Renault Alaskan : cher exotisme

Raphaël Desrosiers

Sujets relatifs :

, ,
Renault Alaskan : cher exotisme

Renault Alaskan : cher exotisme

Avec l’Alaskan, Renault s’aventure sur des continents de polyvalence assez rares chez le constructeur au losange. Dommage que cela se paye aussi cher…

En apercevant les premières images de l’Alaskan, un lecteur non averti pourrait croire à un montage Photoshop. Mais il n’en est rien, ce pick-up est bien la dernière création de Renault. Dernière, pas tout à fait. Car l’Alaskan, premier pick-up « mid-size » (capable d’embarquer une tonne de charge utile) de la marque, est déjà sorti depuis quelques mois en Amérique du Sud, marché où il espère faire le gros de ses ventes. Alors que plusieurs milliers d’exemplaires y ont déjà été immatriculés, ce baroudeur qui partage sa structure avec le Nissan Navarra et le Mercedes-Benz Classe X pose ses roues sur notre continent, où il espère séduire un public de professionnels exigeants.

Baroudeur déménageur

Exigeants, car l’Alaskan ne cherche pas à tirer les prix vers le bas et attaque avec un moteur Diesel de 160 chevaux et une carrosserie double cabine. Cela correspond à la configuration la plus chère pour le Ford Ranger, son principal concurrent. Pour notre essai, c’est le dCi de 190 chevaux couplé à une boîte automatique que nous avons pu traîner dans la boue. En finition Intens, l’engin est valorisant et bien équipé (GPS, caméra à 360°, projecteurs full LED, siège conducteur chauffant et électrique). Mais ce sont surtout ses capacités en tout terrain qui impressionnent. L’Alaskan est en effet un vrai baroudeur capable de s’aventurer loin du bitume grâce à des modes de conduite quatre roues motrices et un différentiel arrière autobloquant. La garde au sol de 22,3 cm met également en confiance, et peu d’obstacles viennent inquiéter le conducteur qui jouit par ailleurs d’une bonne visibilité.

L’intérêt d’un pick-up résidant principalement dans sa capacité à charger des objets encombrants et lourds, on est en droit d’attendre au tournant l’Alaskan sur ce point. Il ne déçoit pas avec plus d’une tonne de charge utile et une capacité de remorquage de 3,5 t. Un intérêt pour ce type de véhicule renforcé par l’absence de malus et de TVS. Attention toutefois, double cabine oblige, la TVA ne sera pas récupérable, hormis accord de votre administration fiscale. Reste que le plus gros atout de l’Alaskan sera sans conteste la force du réseau Renault, notamment en milieu rural, ce qui fera assurément pencher la balance en faveur du français.

Les tarifs de l’Alaskan en détail.

Nous vous recommandons

Essai - Volkswagen Arteon Shooting Brake : business class

Vidéo

Essai - Volkswagen Arteon Shooting Brake : business class

Grande berline, l’Arteon se décline désormais en break de chasse. Un véhicule statutaire, au design travaillé, qui séduit par sa palette de motorisations thermiques ou hybride rechargeable comme ici.Présent dans la gamme Volkswagen...

18/10/2021 | VéhiculesEssais
L'heure du restylage a sonné pour la Ford Focus

L'heure du restylage a sonné pour la Ford Focus

La gamme de SUV Volkswagen se renforce avec le Taigo

La gamme de SUV Volkswagen se renforce avec le Taigo

Hyvia by Renault ouvre un nouveau chapitre pour ses VUL à hydrogène

Hyvia by Renault ouvre un nouveau chapitre pour ses VUL à hydrogène

Plus d'articles