Renault a négocié ses nouveaux contrats de distribution en douceur

Alexandre Guillet

Mis à jour le à

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Renault a négocié ses nouveaux contrats de distribution en douceur

En concertation avec son réseau, Renault a déjà envoyé les nouveaux contrats 2024 pour signature.

S’il reconnaît que la baisse des coûts de distribution est à l’agenda, Ivan Segal affirme que c’est un travail conjoint avec le réseau et souligne d’ailleurs que les nouveaux contrats de distribution ont été négociés directement avec le Groupement des concessionnaires européens et le GCR.

En marge d’une présentation sur le bilan 2021 de Renault et ses projections pour 2022, Ivan Segal, directeur du commerce de Renault France, a réaffirmé que le top management du groupe, Luca de Meo en tête, considérait le réseau comme un asset et que les négociations sur les nouveaux contrats de distribution s’étaient déroulées de manière constructive et apaisée.

« Nous avons beaucoup échangé avec le GCRE et le GCR et les contrats à signer ne comportent donc aucune surprise », lance-t-il, tout en précisant que le fait de ne pas avoir attendu le document européen engendrerait une révision des critères de sélectivité en temps voulu : « Nous avons décidé de reprendre les critères de sélectivité actuels même si ça ne veut rien dire et nous aviserons quand les autorités européennes auront dévoilé leur texte. D’une manière générale, c’est une marque de confiance dans notre réseau et cela a été perçu ainsi. En effet, nous nous projetons vers l’avenir et le faisons dès maintenant ».

Un groupe de travail a été créé pour baisser les coûts de distribution

En revanche, Ivan Segal reconnaît que les coûts de distribution doivent baisser à l’avenir et que les concessionnaires ne doivent pas rester immobiles. Refusant de donner des chiffres en soulignant qu’il y avait « beaucoup de formules de calcul des coûts de distribution », il a indiqué que le travail pouvait se faire de concert avec les concessionnaires, sans agressivité et sans posture top-down. Un groupe de travail a été créé sur le sujet au sein du groupe et quatorze leviers de réduction des coûts ont été identifiés. La question immobilière bien sûr, avec la fin des concessions cathédrales et la réduction du nombre de mètres carrés. La logistique de la pièce de rechange avec la mise en place de hubs PR, sur le modèle des plaques déjà éprouvées au sein d’autres groupes. Ou encore une mutualisation de certaines opérations, via des giga centres de préparation VN et des centres VO. Ivan Segal n’est pas allé plus avant dans le contenu de ce groupe de travail qui s’accompagne aussi de recherches de nouveaux business, notamment par le biais de Mobilize (la vente de bornes via Mobilize Power Solutions, par exemple).

« Cette réflexion se fait dans un intérêt commun entre la marque et le réseau, afin de rester compétitifs et de trouver de nouveaux gisements de marges à partager. Chez Renault, nous répétons que nous avons besoin du réseau et de sa valeur de proximité. C’est particulièrement vrai sur les marchés d’Europe du Sud, comme la France, l’Espagne ou l’Italie », conclut Ivan Segal.

Nous vous recommandons

BMW Motorrad bat son record de ventes mondiales en 2021

BMW Motorrad bat son record de ventes mondiales en 2021

BMW Motorrad a battu son record de ventes en 2021 au niveau international. La branche deux-roues motorisés du constructeur a écoulé 194 261 véhicules, soit une hausse de 14,8 %. Un résultat qui aurait pu être meilleur sans une certaine...

Aptiv débauche chez les GAFAM

Nomination

Aptiv débauche chez les GAFAM

Jeep poursuit l'électrification de sa gamme avec les Renegade et Compass eHybrid

Jeep poursuit l'électrification de sa gamme avec les Renegade et Compass eHybrid

Sur le chemin des transformations

Sur le chemin des transformations

Plus d'articles