Recul historique attendu du marché automobile français en mars 2020

Alexandre Guillet
Recul historique attendu du marché automobile français en mars 2020

Recul historique attendu du marché automobile français en mars 2020

Sous l’effet de la crise du coronavirus et du confinement, le marché automobile français des véhicules neufs s’est effondré en mars 2020, - 72,2 %, ce qui porte le recul du premier trimestre à - 34 %. Les prévisions tablent sur un recul annuel de l’ordre de 20 % si le confinement est levé à la fin du mois d’avril 2020.

Sans surprise, en mars 2020, avec 62 668 immatriculations, le marché français des voitures particulières neuves est en baisse de 72,25 % en données brutes par rapport à mars 2019 (22 jours en mars 2020 et 21 jours en mars 2019). En outre, avec 16 848 immatriculations, le marché des véhicules utilitaires légers neufs est aussi en baisse de 64,82 %. Ainsi, au cumul VP et VUL, le repli du marché français est de 70,9 %, avec 79 516 véhicules légers neufs immatriculés en mars 2020. Un plongeon historique, cela va sans dire, mais qui s’explique par un élément exceptionnel et qui laisse peu de place à l’analyse.

Les entreprises ont représenté 58,7 % du marché en mars

L’effondrement du marché est en effet directement corrélé à la mise en confinement en France, pour faire face au coronavirus, et donc, à l’arrêt pur et simple de l’activité à partir du 17 mars 2020. Sur la première quinzaine de mars, l’activité était déjà en net retrait, mais dans des proportions moins marquées. La répartition des ventes entre « Entreprises » et « Particuliers » s’opère ainsi : 58,7 % et 41,3 %. Dans ce contexte, inutile d’ergoter autour de marques plus gagnantes que d’autres, le retrait étant généralisé. En termes de parts de marché, on constate que l’impact est moins violent pour Renault et Toyota, par exemple.
Tous les chiffres en un clic :

PDF - 311.4 ko

Boom des véhicules électrifiés

Au niveau des énergies, le diesel apparaît à 33,2 %, tandis que la pénétration des hybrides et des véhicules 100 % électriques atteint 17,9 %, avec une progression significative (+ 19 %) des 100 % électriques, grâce au trio Renault Zoe, Peugeot e-208 et Tesla Model 3.

Enfin, le top 10 des modèles les plus vendus en mars 2020 se décline comme suit :
Peugeot 208
Renault Clio V
Renault Captur
Peugeot 3008
Citroën C3
Renault Mégane
Renault Zoe
Peugeot 2008
Dacia Sandero
Renault Twingo
La Toyota Yaris est le premier modèle non français du classement (13e), juste devant la Tesla Model 3 (14e !).

Un marché automobile français des VN d’ores et déjà estimé à - 20 % pour 2020

Si on se projette vers l’avenir, le CCFA, par le biais de son directeur de la communication François Roudier, annonce qu’il table désormais sur un recul de 20 % du marché automobile français en 2020. Soit un exercice situé entre 1,7 et 1,8 million de véhicules particuliers neufs. Il s’agit d’une révision de prévision reposant sur le scenario d’une sortie de confinement à la fin du mois d’avril, voire au début du mois de mai. En cas de confinement prolongé, cette prévision serait naturellement encore revue à la baisse. En tout état de cause, quel que soit le scenario retenu, aucun effet de rattrapage intégral (le mois d’avril sera aussi « blanc ») n’est jugé recevable par le consensus (constructeurs français et étrangers).

Nous vous recommandons

Marché VP Europe : + 6,6 % depuis janvier 2021 mais – 23 % en septembre

Marché VP Europe : + 6,6 % depuis janvier 2021 mais – 23 % en septembre

Le mois dernier, la demande de voitures particulières neuves au sein l'UE a connu une perte de vitesse semblable à celle de juillet avec un repli de 23,1 %. S’établissant à 718 598 unités, septembre 2021 marque même le plus faible...

En septembre, les immatriculations en LLD représentaient 1 véhicule sur 3

En septembre, les immatriculations en LLD représentaient 1 véhicule sur 3

Top 10 VP et VU électriques : de la diversité dans les marques favorites

Top 10 VP et VU électriques : de la diversité dans les marques favorites

En France, les véhicules électrifiés frôlent les 18 % de parts de marché

En France, les véhicules électrifiés frôlent les 18 % de parts de marché

Plus d'articles