Renault prépare les infrastructures pour la voiture autonome de demain avec Scoop

Jean-Marc Gervasio
Renault prépare les infrastructures pour la voiture autonome de demain avec Scoop

Renault prépare les infrastructures pour la voiture autonome de demain avec Scoop

Lancé en 2014, le projet européen Scoop entre activement dans sa phase de roulage grâce au déploiement d’une flotte de 1 000 Renault Mégane équipées du protocole Scoop à destination des clients flottes.

Scoop (pour « Système Coopératif ») est un projet pilote de déploiement en conditions réelles de circulation de la connectivité de demain entre véhicules et entre véhicules et infrastructures. Le constructeur français Renault s’investit dans ce projet afin de tester de nouvelles technologies sur la Mégane. Ce projet permet également à ses clients flottes de se retrouver au cœur d’une expérimentation autour des véhicules connectés du futur.

« L’ objectif prioritaire est de proposer à nos clients flottes des véhicules qui améliorent la sécurité sur les routes et de fluidifier la circulation. Les voitures communiquent entre elles et s’alertent, en temps réel, en cas de danger, de ralentissements et d’accidents. Les gestionnaires d’infrastructures tels que la Société des autoroutes du nord et de l’est de la France transmettent également aux véhicules équipés des informations sur les conditions de circulation, les chantiers, la vitesse autorisée, les accidents ou les obstacles dangereux sur la route » précise Christine Tissot, chef du projet Scoop au sein du groupe Renault.

La flotte de Mégane équipées du protocole Scoop utilise des technologies qui préparent les véhicules autonomes et connectés de demain. Des capteurs et calculateurs recueillent et analysent de nombreuses informations telles que la vitesse du véhicule, l’angle du volant, le manque potentiel d’adhérence des pneus lié aux conditions climatiques, la mise en route de l’essuie-glace, le déclenchement des airbags, etc. Si un problème est détecté, le véhicule émet automatiquement un message d’alerte à partir de son boîtier embarqué vers les autres véhicules équipés de Scoop et vers les unités fixes situées le long des routes. Ces unités informeront, à leur tour, les secours en cas d’incident important. Dans le cadre du pré-déploiement, ces unités fixes sont présentes sur 2 000 kilomètres de routes en Ile-de-France, le long de l’A4, en Isère et sur les rocades de Bordeaux ainsi qu’en Bretagne.

Nous vous recommandons

Sermi : un nouvel agrément obligatoire pour les garagistes en 2023

Sermi : un nouvel agrément obligatoire pour les garagistes en 2023

D’ici un an, tous les ateliers indépendants désireux d’accéder aux informations techniques des constructeurs liées aux organes de sécurité du véhicule, devront se faire certifier par le Sermi.A partir d’août 2023, tous les...

Pouvoir d’achat : Covéa aimerait davantage orienter les sinistrés

Pouvoir d’achat : Covéa aimerait davantage orienter les sinistrés

Contrôle technique : toujours autant de disparités dans les prix pratiqués

Contrôle technique : toujours autant de disparités dans les prix pratiqués

Carter-Cash recrute sans CV à l'occasion de la période estivale

Carter-Cash recrute sans CV à l'occasion de la période estivale

Plus d'articles