Renault dynamise le bassin économique français

Renault dynamise le bassin économique français

Recruter et reconvertir sont les maîtres-mots du groupe Renault.

Sur les 2 500 embauches prévues en France entre 2022 et 2024, le groupe Renault en a réalisé près de 1 000 depuis le début de l’année au sein de ses usines et centres technologiques.

« Faire le pari de la France ». Dans le cadre de ses engagements « Re-Nouveau France 2025 », le groupe au losange a fait le choix de soutenir l’économie française en embauchant de la main-d’œuvre qualifiée sur le territoire national. L’entreprise a ainsi d’ores et déjà réalisé près de 1 000 embauches en France, depuis le début de l’année 2022, sur les 2 500 prévues sur la période de l’accord 2022-2024. Dans le détail, 700 recrutements ont permis d’étoffer les sites industriels de Renault Group, sur des nouveaux postes (digital, analyse des data, maintenance prédictive ou encore simulation numérique des flux). Le renfort de ces collaborateurs va permettre d’accompagner le lancement de neuf nouveaux véhicules en France, dont une majorité 100 % électrique, à l’instar des futurs Renault 5, Renault 4 et Scénic électrique qui seront produits dans les usines du pôle ElectriCity (Hauts-de-France). Rappelons que le constructeur ambitionne de produire plus de 700 000 véhicules par an dans l’Hexagone. 700 salariés supplémentaires devraient compléter les équipes d’ici à la fin de l’année.

En parallèle, 280 recrutements ont été effectués dans l’ingénierie, la tech et les services. À titre d’exemple, 150 personnes sont en cours de recrutement pour répondre aux défis du « Software Defined Vehicule » répartis sur les trois sites intégrés aux écosystèmes de la « French Tech » et rassemblant les compétences du logiciel : Technocentre de Guyancourt, Software Labs de Sophia Antipolis à Nice et Software Labs de Toulouse. Parallèlement, dans le cadre de l’accord, Renault Group a lancé le projet E-Lardy afin de convertir à l’électrique le site technique d'ingénierie de Lardy en Île-de-France.

Capitaliser sur les équipes internes

Outre le recrutement qui implique la recherche et la formation de candidats externes, l’entreprise française a également opté pour la reconversion de ses troupes déjà en place. Un gain de temps et d’argent. D’ici à 2025, l’objectif est de former et reconvertir près de 15 000 collaborateurs à d’autres fonctions. Et pour inciter ceux-ci à rester, Renault Group vient de signer, avec les organisations syndicales représentatives CFE-CGC, CFDT et FO, un accord global de soutien au pouvoir d’achat pour l’ensemble de ses collaborateurs en France. Ainsi, l’entreprise Renault Group apportera à ses collaborateurs, dès le mois d’octobre, un soutien financier : tous les salariés bénéficieront d’une prime exceptionnelle de 500 euros, à laquelle s’ajouteront un prime transport de 100 euros, la gratuité de la mutuelle santé pendant trois mois et la possibilité de monétiser trois jours de RTT avec une majoration de 25 %. Ces solutions représentent un montant total de 1 000 euros pour la majorité des salariés d’ici à la fin de l’année.

Nous vous recommandons

Jean-Philippe Salar devient le directeur du design de Mobilize

Nomination

Jean-Philippe Salar devient le directeur du design de Mobilize

Le 1er janvier 2023, Jean-Philippe Salar succédera à Patrick Lecharpy au poste de directeur du design de Mobilize. Après trente années passées au sein du groupe automobile, celui-ci a pris la décision de prendre sa retraite.Mobilize...

Toyota vise la neutralité carbone avant 2040

Toyota vise la neutralité carbone avant 2040

Les Opel Astra et Astra Sports Tourer carburent aussi à l'électricité

Les Opel Astra et Astra Sports Tourer carburent aussi à l'électricité

Nominations en haut lieu chez Hyundai Motor Group

Nomination

Nominations en haut lieu chez Hyundai Motor Group

Plus d'articles