avère donc aussi crucial que complexe, d’autant que les points de charge ne fonctionnent pas tous à la même puissance. Avant de se brancher, le conducteur doit donc se référer à la puissance de charge maximale supportée par son véhicule et à celle délivrée par la borne pour éviter des surcoûts liés au temps de branchement. Néanmoins, se recharger vite demeure la pratique la plus onéreuse, avec un prix au kWh de 0,79 € en moyenne contre 0,18 € à domicile en heure pleine et à tarif réglementé.

Prix moyen de la recharge pour parcourir 100 km (soit 18 kWh en cycle mixte)
Tarif charge rapide 250 kW 0,79 €/kWh – soit 14,22 € pour une charge de 18 kWh
Tarif à la maison heure pleine (tarif réglementé) 0,1841 €/kWh – soit 3,31 € pour une charge de 18 kWh
Tarif à la maison heure creuse (tarif réglementé) 0,147€/ kWh – soit 2,65 € pour une charge de 18 kWh

Prix moyen de la recharge pour parcourir 100 km (soit 25 kWh sur autoroute)
Tarif charge rapide 250 kW 0,79 €/kWh – soit 19,75 € pour une charge de 25 kWh
Tarif à la maison heure pleine (tarif réglementé) 0,1841 €/kWh – soit 4,60 € pour une charge de 25 kWh
Tarif à la maison heure creuse (tarif réglementé) 0,147 €/kWh – soit 3,67 € pour une charge de 25 kWh

Ehsan Emami, président de Qovoltis, définit d’ailleurs avec clarté cette disparité qui peut, sur le long terme, faire perdre les bénéfices de l’adoption de l’électromobilité. « Le prix d’un véhicule électrique dépasse son équivalent thermique de quelque 10 000 à 15 000 euros. Mais nous acceptons de payer cette différence de prix sur la base de la promesse d’économie sur la consommation de carburant pendant la durée de vie du véhicule. Toutefois, si toutes les recharges sont effectuées sur des superchargeurs, le différentiel tarifaire (19,75 € vs 2,65 € sur 100 km) sur les 120 000 km, représenterait un surcoût de la recharge de plus de 20 000 euros. Autrement dit, en rechargeant son VE systématiquement sur des superchargeurs, l’utilisateur perd tout l’avantage qu’il s’est vu promettre lors de l’achat du véhicule. Savoir optimiser la recharge pour préserver son budget et la durée de vie de la batterie est donc indispensable. »

Quelques conseils pour se recharger sans raquer

Outre diversifier ses modes de recharge et privilégier, comme 80 % des conducteurs de VE, la recharge à domicile ou sur site d’entreprise quand cela est possible, Qovoltis recommande ainsi, pour faire baisser la facture :

  • D’éviter de se recharger uniquement en charge rapide, système qui, en plus d’être cher, réduit la longévité de la batterie.
  • De ne pas laisser un véhicule dont la batterie est vide immobilisé mais plutôt lorsque la batterie est aux alentours de 70-80%.
  • De ne pas laisser sa voiture en recharge sur les bornes publiques alors que la batterie est pleine, car il peut y avoir des frais supplémentaires.
  • De recharger son véhicule avec une borne domestique puissante pour effectuer l’intégralité de la recharge en heures creuses et ainsi limiter les coûts.

Nous vous recommandons

Avec la crise, les actifs reconsidèrent leurs déplacements

Etude

Avec la crise, les actifs reconsidèrent leurs déplacements

La voiture reste reine pour les trajets professionnels ou domicile-travail mais les préoccupations écologiques et surtout économiques poussent à se déplacer autrement. Une tendance que relève l’édition 2022 du baromètre «...

Les conducteurs de véhicules électrifiés préfèrent se charger... à domicile

Etude

Les conducteurs de véhicules électrifiés préfèrent se charger... à domicile

Le marché français du VN affiche une croissance à deux chiffres !

Le marché français du VN affiche une croissance à deux chiffres !

La France dépasse (à peine) les 75 000 points de recharge publics

La France dépasse (à peine) les 75 000 points de recharge publics

Plus d'articles