Renault renoue avec les bénéfices tout en vendant moins d’automobiles

Alexandre Guillet

Mis à jour le à

Sujets relatifs :

, ,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Renault renoue avec les bénéfices tout en vendant moins d’automobiles

Un groupe Renault "new look" renoue avec les profits en 2021 et confirme la "remontada" promise par Jean-Dominique Senard il y a quelques mois.

© Renault Communication

Après l’annus horribilis de 2020, le groupe Renault a retrouvé le chemin des bénéfices en 2021 avec un résultat net de près d'un milliard d'euros, pour un chiffre d'affaires de 46,2 milliards d'euros (+6,3%). Le redressement est amorcé.

« Aujourd’hui, je peux vous dire que Renault est sauvé », a récemment déclaré Jean-Dominique Senard, président de Renault Group, tandis que Luca de Meo, directeur général, et ses équipes s’efforçaient avec un certain bonheur à réenchanter les marques du groupe, Renault en tête. Les résultats financiers publiés le 18 février 2022 abondent dans ce sens, Renault affichant un résultat net qui s’établit à 967 millions d’euros (résultat net part du groupe à 888 millions d’euros). Le chiffre d’affaires du groupe atteint 46,2 milliards d’euros, en progression de 6,3 % par rapport à 2020. « A taux de change et périmètre constants, il progresse même de 8% (effet de change négatif essentiellement lié à la dévaluation du Rouble russe, de la Livre turque, du Peso argentin et du Réal brésilien) », précise un communiqué.

De nets progrès, mais Renault ne versera pas de dividende

Pour l’exercice 2021, Renault a donc dépassé ses prévisions initiales. Ainsi, la marge opérationnelle est de 3,6% (à rapporter à une perspective du même ordre qu’au 1er semestre 2021, soit 2,8%), atteignant avec deux ans d’avance l’objectif « Renaulution » de marge opérationnelle supérieure à 3% en 2023. Le free cash-flow opérationnel de l’Automobile, avant variation du besoin en fonds de roulement, s’établit à 1,6 milliard d’euros (à rapporter à une perspective initiale vague d’un free cash flow positif). Seule ombre au tableau, le groupe ne versera pas de dividende pour 2021.

Un austère travail de réduction des coûts qui porte ses fruits

Ces résultats s’expliquent par plusieurs facteurs. Au premier chef, le plan de restructuration a été aussi sévère que rapide comme en témoigne notamment « le plan d’économie de dépenses de coûts fixes de 2 milliards d’euros par rapport à 2019, réalisé avec un an d’avance ». Ou encore la baisse du point mort de 40% par rapport à 2019 qui est réalisée avec deux ans d’avance (à rapporter à un objectif initial de baisse de plus de 30% à fin 2023).

Par ailleurs, la nouvelle politique commerciale du groupe, qui privilégie la valeur au volume en schématisant, a porté ses fruits, soutenue par l’attractivité de plusieurs produits (gamme E-Tech, Arkana, gamme de véhicules utilitaires, Sandero et Spring 100% électrique).

Une guidance 2022 prudente mais bien orientée

« Renault Group a largement dépassé ses objectifs financiers 2021 malgré l’impact des pénuries de semi-conducteurs et la hausse du prix des matières premières. Cela reflète le rythme soutenu auquel avance la transformation en profondeur du groupe, initiée dans le cadre de Renaulution. Grâce à l’engagement constant des équipes et en capitalisant sur l’Alliance, nous accélérons le déploiement de nos ambitions stratégiques, afin de positionner le groupe comme un acteur de référence compétitif, tech et responsable », commente Luca de Meo, qui confirme que le groupe a atteint ses objectifs CAFE en Europe, notamment grâce à la performance de ses ventes E-Tech, qui représentent près d’un tiers des immatriculations des véhicules particuliers de la marque Renault en Europe, contre 17% en 2020.

Pour la guidance 2022, les dirigeants de Renault restent prudents eu égard à « un environnement de marché encore impacté par la crise des semi-conducteurs, notamment au 1er semestre (perte totale estimée à 300000 véhicules sur la production 2022), et par la hausse du prix des matières premières ». Le groupe table sur une marge opérationnelle supérieure ou égale à 4% et sur un free cash-flow opérationnel de l’Automobile supérieur ou égal à 1 milliard d’euros.

En somme, après les prometteuses annonces de Jean-Dominique Senard et ses partenaires au sujet de l’Alliance Renault Nissan Mitsubishi remise sur les rails, ces résultats 2021 viennent ouvrir un nouveau chapitre pour le groupe français, même si la route est encore longue par rapport aux indicateurs benchmark de certains acteurs automobiles.

Nous vous recommandons

[Essai] Les Matchs de la Rédaction - Renault Clio E-Tech VS Toyota Yaris Hybrid : les reines du ring

[Essai] Les Matchs de la Rédaction - Renault Clio E-Tech VS Toyota Yaris Hybrid : les reines du ring

Bien que boxant dans la catégorie des poids plumes, les deux citadines se livrent à un combat sans merci pour conquérir le coeur des acheteurs, notamment ceux des flottes. Les ventes aux sociétés représentent en effet un quart des...

17/08/2022 | CitadineHybride
Hyundai et Kia veulent conquérir la Lune

Hyundai et Kia veulent conquérir la Lune

Le Mercedes-Benz EQS SUV débarque en concessions

Le Mercedes-Benz EQS SUV débarque en concessions

[Essai] Les Matchs de la Rédaction - Citroën ë-C4 / Volkswagen ID.3 : compactes branchées

[Essai] Les Matchs de la Rédaction - Citroën ë-C4 / Volkswagen ID.3 : compactes branchées

Plus d'articles