Renault fait de Belle-Île-en-Mer un laboratoire de la transition énergétique

Antonin Moriscot
Renault fait de Belle-Île-en-Mer un laboratoire de la transition énergétique

Renault fait de Belle-Île-en-Mer un laboratoire de la transition énergétique

En partenariat avec d’autres acteurs, le constructeur français vient de lancer une expérimentation mêlant véhicules électriques en autopartage, stockage stationnaire de l’énergie et recharge intelligente.

Renault met ses véhicules au service de la transition énergétique. À compter de début 2019, et pour une durée de vingt-quatre mois, le groupe Renault et ses partenaires (Morbihan Énergies, les Cars Bleus et Enedis) vont faire vivre aux habitants et visiteurs de Belle-Île-en-Mer une expérience unique en France.

Nommée FlexMob’île, cette expérimentation vise à mettre à disposition à des insulaires une flotte de véhicules électriques alimentés à 100 % en électricité propre et locale.

Proposés via un système de location en libre service, les véhicules retenus (des Renault Zoe et Kangoo Z.E.) pourront recharger leurs batteries grâce à des bornes spécifiques installées à proximité des points d’intérêts de l’île. Le courant électrique alimentant ces prises, et par extension les véhicules, proviendra lui du surplus de production généré par les panneaux solaires équipant le toit de certains bâtiments publics.

Utiliser une ressource abondante et réduire la facture énergétique

« Grâce au système de recharge intelligente, nous pourrons déclencher la recharge des véhicules quand le bâtiment produit plus d’énergie qu’il n’en consomme » détaille Gilles Normand, directeur du véhicule électrique du groupe Renault.

Le constructeur cite en exemple, les panneaux solaires installés sur le toit de l’école communale. Ces derniers permettent d’alimenter en électricité et de chauffer les salles de classe en semaine. Ainsi, "l’énergie produire le week-end et pendant les vacances scolaires sera utilisée pour charger les voitures".

Dans le cadre de cette expérimentation, le groupe Renault va aussi permettre à d’autres acteurs de l’île de réduire leur facture d’énergie et de consommer davantage d’électricité issue des sources renouvelables.

Les batteries usagées mises à contribution

La marque au losange va fournir à l’un des villages vacances de l’île des batteries usagées issues de ses véhicules. Moins performantes pour faire fonctionner un véhicule électrique, ces batteries de seconde main permettent toujours de stocker de l’énergie. En journée, elles emmagasineront l’électricité issue des panneaux solaires du village vacances et "la restitueront le soir, essentiellement sous forme de chaleur", indique Renault.

"Notre objectif est de concevoir des solutions globales, avec des technologies déjà bien éprouvées et d’autres plus nouvelles, pour répondre à des besoins locaux", développe Gilles Normand. "Les optimisations mises en place sont applicables à d’autres îles mais aussi à l’échelle de quartiers ou de ville", souligne-t-il.

En Europe, Renault mène une expérimentation similaire à Porto Santo, au Portugal.

Nous vous recommandons

Comment le rétrofit participe à l’électrification des parcs

Comment le rétrofit participe à l’électrification des parcs

Légalement autorisée depuis mars 2020, la pratique du rétrofit - c'est-à-dire la transformation d'un véhicule thermique en véhicule électrique - commence à séduire entreprises comme collectivités. Retours d'expérience avec...

Iveco étend le projet Plant the Future

Iveco étend le projet Plant the Future

Le Gouvernement débloque 100 millions d'euros pour accompagner la filière auto dans ses mutations

Le Gouvernement débloque 100 millions d'euros pour accompagner la filière auto dans ses mutations

Renault Group propulse sa marque sportive Alpine sur le chemin de l'électrification

Renault Group propulse sa marque sportive Alpine sur le chemin de l'électrification

Plus d'articles