Nouveau guide sécheresse : la filière du lavage sur le qui-vive

Nouveau guide sécheresse : la filière du lavage sur le qui-vive

Le lavage en station consomme 3 à 6 fois moins d'eau qu'un lavage à domicile.

Après une année 2022 marquée par une sécheresse prolongée, le gouvernement suit avec attention les perspectives pour cette année et vient de présenter un guide sécheresse « mis à jour ». 

Le 30 mars dernier, Emmanuel Macron, président de la République, a dévoilé le plan d’action « pour une gestion concertée et résiliente de l’eau ». Dans la même veine, le ministre de la Transition écologie, Christophe Béchu, a présenté le guide sécheresse 2023, l’occasion de faire un point sur la situation un mois avant l’été. Après un automne/hiver assez avare en eau, les fortes pluies des mois de mars et d’avril ont permis de recharger les nappes dans la moitié nord du pays et améliorer l’humidité des sols. Par ailleurs, la situation s’est également améliorée sur les nappes de l’Ouest (Massif armoricain, littoral de la Manche) et du Grand-Est, de Bourgogne-Franche-Comté et du nord du Massif Central. Sur le sud du territoire, les pluies infiltrées en profondeur ont été insuffisantes, voire inexistantes et les niveaux sont généralement en baisse.

Sur l'ensemble du territoire, 37 % des points d’observation sont en hausse, 25 % sont stables mais 38 % demeurent en baisse en avril. Les pouvoirs publics qualifient ainsi la situation de « peu satisfaisante » sur une grande partie du pays : 68 % des niveaux des nappes restent sous les normales mensuelles en avril (75 % en mars 2023) avec de nombreux secteurs affichant des niveaux bas à très bas. Le guide national sur la sécheresse révisé en 2023, vise à assurer le respect des équilibres naturels, des usages prioritaires de santé, sécurité civile et d’approvisionnement en eau potable tout en conciliant les usages sur les territoires. Il retient quatre niveaux de restriction :

  • Vigilance, qui sensibilise particuliers et professionnels à économiser l’eau ;
  • Alerte : réduction de tous les prélèvements en eau et interdiction des activités ayant une incidence sur le milieu aquatique, restriction d’arrosage, de remplissage et de vidange des piscines, de lavage de véhicules et d’irrigation des cultures ;
  • Alerte renforcée : en plus des dispositions du niveau Alerte, il comprend des restrictions renforcées d’arrosage, de remplissage et de vidange des piscines, de lavage de véhicules et d’irrigation de cultures ;
  • Crise, déclenché pour préserver les usages prioritaires, interdit les prélèvements en eau pour l’agriculture (totalement ou partiellement), pour de nombreux usages domestiques et pour les espaces publics.

Accompagner les professionnels du lavage

Strictement appliquées au lavage automobile, ces restrictions concernent l’utilisation de l’eau chez les particuliers et les professionnels. Au niveau Alerte, laver un véhicule est interdit à domicile. En station de lavage, les niveaux Alerte et Alerte renforcée autorisent seulement les pistes économes en eau ou équipées de systèmes de recyclage, ou encore portique programmé Eco sur ouverture partielle. Tout lavage demeure interdit au niveau Crise.

De son côté, Mobilians rappelle que le lavage en centre professionnel a un double bénéfice environnemental puisque ces systèmes consomment 3 à 6 fois moins d’eau qu’un lavage sauvage à domicile et est le seul qui garantit une dépollution des eaux usées, grâce à la récupération de tous les polluants accumulés sur et sous les carrosseries. Les professionnels se sont engagés depuis de nombreuses années en investissant notamment dans des dispositifs de dépollution. Désormais, le lavage automobile en centre professionnel permet de retraiter chaque année en France 48 000 tonnes de boues polluées (hydrocarbures, résidus d’huiles, de pneus, de plaquettes de frein, chargés de métaux lourds et autres polluants) et d’éviter à ces polluants de s’infiltrer dans le sol et les eaux souterraines. Ainsi, l’eau, utilisée en quantité raisonnée (60 à 160 litres par lavage) en centre professionnel, est reconnue comme le meilleur vecteur d’élimination des polluants. Malgré certaines améliorations, comme l'ajout du programme « Éco » pour les portiques jusqu'alors fermés, Mobilians regrettent le manque d’assouplissement des mesures du guide 2022 et souhaite une stratégie de long terme pour l’exercice des activités de lavage. C'est pourquoi Mobilians a engagé des rencontres avec les Agences de l’eau pour prévoir des dispositifs d’investissements en faveur des professionnels qui mettent en place des solutions responsables et durables. Enfin, l’organisation professionnelle souhaite la mise en œuvre d’un plan d’action et d’accompagnement des professionnels contraints de fermer en les indemnisant par exemple, afin d’éviter de reproduire l’année 2022, et a ainsi engagé des échanges avec les pouvoirs publics sur les dispositifs d’indemnisation qui pourraient être prévus à l’attention des professionnels.

Nous vous recommandons

Les tarifs des pare-brise augmentent de 3,65 % sur le premier trimestre

Les tarifs des pare-brise augmentent de 3,65 % sur le premier trimestre

Sur les 3 premiers mois de l’année, les tarifs des pare-brise ont en moyenne augmenté de 3,65 % avec plus de 10 % chez Kia et Volvo.En analysant les tarifs de 269 modèles de pare-brise équipant 25 marques de véhicules les plus...

06/06/2023 | Carrosseriepare-brise
Data Automobile : un marché à plus de 250 milliards d’euros convoité par les constructeurs

Data Automobile : un marché à plus de 250 milliards d’euros convoité par les constructeurs

LKQ, recycler et distribuer de manière durable

LKQ, recycler et distribuer de manière durable

Midas s'occupe de l'entretien et la réparation des flottes de vélos et vélos de fonction Tim Sports

Midas s'occupe de l'entretien et la réparation des flottes de vélos et vélos de fonction Tim Sports

Plus d'articles