Renault à son tour dans l'auto-partage avec Carbox

Damien Chalon

Sujets relatifs :

, ,
Renault à son tour dans l'auto-partage avec Carbox

Renault à son tour dans l'auto-partage avec Carbox

Après Citroën et ALD Automotive, Carbox attire un autre grand nom dans ses filets. Renault, par l’intermédiaire de sa filiale dédiée aux professionnels Renault Parc Entreprises (RPE), s’est en effet allié au spécialiste français de l’auto-partage B to B pour développer son offre Car+ Autopartage. Comme son nom l’indique, ce nouveau service vient s’imbriquer dans l’offre Car+ dédiée à l’éco-conduite, la sécurité routière et la télématique embarquée.

550 euros par mois pour une Clio

L’offre Car+ Autopartage s’appuie sur la technologie et le savoir-faire de Carbox, dont le parc géré en auto-partage s’élève actuellement à 300 véhicules. Le financement des véhicules est en revanche assuré par Renault. Le service repose sur un contrat de location en longue durée agrémenté d’une large palette de services : nettoyages, convoyages, état des lieux, gestion du libre-service et autres prestations habituelles d’un contrat de LLD. Le surcoût par rapport à un contrat classique navigue aux alentours de 30 %. Renault a fourni l’exemple d’une Clio auto-partagée à 550 euros par mois pour un contrat courant sur 36 mensualités et 60 000 kilomètres. Au lieu de 350 à 400 euros par mois pour une prestation LLD habituelle.
Ce surcoût s’explique par une durée de contrat plus faible, un kilométrage moindre, des primes d’assurance plus élevées mais surtout par la technologie employée pour le système. Les clients pourront toutefois combler ce manque à gagner par la réduction de leurs budgets de taxi et de location courte durée et grâce au chiffre d’affaires généré sur les déplacements privés (soirées, week-ends…) des collaborateurs.
Renault table sur 500 véhicules en auto-partage en 2012, essentiellement des véhicules thermiques. L’intégration de véhicules électriques ne semble pas être la priorité de la marque, bien que l’auto-partage soit la rampe de lancement idéale.

Le CG38 passe commande

Les cibles privilégiées sont les collectivités locales, les sites industriels et les sièges sociaux d’entreprises. Un premier client a d’ores et déjà été annoncé. Il s’agit du conseil général de l’Isère, qui s’apprête à mettre en place un service d’auto-partage interentreprise ouvert aux trajets simples. Baptisé LiSA, ce service sera composé à terme d’environ 150 véhicules mis à disposition d’un club d’entreprises et d’administrations adhérentes. Le parc sera ouvert aux utilisations professionnelles et privées.

Nous vous recommandons

Crise des semi-conducteurs : Renault Group évalue les pertes…

Crise des semi-conducteurs : Renault Group évalue les pertes…

Alors que le constructeur tricolore vient de publier ses résultats financiers pour le troisième trimestre, enregistrant un chiffre d’affaires en repli de 13,4 %, Renault Group évalue sa perte de production automobile liée au manque de...

Avec Stella Vita, Mobilize envisage une « voiture à vivre » solaire

Avec Stella Vita, Mobilize envisage une « voiture à vivre » solaire

Saint-Gobain s’occupera des vitrages de la Machina d’Hopium

Saint-Gobain s’occupera des vitrages de la Machina d’Hopium

Volvo Cars entrera en Bourse fin octobre

Volvo Cars entrera en Bourse fin octobre

Plus d'articles