Questions à Rémi Renaudo, directeur commercial d’Autoneo

Fabio CROCCO

Sujets relatifs :

, ,
Questions à Rémi Renaudo, directeur commercial d’Autoneo

Il y a un mois, Autoneo, l’enseigne aux 250 carrosseries, organisait sa seconde convention. L'occasion pour Rémi Renaudo, actuel directeur commercial, arrivé en octobre 2020, d'afficher les ambitions du réseau de carrosseries qui vise les 300 adhérents d'ici à 2023.

Décision Atelier : Quel bilan tirez-vous de l'année 2021 ?

Rémi Renaudo : L’année a commencé de manière compliquée. Le volume d’affaires apporté à nos adhérents n’a retrouvé son niveau habituel qu’à partir du mois de juin.

DA : Quelle part du chiffre d’affaires d’un adhérent apportez-vous grâce à vos accords cadres ?

RR : Environ 15 %. Contrairement à d’autres enseignes, notre logique n’est pas d’être trop invasif dans les affaires de nos adhérents. Cela à tous les niveaux. Nous tenons à respecter leur indépendance et leur identité.

« Contrairement à d’autres enseignes, notre logique n’est pas d’être trop invasif. »

DA : Comment pressentez-vous l'année 2022 ?

RR : Nous espérons avec optimisme renouer avec la normalité. Je pense que nous avons passé le plus difficile même si certains effets de la crise sanitaire seront durables.

DA : Les hausses de prix sont-elles une menace ?

RR : Elles sont en effet inquiétantes, en particulier du côté de la peinture dont l’augmentation ces douze derniers mois atteint 20 %. Elle fait baisser les marges des distributeurs comme des carrossiers. Mais ces hausses de prix, difficilement répercutables, touchent aussi la main-d’œuvre, l’énergie et les véhicules de remplacement.

DA : D’où l’intérêt de toujours mieux acheter les pièces détachées…

RR : Nous multiplions à cette fin les possibilités de sources d'achats avec des partenariats signés avec des concessionnaires, des distributeurs traditionnels et des marketplaces. Cela laisse plus de choix à nos adhérents en fonction de leur profil et de leur manière de travailler.

« On est tous d’accord pour dire qu’il faut aller vers plus de pièces de réemploi. Il ne faut pas pour autant occulter certaines difficultés. »

DA : Quel est votre point de vue sur les pièces d’occasion ?

RR : On est tous d’accord pour dire qu’il faut aller vers plus de pièces de réemploi. Il ne faut pas pour autant occulter certaines difficultés logistiques, de qualité, d’erreurs de pièces et de retravail. Elles sont des freins au développement. C’est pourquoi nous passons des partenariats avec des groupes organisés. Nous venons de signer avec Appropo.fr pour une collaboration plus locale entre recycleurs et carrossiers.

DA : Autoneo vise les 300 adhérents d’ici à 2023. Quels types de carrosseries souhaitez-vous intégrer ?

RR : Des ateliers d’une certaine taille, capables de suivre les évolutions du marché, technologiques comme celles demandées par les apporteurs d’affaires, à l'image du service à domicile et de la planification.

DA : Comment recruter ces carrosseries ?

RR : Déjà en communiquant davantage sur notre enseigne, encore peu connue en définitive. Mais bien évidemment, nos premiers prospects sont les clients du réseau Centaure au nombre de 2 300.

DA : Vous avez révélé réfléchir à un concept de réparation rapide. Peut-on en savoir davantage ?

RR : Il est encore au stade de développement et je peux difficilement en parler. L’idée est de proposer une offre uniforme nationale qui doit permettre aux adhérents d’aller chercher de la carrosserie rapide en local. L’offre devrait être lancée au second semestre.

DA : Comment le réseau perçoit-il le partenariat en cours de signature avec Point S ?

RR : Une enquête interne témoigne globalement d’un intérêt.

Nous vous recommandons

PPG étoffe ses services avec i-Audit

PPG étoffe ses services avec i-Audit

PPG Refinish France étoffe ses services clients avec i-Audit, une solution digitale qui permet de faire rapidement et facilement un audit à 360 degrés d’un atelier de carrosserie. À l'issue de ce dernier, des préconisations sont...

30/09/2022 | PPG
Un été calme dans les ateliers

Un été calme dans les ateliers

L’assistance auto et les véhicules électriques : où en est-on ?

Publi-redactionnel

L’assistance auto et les véhicules électriques : où en est-on ?

Rencontre avec Alex Gelbcke, P-DG de LKQ Benelux-France

Vidéo

Rencontre avec Alex Gelbcke, P-DG de LKQ Benelux-France

Plus d'articles