Renault : « Mobilize Power Solutions est vraiment essentiel dans le dispositif d’un constructeur », affirme Ivan Segal

Renault : « Mobilize Power Solutions est vraiment essentiel dans le dispositif d’un constructeur », affirme Ivan Segal

Ivan Segal, directeur commerce France chez Renault, lors de la remise des prix des Trophées de L'Automobile & L'Entreprise 2021.

© Alexis Goudeau

Pour Auto-infos.fr, Ivan Segal, directeur commerce France chez Renault, revient sur la construction de l’écosystème qui entoure la vente de véhicules électriques pour la marque. L’occasion également d’aborder la situation de marché compliquée, rencontrée par le secteur automobile depuis plusieurs mois maintenant.

Auto-infos.fr : Comment la marque Renault fait-elle face à la situation de marché de ce début d’année ?

Ivan Segal : Le marché de ce début d’année est très atypique puisque complètement contraint. On a une double dynamique avec un marché en fort retrait limité par la disponibilité des véhicules et de l’autre côté des commandes assez soutenues, notamment sur le canal des particuliers avec des bonnes surprises sur des évènements comme les week-end portes ouvertes du mois de mars où l’on a senti un intérêt de la clientèle. Tout ça fait qu’on a des accumulations de portefeuille qui sont records, avoisinant les 850 000 véhicules sur le marché français qu’il va falloir livrer tôt au tard. Aujourd’hui, on gère bien évidemment du délai avec une période frustrante pour les réseaux de distribution mais il faut s’adapter, d’autant plus que sur le contexte de pénurie des semi-conducteurs on n’a pas de visibilité. On essaie de faire au mieux pour annoncer des délais fiables à nos clients.

Auto-infos.fr : Sur l’électrique, la marque continue de se structurer autour du lancement de la nouvelle Mégane E-Tech dont les délais de livraison semblent préservés. Est-ce devenu pour vous une priorité en termes d’arbitrage industriel ?

Ivan Segal : Effectivement, l’électrique poursuit sa poussée. Alors qu’il y a quelques années, on parlait de 2 % du marché, on tourne désormais autour de 13-14 % de parts de marché. Avec l’augmentation du baril de pétrole qu’on a connue ces dernières semaines, on a réellement un flux énorme de clients qui basculent rationnellement vers l’électrique car économiquement cela devient plus intéressant. Cette tendance est plutôt de bon augure car Renault est pionnier et leader sur ce segment, et on a l’intention de le rester ! En ce qui concerne nos choix, on a sécurisé la disposition des semi-conducteurs pour avoir une phase de lancement correcte pour la nouvelle Mégane E-Tech. Nous devons aussi tenir une échéance afin que nos clients puissent profiter du bonus maximum de 6 000 euros, garanti pour une livraison jusqu’à fin septembre. Il est donc absolument nécessaire de pouvoir garantir la production du véhicule ce qui permet à nos vendeurs d’annoncer des délais de livraison qui s’étalent jusqu’à la fin de l’été. Après, cette réflexion n’est pas forcément vraie sur l’ensemble de nos modèles électriques. Sur Zoe ou Twingo EV, on n’est davantage en difficulté.

Auto-infos.fr : Le passage à l’électrique pousse à un changement de paradigme dans l’achat automobile. Plus de leasing, plus d’options et de services… comment convaincre ?

Ivan Segal : C’est dans ce but que Renault a développé un écosystème complet. On est ainsi capable d’accompagner nos clients sereinement dans leur bascule vers l’électrique. Le prix facial du véhicule reste plus élevé, c’est indéniable, et il oblige finalement le conducteur à passer par des solutions de financement. Ainsi, le taux de financement qu’on a avec notre captive est plus élevé, autour de 80 %, sur les véhicules électriques que sur des véhicules thermiques. Ensuite, il y a tout un raisonnement rationnel qui intègre l’écosystème environnant, de l’installation de la borne de recharge au coût de l’électricité. Cela oblige nos vendeurs à parler davantage en termes de TCO (Total Cost of Ownership) ou TCU (Total Cost of Usage). Aujourd’hui, ils sont capables de prouver, ce qui n’était pas encore le cas il y a quelques années, que rationnellement un client peut acheter un véhicule électrique en contribuant à l’environnement mais aussi en faisant des économies par rapport à des solutions thermiques. En revanche, il faut le présenter en loyer, pas en facial.

Auto-infos.fr : Vous avez annoncé de nouveaux services dont notamment une solution de financement des bornes de recharge pour les clients particuliers. Qu’en est-il pour les entreprises ?

Ivan Segal : Je dirai que ça va arriver. On a la chance d’avoir Mobilize qui arrive avec des solutions clés en mains, et cela avance très bien. Le schéma qu’on a écrit à travers le lancement de Mégane E-Tech électrique, qui s’adresse à nos clients flottes, est le même que pour un particulier. Systématiquement, pour l’entreprise qui va immatriculer un véhicule pour son collaborateur, on va proposer une borne et son installation à domicile, en maison ou en copropriété, et en même temps l’équipement des bureaux et/ou des différentes filiales de l’entreprise. On est aujourd’hui capable de packager un loyer dans la tranche qui convient en offrant l’installation de la borne pour le salarié, qui sera un peu plus intelligente que pour le particulier puisqu’elle fonctionnera avec une carte qui permettra à l’entreprise d’en suivre la consommation. En cela, Mobilize Power solutions est vraiment essentiel dans le dispositif d’un constructeur car sans cela nous ne serions pas en mesure de faire tout le travail qu’il y a derrière.

Auto-infos.fr : Renault perd du terrain sur le marché des flottes automobiles d’entreprise avec notamment la Peugeot 208 qui a pris la tête des ventes de véhicules particuliers sur ce canal historiquement dominé par la Clio. Comment expliquez-vous cette situation et comptez-vous y remédier ?

Ivan Segal : Cette situation est ponctuellement frustrante mais elle s’explique simplement par une décision froide et rationnelle de gestion de pénuries de véhicules sur lesquelles on a fait le choix d’optimiser à court terme les canaux les plus rentables. Sur Clio, les délais atteignent le dernier trimestre 2022 pour les professionnels alors que pour les particuliers ils se situent plutôt à l’été. On espère que cette situation sera rapidement derrière nous afin de pouvoir de nouveau travailler tous les canaux puisque Renault a vocation à travailler aussi avec les entreprises. On n’est pas inquiet quant à notre capacité à revenir sur ce marché.

Nous vous recommandons

Stellantis et Samsung SDI vont investir 2,3 milliards d'euros dans une usine de batteries aux États-Unis

Stellantis et Samsung SDI vont investir 2,3 milliards d'euros dans une usine de batteries aux États-Unis

Stellantis et Samsung SDI vont investir plus de 2,3 milliards d'euros dans une coentreprise pour la construction d'une usine de production de batteries pour véhicules électriques à Kokomo dans l’Indiana,aux États-Unis. Cette annonce...

Florian Huettl est le nouveau CEO d’Opel

Florian Huettl est le nouveau CEO d’Opel

Toyota de nouveau contraint à tailler dans sa production automobile mondiale

Toyota de nouveau contraint à tailler dans sa production automobile mondiale

Essai - Audi A8 : grand huit !

Essai - Audi A8 : grand huit !

Plus d'articles