Entretien

Quand le carnet d’entretien automobile se digitalise

Quand le carnet d’entretien automobile se digitalise

Puisque désormais l’essentiel des démarches administratives s’opère en ligne, il allait de soi que le carnet d’entretien automobile se plie lui aussi à ce phénomène de la digitalisation. Pour le meilleur...et seulement le meilleur?

Le papier est dépassé. L’ère numérique a en effet, et depuis plusieurs années déjà, dématérialisé des documents officiels tels que la fiche d’imposition ou le carnet de santé. Délivré par le constructeur du véhicule au moment de l’achat, le carnet d’entretien n’avait donc aucune raison de faire exception à la règle. D’autant que ce guide, rappelant le fonctionnement de la voiture concernée, les révisions et réparations à effectuer dessus ainsi que les délais conseillés pour ces interventions, conformément aux préconisations de la marque, avait généralement tendance à prendre la poussière dans la boîte à gants – quand il n’était pas tout simplement perdu.

Or, pour opérer un suivi détaillé de son véhicule, il est fondamental de se souvenir de la dernière vidange ou de la date du prochain contrôle technique, mais aussi de garder les garanties des pièces changées ainsi que les certificats. Tout cela peut donc s’avérer fastidieux pour un automobiliste, même très bien organisé. Conscients de ces problématiques, certains constructeurs ont récemment entrepris de rendre ce fascicule pour le moins nécessaire accessible en ligne, à l’image d’Audi optant pour un « plan d’entretien numérique », DS lançant son « maintenance e-book » ou encore Mercedes développant son DSB (carnet de maintenance digital), assurant que « l’historique du véhicule et les données de maintenance correspondantes sont disponibles en ligne dans le monde entier et dans la langue nationale », fait valoir la marque à l’étoile.

L’offensive venue du web

Pour répondre à des besoins professionnels bien spécifiques et afin d’en finir avec la paperasse, surtout pour les gestionnaires de flotte, des prestataires indépendants sont donc apparus, avançant leur propre carnet d’entretien digitalisé. Parmi eux, la start-up ValueMyCar, fondée en 2020. Initialement plateforme de mise en relation d’automobilistes avec des prestataires de service de rénovation indépendants, la jeune pousse a imaginé, il y a un peu plus d’un an maintenant, cette solution innovante pour faciliter la remise en état d’un véhicule et sa maintenance prédictive. Compilant toutes les informations nécessaires à la maintenance d’un véhicule, les documents relatifs à l’état d’une auto se voyant d’abord numérisés avant d’être accessibles en quelques clics, ce carnet d’entretien digitalisé peut être complété et actualisé en ligne.
Ambitionnant « d’offrir une solution à l’ensemble des besoins des automobilistes sur une seule et même interface » comme le définit son fondateur Henri Bost, ValueMyCar promet ainsi une traçabilité exhaustive mais aussi une anticipation des prochaines opérations de maintenance à réaliser sur son véhicule. Ainsi, la tenue périodique de ce carnet permettrait même de « réduire son budget d’entretien de 50 % », assure l’entreprise qui, au-delà de la dimension de pense-bête de son carnet d’entretien digitalisé, assure à son utilisateur de « l’aider à trouver le meilleur prestataire au bon prix en toute transparence puisqu’il a accès à ses diplômes, à son assurance professionnelle ou encore aux avis des autres automobilistes pour faire son choix en toute connaissance de cause », détaille Henri Bost.
Parallèlement, l’application mobile AppliDriver, déployée depuis 2014 et téléchargeable sur Apple et Google Store – gratuitement pour les particuliers mais pas pour les professionnels car plus étoffées en services –, se veut évolutive. Par conséquent, « nous sommes en train de généraliser d’autres services portant sur l’assurance ou s’adressant aux loueurs » nous confie Charles Antoine Cridelauze, ancien responsable des opérations d’IBM et à présent membre de l’équipe AppliDriver. Un aspect flexible et en croissance permanente pour répondre à un monde automobile tout aussi mouvant. Au temps de la mobilité durable et responsable, « notre application participe aussi à endiguer la surconsommation en misant sur l’entretien de la voiture et l’importance de prendre soin de son véhicule pour augmenter sa durée de vie », souligne notre interlocuteur. Ainsi, « nous recensons peu de voitures neuves parmi nos quelques 15 000 utilisateurs, la majorité d’entre elles ayant environ 100 000 km au compteur », démontre-t-il.

Un plus à la revente

Parmi les autres avantages avancés par le carnet d’entretien digitalisé : celui de ne plus avoir à rechercher son historique d’entretien, gain de temps pratique lorsqu’il s’agit de revendre un véhicule. « Le carnet d’entretien étant automatiquement actualisé, son partage avec des acheteurs potentiels s’en trouve facilité » plaide Henri Bost, qui voit dans sa généralisation l’atténuation d’un stress et des transactions moins anxiogènes. Ce dispositif constitue en effet un gage de sécurité pour le nouvel acquéreur, qui peut ainsi vérifier que tout a été fait pour garantir une durée de vie optimale de la voiture qu’il s’apprête à payer ainsi que celle de ses pièces et composants. Sans oublier la possibilité de scanner des documents importants tels que la carte grise, élément de simplification crucial qui induit d’inscrire la technologie du carnet d’entretien digitalisé sur smartphone, comme le souligne Charles Antoine Cridelauze.

Retrouvez l'intégralité de cet article dans le magazine n° 271 de L'Automobile & L'Entreprise

Nous vous recommandons

Bons résultats 2021 pour Five Star déjà projeté sur 2022

Bons résultats 2021 pour Five Star déjà projeté sur 2022

Le réseau de carrosserie Five Star a encore étoffé son maillage territorial et compte désormais 540 adhérents, pour un chiffre d’affaires 2021 en progression de 7%. Grâce au déploiement de nouveaux accords, la croissance devrait...

Sharvy vise l’international

Sharvy vise l’international

Fatec Group : une croissance 2021 exceptionnelle et de fortes ambitions pour 2022

Fatec Group : une croissance 2021 exceptionnelle et de fortes ambitions pour 2022

Verdissement des flottes : la start-up Beev lève 1,5 million d'euros

Verdissement des flottes : la start-up Beev lève 1,5 million d'euros

Plus d'articles