Réparation et pièces multimarques : Peugeot lance le réseau Motaquip

Jean-Pierre JAGU-ROCHE

Sujets relatifs :

Réparation et pièces multimarques : Peugeot lance le réseau Motaquip

Réparation et pièces multimarques : Peugeot lance le réseau Motaquip

Après Eurorepar de Citroën, c’est à Peugeot de lancer son réseau de réparation et de vente de pièces multimarques. Histoire de renforcer sa présence « et » de développer une action de conquête sur le marché globale de l’après-vente.

C’est pour renforcer sa présence sur le marché de l’après-vente que Peugeot lance un réseau de réparation multimarques baptisé Motaquip Car Service.
Dans le cadre d’un contrat de licence, tous les réparateurs vont pouvoir y déployer leur activité, en utilisant une gamme de pièces de 9 200 références, proposées à un tarif inférieur de 20 % par rapport au prix global des pièces d’origine. Ce qui va leur permettre d’emblée d’intervenir sur 85 % du parc roulant. Et tout spécialement, d’assurer la remise en état des 70 % de véhicules de plus de cinq ans d’âge qui le constituent…. Mais qui ne passent plus que de manière marginale par les ateliers des réseaux des marques automobiles. D’un même coup, cette initiative va permettre à la firme au lion de conserver dans son organisation des opérateurs qui ne se sentiraient plus en capacité d’y investir en tant que réparateurs agréés (200 de ses 2000 agents pourraient notamment être intéressés par cette offre). Ce qui lui permettra de préserver et de développer un tissu de points de services dont la proximité est une carte maîtresse. Histoire de mieux fidéliser des automobilistes (Peugeot espère attacher aux garages Motaquip 60 % de détenteurs de voitures d’autres marques), tout en boostant son chiffre d’affaires PR.

Conditions

Les professionnels qui vont adhérer à ce réseau, le feront en signant un contrat de licence. Ceci limitera leur engagement financier, puisqu’ils n’auront pas à s’acquitter d’un droit d’entrée et ne devront verser qu’une redevance annuelle de 1080 euros. Le tout s’agrémentant de l’adoption d’une signalétique facturée à raison de 1 300 euros. Sachant encore que les dépenses qu’ils engageront, lissées sur un mois, représenteront une mise globale de 375 euros. Et étant entendu qu’ils vont également devoir être équipés de l’outil de diagnostic électronique multimarques MULTI-DIAG et seront reliés au réseau informatique de leur distributeur de pièces. Cela, grâce à un D.M.S. déployé via Internet en mode ASP et dérivé du logiciel proposé par l’éditeur Solware aux réparateurs. Ce dernier étant en outre interfacé avec l’outil Service Box qui permet de suivre des commandes en temps réel.
Les détenteurs du panneau Motaquip vont profiter par ailleurs d’un site sur lequel des prises de rendez-vous (gérée par un call center) et une dizaine de formules d’interventions sous forfait vont être proposées.
De même que leurs clients pourront y formuler des appréciations sur la qualité de leurs interventions. Transparence et quête de la performance obligent ! Les dirigeants de Peugeot s’engagent en outre à adresser des courriers mensuels à la population composant leur cible sectorielle.
L’une des forces maîtresses du système qui est mis sur orbite, tient enfin au réseau des 181 distributeurs de pièces Peugeot et des plateformes régionales sur lesquels les représentants de Motaquip Car Service pourront appuyer leur activité de vente de pièces. En se souvenant qu’un taux de service de 95 % sous 24 heures traduit l’efficacité logistique de cette organisation. Côté retombées pécuniaires, Peugeot estime que le déploiement de son enseigne générique doit permettre à un M.R.A. lambda d’augmenter son chiffre d’affaires de quelque 20 %.

Objectif

En termes de structures, l’objectif d’A.P. est de parvenir à constituer un tissu de 1 000 adhérents sous cinq ans. Tout comme il escompte en avoir conquis une cinquantaine dés la fin de 2012, puis parie sur le ralliement annuel de 200 nouveaux spécialistes d’ici au terme évoqué. Avec son millier de partenaires, il affirme enfin que le chiffre d’affaires qu’il réalisera à terme grâce à la vente des pièces Motaquip sera proche des 20 millions d’euros.

Nous vous recommandons

La Toyota Yaris reste la voiture la plus produite en France

La Toyota Yaris reste la voiture la plus produite en France

La Toyota Yaris conserve son titre de voiture la plus produite en France. Le résultat d’une stratégie à long terme du constructeur japonais, qui a de quoi faire réfléchir de nombreux autres acteurs.Toyota vient de communiquer le...

Michel Maggi renouvelé à la tête du GNCO

Michel Maggi renouvelé à la tête du GNCO

Volkswagen France : « Il y a une très forte demande en BtoB pour nos modèles électrifiés », se félicite Gerrit Heimberg

Entretien

Volkswagen France : « Il y a une très forte demande en BtoB pour nos modèles électrifiés », se félicite Gerrit Heimberg

Michelin et les start-up Part 1 : Carbios accélère sur le recyclage des plastiques

Michelin et les start-up Part 1 : Carbios accélère sur le recyclage des plastiques

Plus d'articles