Renault Clio, la patronne se rebiffe

Damien Chalon

Sujets relatifs :

,
Renault Clio, la patronne se rebiffe

Renault Clio, la patronne se rebiffe

JPEG - 29 ko
Renault a définitivement tourné la page Patrick le Quément. L’emblématique directeur du style de la marque au losange, capable des créations les plus torturées comme les plus intemporelles, a plié bagages fin 2009 au profit de Laurens van den Acker. Depuis son arrivée, ce transfuge de Mazda s’évertue à redonner une identité stylistique au constructeur français. Hasard du calendrier : après quelques concepts globalement bien sentis comme le DeZir, le premier projet concret à se présenter est celui de la nouvelle Clio, fer de lance de la gamme au losange. La diffusion des premiers clichés début septembre a rassuré et même déclenché un certain enthousiasme.

Exit la version 3 portes

La face avant est particulièrement expressive avec un logo agrandi reposant sur un fond noir brillant et des feux de jour à LED placés de part et d’autre. L’effet dans le rétroviseur est garanti. Vue de profil, la quatrième génération de la Clio tente de faire oublier qu’elle n’existera qu’en version 5 portes en camouflant ses poignées de porte arrière dans la partie haute de la portière, près de la custode. La finesse des feux arrière vient parachever la bonne impression générale. Il est également bon de préciser que la nouvelle Clio est à la fois plus longue (+ 35 mm) et plus large (+ 24 mm) que sa devancière. Renault compte ainsi attirer des clients du segment supérieur à la recherche d’un véhicule plus compact tout en offrant un volume appréciable. Cette croissance participe au confort des passagers, un peu mieux lotis à l’arrière, ainsi qu’au volume de coffre, qui passe à 300 litres.

JPEG - 85.2 ko
À l’intérieur, la simplicité est de mise. La console centrale en plastique laqué noir est assez épurée. La plupart des fonctions (Bluetooth, GPS, radio, ordinateur de bord…) sont réunies dans le système Media Nav reposant sur un écran tactile de 7 pouces (18 cm). Particulièrement simple d’utilisation, il est proposé de série sur la finition Business. Une seconde offre multimédia sera disponible vers la fin de l’année en option. Baptisée R-Link, elle utilisera le même écran et présentera la particularité d’être connectée à Internet. Les utilisateurs pourront télécharger, directement depuis leur voiture, des applications sur le R-Link Store, comme sur un smartphone. Ils pourront en prime lire leurs mails à l’arrêt et s’initier à l’éco-conduite grâce à un module dédié. Des services spécifiques pour les gestionnaires de parc sont également prévus. Le prix de cette option n’a pas été communiqué. Signalons par ailleurs que Renault n’a pas prévu de passerelle entre les systèmes Media Nav et R-Link. Il n’est pas possible de passer de l’un à l’autre. Le choix effectué à l’achat est définitif.

Une sobriété exemplaire

JPEG - 66.6 ko
Le tour du propriétaire se poursuit avec une absence notable, celle du lecteur CD. Il est purement et simplement remplacé par un port USB situé à la droite de l’écran tactile. On peut également être étonné de l’absence de lève-vitres électriques à l’arrière et par le manque de soin apporté à certaines finitions… On apprécie en revanche la possibilité de personnaliser l’habitacle (couleur de la planche de bord, des panneaux de porte, de la sellerie...).
Une fois l’auto démarrée, l’excellente insonorisation phonique ainsi que l’absence de vibrations surprennent. Le nouveau trois-cylindres essence Energy TCe 90 ainsi que le bloc Energy dCi 90 sont parfaitement muselés. Ce dernier rejette au choix 83 g/km ou 90 g/km dans l’atmosphère. La première version bénéficie, au risque d’être particulièrement poussive, de rapports de boîte allongés et se veut un poil plus légère grâce, entre autres, à la monte d’un hayon en plastique. Des émissions de CO2 si basses sont du pain bénit pour les entreprises. Aucune concurrente de la Clio n’est en mesure de rivaliser sur ce terrain. Le moteur Energy TCe 90 fait lui aussi preuve de sobriété (99 g/km).

La plus sûre de toutes

Toutes les mécaniques proposées affichent des consommations en chute libre par rapport à la génération précédente. La généralisation du Stop & Start, la diminution de la taille du réservoir de carburant (de 55 à 45 l), l’apparition de volets pilotés devant le radiateur et l’allègement de l’auto (entre 50 et 100 kg selon les versions) contribuent à cette frugalité. Il nous a toutefois été impossible d’atteindre les niveaux de consommation annoncés, et ce malgré l’activation du mode Eco qui limite le couple et modifie la cartographie de l’accélérateur. Quant au comportement routier, exception faite d’une légère fermeté des suspensions, il est globalement à la hauteur de nos attentes. On déplore seulement le manque de visibilité de trois quarts arrière. Pas idéal pour la sécurité. Ce qui n’a pas empêché la nouvelle Clio de décrocher haut la main les 5 étoiles aux tests EuroNCAP. Elle est sans conteste l’auto la mieux notée de son segment.
Poursuivons ce tour d’horizon en soulignant que les tarifs des finitions Business sont en baisse. Ils vont de 18 000 à 19 200 euros. Pas de miracle, Renault a fait l’impasse sur certains équipements par rapport à la Clio 3 (vitres arrière électriques, rétroviseurs rabattables électriquement) et ne propose pas d’équipements tels que le détecteur de pluie ou l’allumage automatique des feux.

Prochaines étapes : du volume, du sport et du luxe

JPEG - 182.6 ko
La commercialisation de la berline ne constitue que la première étape du programme Clio IV. Renault a dévoilé lors du dernier Mondial de Paris la version Estate, qui arrivera dans les concessions dans le courant du premier trimestre 2013. Plus séduisante que sa fade devancière, elle offre un volume de coffre à peu près équivalent (443 l). Elle bénéficie en outre d’un seuil de chargement abaissé par rapport à la berline. La suite des festivités s’annonce palpitante avec la R.S. 200 EDC, qui verra également le jour début 2013. Cette boule de muscles associera le 1.6 l turbocompressé de 200 ch à la boîte à double embrayage EDC. Toujours pour 2013, Renault a confirmé l’arrivée d’une version Initial Paris, synonyme de très haut de gamme.

Nous vous recommandons

Une concurrente catalane pour la Citroën Ami

Une concurrente catalane pour la Citroën Ami

Réputé pour ses scooters électriques, le constructeur espagnol Silence envisage une percée sur le marché des petites citadines biplace et branchées avec son modèle S04 démarrant à 7 500 euros.Le célèbre quadicycle de la marque aux...

26/10/2021 | SeatCitroen
Essai - Mercedes-Benz Citan : une défense sans concession de l’Étoile

Vidéo

Essai - Mercedes-Benz Citan : une défense sans concession de l’Étoile

BMW Motorrad présente la déclinaison "police" de ses CE 04 et F 900 XR

BMW Motorrad présente la déclinaison "police" de ses CE 04 et F 900 XR

Le carrossier Kollé transforme le Renault Express Van en pick-up

Le carrossier Kollé transforme le Renault Express Van en pick-up

Plus d'articles