Renault annonce un accord avec Valeo pour les moteurs des voitures électriques

Alexandre Guillet

Mis à jour le à

Sujets relatifs :

, ,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Renault annonce un accord avec Valeo pour les moteurs des voitures électriques

Le partenariat entre Renault Group, Valeo et Valeo Siemens eAutomotive ouvre de vastes perspectives d'application.

© Renault / Valeo

Première séquence : Valeo confirme l’intégration de sa coentreprise avec Siemens. Deuxième séquence : Renault officialise un accord avec Valeo et Valeo Siemens eAutomotive pour développer des moteurs pour véhicules électriques. Une bonne nouvelle pour l’usine Renault de Cléon et ses équipes.

Le 9 février 2022, Valeo a annoncé un accord avec le groupe allemand Siemens pour lui racheter ses parts dans leur coentreprise de moteurs électriques, spécialisée dans la haute puissance, pour 277 millions d'euros. Un schéma qui était prévu dès la création de la coentreprise en 2016. La prise de contrôle de Valeo, qui présentera ses résultats financiers le 25 février 2022, sera effective au premier juillet 2022.

« L’intégration de Valeo Siemens eAutomotive sous un toit commun, sous le toit de Valeo, c'est la création d'un vrai champion de l'électrification », déclare Christophe Périllat, nouveau directeur général de Valeo, qui succède à Jacques Aschenbroich, toujours président.

Une approche holistique de l’électrification, du 48 Volt à la haute puissance

Le groupe français regroupe ainsi l'intégralité des activités de moteurs, onduleurs et chargeurs haute tension de la coentreprise, focalisées sur les véhicules électriques et hybrides rechargeables, avec ses autres systèmes d'hybridation basse tension (48 Volt).

L’unité « Système de propulsion » de Valeo, jusqu'ici deuxième métier du groupe derrière les « Systèmes de visibilité » (solutions d’éclairage, essuie- glace…), pourrait, ainsi étoffé, devenir rapidement la première activité de l’équipementier.

En effet, alors que le chiffre d'affaires pro forma du pôle s'est établi à 5,4 milliards d'euros en 2021, il pourrait atteindre 8,5 milliards d'euros en 2025 et même dépasser 11 milliards d’euros en 2030, dixit Christophe Périllat. Cette croissance exponentielle est naturellement directement corrélée à la très forte demande en véhicules électrifiés anticipée sur les dix années à venir, en Europe, mais aussi sur d’autres marchés.

Une génération de moteurs électriques visant à s'émanciper de la dépendance aux terres rares

Dans la foulée, le 10 février 2022, Renault Group, Valeo et Valeo Siemens eAutomotive annoncent avoir signé un memorandum of understanding « en vue de nouer un partenariat stratégique pour la conception, le co-développement et la production en France d'un moteur électrique automobile de nouvelle génération, permettant d’éliminer les terres rares ».

La répartition des rôles est déjà définie. Renault développera et produira le rotor de technologie EESM (Electrically Excited Synchronous Motor ou moteur synchrone à excitation électrique), conçu sans utilisation de terres rares. Ses ingénieurs superviseront aussi l’architecture générale du moteur dit « all-in-one ».

Valeo et Valeo Siemens eAutomotive développeront et produiront le stator, qui nécessite une maîtrise de l’assemblage des fils de cuivre. Grâce à son savoir-faire dans ce domaine, Valeo parvient à générer plus de puissance sans avoir besoin d’utiliser plus d’énergie électrique.

Retour en grâce pour l'usine Renault de Cléon et visite du ministre Jean-Baptiste Djebbari

L’objectif est de « produire à grande échelle un moteur électrique de 200kW conçu sans terres rares et ce, dès 2027 ». La production du moteur pour les propres besoins du constructeur automobile sera localisée dans l’usine Renault Group de Cléon, en Normandie. Un moteur de cette puissance ouvre plusieurs perspectives d’application, y compris pour les VUL (véhicules utilitaires légers).

Une bonne nouvelle pour les 4000 salariés du site industriel (dont environ 700 intérimaires) après avoir déjà appris l’allocation de deux nouveaux moteurs électriques : le bloc 160 kW de la future Mégane E-Tech électrique (BEV) et le 100 kW de la future Renault 5 électrique. Le 11 février 2022, l’usine de Cléon recevra d’ailleurs la visite de Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué chargé des Transports. Toujours rares, les hasards de calendrier le sont plus encore en période d’élections présidentielles. Rappelons que l’usine de Cléon produit notamment le moteur électrique Renault qui équipe Zoé, Kangoo ou encore Master, ainsi que plus de 934000 organes mécaniques (moteurs et boîtes de vitesses notamment, données de 2021).

Nous vous recommandons

[Essai] Les Matchs de la Rédaction - Renault Clio E-Tech VS Toyota Yaris Hybrid : les reines du ring

[Essai] Les Matchs de la Rédaction - Renault Clio E-Tech VS Toyota Yaris Hybrid : les reines du ring

Bien que boxant dans la catégorie des poids plumes, les deux citadines se livrent à un combat sans merci pour conquérir le coeur des acheteurs, notamment ceux des flottes. Les ventes aux sociétés représentent en effet un quart des...

17/08/2022 | CitadineHybride
Hyundai et Kia veulent conquérir la Lune

Hyundai et Kia veulent conquérir la Lune

Le Mercedes-Benz EQS SUV débarque en concessions

Le Mercedes-Benz EQS SUV débarque en concessions

[Essai] Les Matchs de la Rédaction - Citroën ë-C4 / Volkswagen ID.3 : compactes branchées

[Essai] Les Matchs de la Rédaction - Citroën ë-C4 / Volkswagen ID.3 : compactes branchées

Plus d'articles